background preloader

Memoire

Facebook Twitter

1 – Objectifs de l’action - FICHEENPLREFGIPFIPAN.pdf. L'énigme de la compétence en éducation - Publications de la Section des Sciences de l'Education. De Boeck, 2002 (1999) Avec le titre provocateur L’irrésistible ascension du terme “ compétence ” en éducation, Marc Romainville analysait dans un article de 1996 [1] l’émergence du terme “ compétence ” dans les documents officiels récents.

L'énigme de la compétence en éducation - Publications de la Section des Sciences de l'Education

Le terme “ compétence ” est à la mode. Il s’inscrit au hit-parade des appellations pédagogiques. Il fait partie de ces mots qui, s’imposant subitement dans un champ donné, exigent sans doute une analyse approfondie à la fois de leur origine et des raisons de leur succès. Gm-meirieu-competences-10102011.pdf. Schéma compétences professionnelles.

28 avril 2010 Henri Boudreault Didactique professionnelle, La compétence, Le contexte, Le savoir, Le savoir-être, Le savoir-faire Un commentaire About these ads WordPress: J'aime chargement… Dix nouvelles compétences pour enseigner. D’une pratique à son instrumentation. 2 Cette journée a été organisée par le CNAM-CRF-MRPP (Conservatoire national des arts et métiers – Ce (...)

D’une pratique à son instrumentation

Connaissances ou compétences, que transmettre ? La question de la transmission scolaire a toujours fait débat.

Connaissances ou compétences, que transmettre ?

Le vieil affrontement entre tenants de l’instruction et ceux de l’éducation resurgit aujourd’hui, à travers de virulentes critiques de la notion de compétences. Il n’est guère de question plus centrale pour l’école que de définir ce que l’on juge bon et nécessaire d’y transmettre aux élèves. Depuis plusieurs décennies, les débats autour de ce que l’école doit transmettre sont marqués par une opposition polémique : faut-il transmettre aux élèves des compétences – savoir prélever une information dans un texte, par exemple, ou des savoirs – ou leur faire connaître une récitation par cœur ?

Cette opposition recouvre sans nul doute des positions idéologiques, mais elle soulève aussi de vraies questions pédagogiques et philosophiques. L’approche par compétences, une réponse à l’échec scolaire ? Enseigner aujourd’hui: l’approche par compétences a le vent en poupe. Les étudiants actuels ne sont pas des étudiants comme les autres.

Enseigner aujourd’hui: l’approche par compétences a le vent en poupe

Élevés avec l’Internet, ils vivent dans un monde différent. Pourquoi apprendre par cœur quand tout est disponible sur la Toile ? L'approche par compétence by serge mercier on Prezi. Vous avez dit…Approche par compétence. Je vous propose un résumé des excellents travaux de M.

Vous avez dit…Approche par compétence

Henri Boudreault professeur à L’UQAM (Canada). Il est question d’un modèle d’apprentissage basé sur le développement des compétences dans un contexte de formation professionnelle et technique. L’écart est souvent grand entre la formation dispensée au sein des établissements de formation et le milieu du travail. Cet article qui n’est qu’un modeste résumé des travaux de M. Bourdreault vous donnera quelques pistes de réflexions. En deux mots un enseignant doit être capable de distinguer les objets d’apprentissage d’une formation, être capable de développer les concepts liés et de les rendre perceptibles et compréhensibles.

Microsoft Word - t1.doc - t1.pdf. Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser. Entretien croisé avec Philippe Meirieu, pédagogue et essayiste et Marcel Gauchet, historien et philosophe.

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser

Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ? Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société. A priori, famille et école ont la même visée d'élever les enfants : la famille éduque, l'école instruit, disait-on jadis.

Aujourd'hui, la famille tend à se défausser sur l'école, censée à la fois éduquer et instruire. P. M. M. P. P. M. P. L’approche par compétences : 
une mystification pédagogique. Introduction Dans le monde francophone, le mouvement de réforme pédagogique baptisé « approche par compétences » a commencé par se développer au Québec et en Suisse romande, avant de s’étendre à la Belgique, à Madagascar et, plus timidement, en France.

L’approche par compétences : 
une mystification pédagogique

En Communauté française de Belgique, c’est le « décret missions » de juillet 1997 qui a donné le coup d’envoi de la réforme. Il y était question d’ « amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre à apprendre toute leur vie et à prendre une place dans la vie économique, sociale et culturelle ». Ainsi se trouvaient associées officiellement, et pour la première fois, deux idées : celle de viser le développement de « compétences » (même si en 1996 on les place encore sur le même pied que les « savoirs ») et celle d’utiliser plus efficacement l’enseignement obligatoire au service de la « vie économique ».

Une approche ni récente ni originale Ce que ça change. L’école démocratique. Et de deux !

L’école démocratique

Après le désaveu de Marcel Crahay il y a deux ans, c’est au tour du célèbre pédagogue français Philippe Meirieu de dire tout le mal qu’il pense de l’approche par les compétences. Extrait d’une interview publiée sur le site du "café pédagogique" : En Europe, les compétences contre le savoir, par Nico Hirtt.

La pensée éducative de Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l’éducation, tient en quelques phrases : « améliorer les compétences et l’accès à l’éducation en se concentrant sur les besoins des marchés », « aider l’Europe à engager la compétition globalisée », « équiper les jeunes pour le marché du travail d’aujourd’hui » et « répondre aux conséquences de la crise économique ».

En Europe, les compétences contre le savoir, par Nico Hirtt

Elle résume assez bien les conceptions des dirigeants européens, qui considèrent depuis une quinzaine d’années que la première mission de l’école est de soutenir les marchés et que la solution aux problèmes de chômage et d’inégalité réside dans une meilleure adéquation entre l’enseignement et les « besoins » économiques. « La notion de réussite pour tous ne doit pas prêter à confusion » Taille de l’article complet : 1 580 mots. Vous êtes abonné(e) ? Connectez-vous pour accéder en ligne aux articles du journal. Vous n'êtes pas abonné(e) ? Accès sans abonnement.