Sans ses 500 signatures, l'appel de Marine Le Pen aux maires - Élection présidentielle 2012 Sans ses 500 signatures, l'appel de Marine Le Pen aux maires - Élection présidentielle 2012 Marine Le Pen a affirmé jeudi soir au journal télévisé de France 2 qu'elle ne disposait que de 452 parrainages d'élus sur 500 nécessaires pour être candidate à la présidentielle et elle a lancé un appel aux maires pour obtenir ceux qui lui manquent. "J'ai 452 parrainages aujourd'hui. Il m'en manque 48, c'est beaucoup", a déclaré la candidate du parti d'extrême droite, en laissant entendre quelle pourrait être absente du premier tour de la présidentielle. A moins qu'une cinquantaine de "maires courageux" ne lui apportent leur soutien. Les formulaires officiels de parrainages ont commencé à être envoyés la semaine dernière aux quelque 42.000 élus habilités à présenter un candidat.
La campagne présidentielle a changé de ton. Nicolas Sarkozy a sauté à pieds joints dans la course à l'Elysée, jeudi à Annecy, en accusant François Hollande de «mentir» et «d'affaiblir» la France. A la tribune de son premier meeting, il a enfilé ses gants de boxe pour s'attaquer de front à son adversaire socialiste qui n'a pas manqué de rendre coup pour coup au journal de 20 heures de TF1. Ce vendredi, François Fillon a pris la relève avec le même discours. Les socialistes sont coupables de «mensonges» et Nicolas Sarkozy est le seul capable de sortir la France de la crise gravissime qu'elle traverse, a-t-il estimé. Le PS tacle, lui, le candidat UMP, qui, selon lui, n'a pas d'autre choix que d'être dans le «déni et l'agressivité». Accusé de «mentir» par l'UMP, Hollande refuse de répondre «aux invectives» - Presidentielle 2012 Accusé de «mentir» par l'UMP, Hollande refuse de répondre «aux invectives» - Presidentielle 2012
Près d'un tiers des Français sont d'accord avec les idées du FN Près d'un tiers des Français sont d'accord avec les idées du FN Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Abel Mestre Près d'un tiers des Français adhèrent aux idées du Front national. C'est le principal enseignement du baromètre d'image du Front national, réalisé par TNS Sofres entre le 6 et le 9 janvier pour France Info, Le Monde et Canal+.
Jean-Marie Le Pen à l'Elysée : «Ça fait plaisir d'être là» - Presidentielle 2012
Marine le Pen : « L'intérêt des Français avant tout » Marine le Pen : « L'intérêt des Français avant tout » «Vous rendre votre pays, votre fierté peuple de France», a scandé Marine Le Pen sur un ton très solennel à une salle acquise à sa cause, samedi après-midi. Comme prévu, la candidate à la présidentielle est montée sur scène à 15 heures pétantes pour présenter les grandes lignes de son programme pour 2012. Sans grandes surprises non plus, le projet présidentiel la présidente du FN est marqué par ses thèmes de campagne fétiches, la sortie de l'euro qui «asphyxie l'économie», ou encore la préférence nationale pour les aides étatiques. Des mesures traditionnelles qui font toujours autant recettes chez les frontistes. «L'intérêt des Français avant tout, avant l'intérêt des autres peuples y compris européens», martèle Marine Le Pen. Une philosophie marquée par un fil rouge : celui d'un Etat fort, interventionniste dans tous les domaines.
Le Pen: les classes moyennes sont victimes du «descenseur social» Marine Le Pen s'est directement adressée, dimanche lors d'un meeting à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) aux classes moyennes victimes du «descenseur social» et a élargi son discours protectionniste aux services, en plus de l'industrie. Pour ce premier meeting de 2012, tout juste derrière le périphérique parisien, le FN a de nouveau été accueilli par des manifestants de gauche et d'extrême gauche hostiles, 350 à 500 personnes qualifiées de «nervis gauchistes» par la candidate à l'Elysée. La manifestation n'a pas donné lieu à des incidents notoires, n'étaient des crachats et des insultes, et la réunion du FN a débuté avec un peu retard. Le Pen: les classes moyennes sont victimes du «descenseur social»
Marine Le Pen rame dans sa pêche aux parrainages En ce début d’année 2012, Marine Le Pen s’inquiète. A l’occasion de la présentation de ses voeux à la presse au siège du parti, le carré, à Nanterre, la future candidate à l’élection présidentielle a fait part de ses difficultés à réunir les 500 parrainages, sésame indispensable pour entrer dans la course à l’Elysée. Elle a même avoué être loin du compte. «Si les choses continuent à ce rythme, je risque de ne pouvoir être candidate en avril prochain. Cette vérité, les Français doivent la connaître», a prévenu, hier, la présidente du Front National. Marine Le Pen rame dans sa pêche aux parrainages