background preloader

Histoire

Facebook Twitter

The Shame of Menstruation | Liberation Collective. The media was horrified when Christina Aguilera appeared on stage in 2012, with what appeared to be menstrual blood running down her leg during a performance at Etta James’ memorial service. The barrage of tweets that followed described the incident as gross, embarrassing or speculated that it was really fake tan. But whether the comments were negative or supportive, the uniform assumption was that any woman would be embarrassed to have menstrual blood running down her leg in public. And yet, this would not always have been the public view. Most of us have heard about a variety of materials being used in the past to create home-made sanitary towels or tampons, ranging from rags to sheepskin and moss. And some of us have heard about customs where menstruating women would stay in a hut set aside for this purpose and bleed directly onto the floor or straw. “It is completely disgusting to bleed into your chemise, and wearing that same chemise for four to eight days can cause infections”

La femme des origines de Claudine Cohen. Le livre La femme des origines : Images de la femme dans la préhistoire occidentale s'imposait pour Claudine Cohen puisque les femmes, dans la Préhistoire, en tant que discipline historique, n'existent pas. Comme les vestiges ne permettent pas de savoir qui faisait quoi, les femmes préhistoriques ont davantage été l'objet de fantasmes que d'études. Lucy(source : Dans son premier chapitre, "Eve et Lucy : les mythes de l'origine" Cohen montre que les préhistoriens du XIXeme siècle, date à laquelle naît cette science, se sont affranchis non sans difficulté du christianisme et du mythe de la Genèse.

Ils décrivent un homme préhistorique, en pensant Homme de Cro-Magnon, chasseur, artiste et conquérant. La découverte de Lucy en 1974 à Hadar en Ethiopie fit donc date. La "losange" Grimaldi. 22 000/ 17 000 (?) Lucy fut célébrée dans le monde entier comme "la mère de l'humanité" : "en elle, s'incarnait en quelque sorte une "nature" originelle et primitive". Airagorncharda: This hit me like a ton of... 1944-1945 : la Libération par le sexe ? - La République Des Livres par Pierre Assouline.

C’est l’une des pages sombres de la Libération de la France qui demeura longtemps un tabou. Il a fallu attendre longtemps avant que des historiens n’ouvrent le dossier – et encore étaient-ils pour la plupart américains, tel J. Robert Lilly (Taken by Force: Rape and American GIs in Europe during World War II) qui fit un certain bruit en France mais eut du mal à trouver un éditeur américain car il impliquait une “trop” grande proportion de noirs parmi les fauteurs. (publié en France en 2003, il ne paraîtra qu’en 2007 aux Etats-Unis). On l’aura compris, il s’agit du comportement des troupes alliées après leur débarquement en Normandie. Tous les libérés n’ont pas conservé un souvenir égal des libérateurs. Une étude paraît ces jours-ci aux Etats-Unis qui enfonce le clou en osant présenter des GI’s comme des « bandits », voleurs, pilleurs et violeurs : What Soldiers Do: Sex and the American G.I. in World War II France (University of Chicago Press).

M.L. M.L. M.L. M.L. M.L. M.L. M.L. M.L. Inside My Head.