background preloader

Histoire

Facebook Twitter

Les femmes, éternelles oubliées de l’Histoire : George Magazine. Sur le vif Les femmes, éternelles oubliées de l’Histoire {texte Huguette Junod, écrivaine} Les femmes, éternelles oubliées de l’Histoire (article paru dans Gauchebdo du 25.10.13) La RTS a eu la bonne idée de créer une série de 4 films autour de 6 personnalités qui ont marqué l’Histoire suisse, et seront diffusés en prime time sur RTS I du 3 au 30 novembre: Werner Stauffacher, Nicolas de Flüe, Hans Waldmann, Guillaume-Henri Dufour, Stefano Franscini et Alfred Escher.

Les femmes, éternelles oubliées de l’Histoire : George Magazine

Les femmes représentent 50% de la population mais aucune n’a été considérée comme digne d’avoir marqué les 400 ans d’histoire retenus: de la naissance de la Confédération (14e – 15e siècles) à l’avènement de la Suisse moderne au 19e siècle. Michelle Perrot : « Dans l'histoire, les femmes n'ont jamais été passives » Cette militante féministe, pionnière des études de genre, a consacré sa vie à faire entendre la voix des sans-voix Si les femmes ont enfin une histoire, c'est un peu grâce à elle.

Michelle Perrot : « Dans l'histoire, les femmes n'ont jamais été passives »

La grande historienne Michelle Perrot a levé le voile sur un continent obscur qui avait été dédaigné pendant des siècles par les historiens mâles. On lui doit ainsi un ouvrage indispensable, « L’Histoire des femmes en Occident », en 1991, avec Georges Duby. Les droits de la femme ([Reprod.]) / [Olympe de Gouges] Slogans (1) Le privé est politique. Je commence une nouvelle série de billets.

Slogans (1) Le privé est politique

Mon objectif est de revenir sur les bases du féminisme à travers quelques slogans emblématiques. Pourquoi les slogans? Parce qu’ils concentrent et résument en quelques mots des enjeux souvent complexes. Il y a, derrière un slogan, un contenu très riche et loin d’être évident pour qui ne connaît rien au féminisme. J’ai choisi ces slogans parmi ceux (nombreux) qui m’ont été proposés sur Facebook et Twitter. Conseil de lecture (cliquer sur l’image) Je pense aborder, après « le privé est politique », les slogans suivants (la liste est susceptible d’évoluer, n’hésitez pas à en proposer d’autres en commentaire): – Un homme sur deux est une femme – Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes?

Le privé est politique On trouve parfois aussi la variante « le personnel est politique ». Contexte Le slogan vient des Etats-Unis (« The personal is political ») et date de la fin des années 1960. Source: thefeministwire.com Explication Conséquences. Slogans (2) Un homme sur deux est une femme. [Précision préalable: j’ai conscience que ce slogan peut paraître transphobe, dans la mesure où il invisibilise complètement la question trans.

Slogans (2) Un homme sur deux est une femme

Ça m’intéresserait d’en discuter en commentaire. Il faut juste se rappeler qu’il s’inscrit dans un contexte où le militantisme trans, à ma connaissance, existait à peine en France, et où les féministes ne réfléchissaient absolument pas à ces questions. Mon interprétation se fait donc complètement en-dehors de la question trans, mais il serait intéressant d’y réfléchir avec les outils dont on dispose aujourd’hui.] Contexte C’est à nouveau un slogan caractéristique de la deuxième vague féministe. Explication Ce slogan, à la fois provocateur et évident, vise à mettre en évidence l’androcentrisme (le fait de se centrer, consciemment ou non, sur les hommes) de la société patriarcale et donc l’invisibilisation des femmes, qui se manifeste notamment à travers un fait de langue: l’utilisation du mot homme pour désigner l’humanité.

Conséquences. Slogans (3) Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes? Contexte Je ne connais pas l’origine exacte de ce slogan (pour le moins génial, disons-le d’emblée).

Slogans (3) Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes?

Selon cet article du Monde, il vient d’une question posée lors d’une conférence féministe organisée en octobre 1978 au Centre culturel étudiant de Belgrade, mais le livre 40 ans de slogans féministes le fait remonter à 1972, lors d’une manifestation en soutien à des ouvrières en grève. Slogans (4) Mon corps est à moi. Contexte Je reste dans les années 1970, mais ce slogan a été largement repris depuis.

Slogans (4) Mon corps est à moi

Il reste d’actualité et le restera tant que la société ne reconnaîtra pas aux femmes le droit de disposer de leur propre corps. J’oriente l’article vers le droit à la contraception et à l’IVG mais je donne d’autres interprétations et pistes de réflexion à la fin. Rappel historique très partiel concernant l’IVG en France (Source: « chronologie de la contraception et de l’avortement en France », sur Wikipédia) – 27 mars 1923 : le code pénal fait de l’avortement un délit, afin de mieux poursuivre les avorteurs et avortées devant les cours d’assises. – 29 juillet 1939 : le code de la famille accroît la répression de l’avortement. Une prime à la première naissance est créée. Ça, c’est de l’histoire, me direz-vous. Explication Conséquences.

Slogans (5) Nos désirs font désordre. Contexte Je ne sais pas s’il s’agissait spécifiquement d’un slogan lesbien à l’origine, mais c’est ainsi qu’il a été interprété et approprié.

Slogans (5) Nos désirs font désordre

Quand il apparaît, dans les années 1970, c’est-à-dire au moment où les féministes affirment que le privé est politique, il n’est pas du tout habituel de penser les questions liées au corps, au désir et à la sexualité en termes politiques; ce n’est d’ailleurs, souvent, toujours pas le cas. Le slogan est toujours utilisé, notamment lors de marches des fiertés, et on l’a vu dans des manifs de soutien au mariage pour tous.