background preloader

Purge de Staline

Facebook Twitter

Procès de Moscou

Famine ukrainienne staline. 1er décembre 1934 - Assassinat de Kirov et purges staliniennes. Le 1er octobre 1934, Sergheï Kostrikov, dit Kirov (48 ans), est assassiné dans des conditions mystérieuses à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg).

1er décembre 1934 - Assassinat de Kirov et purges staliniennes

L'homme n'est autre que le secrétaire du Parti communiste pour la région de Leningrad. C'est aussi un proche de Staline et son dauphin présumé. Sa mort va être le prétexte à une sinistre vague d'épuration au sein du Parti communiste de l'Union Soviétique, connue sous le nom de «procès de Moscou». Les accusés de ces trois procès, des bolchéviques de la vieille garde léniniste, plaideront tous coupables et feront amende honorable. La plupart seront exécutés. André Larané. Un prétexte tout trouvé Staline, tout-puissant secrétaire général du Parti communiste, a lancé en 1930 la collectivisation des terres et des usines. Malgré le renforcement de son autorité sur le Parti, le dictateur a tout lieu de craindre que la vieille garde bolchevique ne profite de ses difficultés pour le renverser.

Las, il ne s'agit que d'une feinte. Les grandes Purges. La pire répression jamais connue par un pays en temps de paix, les Grandes Purges aboutissent entre 1936 et 1939 à l’exécution de 680 000 personnes et à la déportation de centaines de milliers d’autres.

les grandes Purges

En août 1937, Staline autorise personnellement le recours à la torture dans les prisons, et ne l’interdit à nouveau que fin 1938. La grande purge du parti en 1936 a eu pour but de contrôler le recrutement en son sein. À la fin de 1936, avant même que les grandes purges ne commencent, le Parti ne compte plus que 1 450 000 membres, soit une diminution de 750 000 en quatre ans. En 1937, première année de purge en profondeur, 500 000 autres membres disparaissent des registres, le plus souvent fusillés ou envoyés dans des camps. 1937 marque l'accentuation de la politique entreprise. En septembre, Staline fait remplacer Guenrikh Lagoda par Nikolaï Lejov à la tête du NKVD pour renforcer la répression.

Ne se limitant nullement aux dirigeants, la terreur s’abat sur toute la société. Histoire de l'URSS sous Staline. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire de l'URSS sous Staline

Vous lisez un « bon article ». L’URSS sous Staline est un État souvent présenté comme l'un des principaux exemples de totalitarisme[note 1], modelé par un dirigeant qui disposait de la totalité des pouvoirs et se fit entourer d'un intense culte de la personnalité. L’avènement de Joseph Staline, le secrétaire général (ou Guensek) du Parti communiste pan-soviétique des bolcheviks, entre 1927 et 1929, marque le lancement d’une transformation brutale et radicale de la société soviétique. En quelques années, le visage de l’URSS est profondément changé par la collectivisation intégrale des terres agricoles et par l’industrialisation « à toute vapeur » agencée par les très ambitieux plans quinquennaux.

La modernisation économique du pays fut cependant payée par d'énormes exigences de travail imposées ou consenties. Grandes Purges. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grandes Purges

Vue partielle d'une plaque avec les photos prises après l'arrestation de victimes de la Grande Terreur. Spécificité[modifier | modifier le code] La plupart des historiens soulignent la spécificité de la Iejovschina[1] par rapport aux autres vagues répressives de la période stalinienne. L'historien britannique Orlando Figes résume le point de vue actuel : « Extraordinaire même à l'aune du régime stalinien, la Grande Terreur n'est pas une vague d'arrestations en masse relevant de la routine, comme celles qui balayèrent le pays tout au long du règne de Staline, mais une politique calculée de meurtre collectif.

Déroulement[modifier | modifier le code] Après le « Congrès des Vainqueurs[4] » de 1934, alors que Staline proclame que « L’homme est le capital le plus précieux », toute personne perçue comme menace potentielle pour le régime est systématiquement poursuivie et aspirée dans un système répressif qui devient tentaculaire (le Goulag)[5]. Staline - le tyran rouge - Part 2/5. Procès de Moscou. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Procès de Moscou

Les Procès de Moscou sont une série de procès organisés par Joseph Staline entre août 1936 et mars 1938, pour éliminer ses anciens rivaux politiques en Union soviétique, ainsi que diverses personnalités tombées en disgrâce. Plusieurs vétérans bolcheviks de premier plan, acteurs de la Révolution d'Octobre, sont condamnés lors de ces procès truqués. La peine capitale est le verdict habituel. L'exécution a généralement lieu dans les heures qui suivent la sentence. Objectif[modifier | modifier le code] Les procès de Moscou annoncent les Grandes Purges des années 1930. Pour les éliminer, il ne faut pas à Staline simplement les envoyer au Goulag, et les exécuter : il faut les discréditer au sein de la population.

C'est ainsi que des dossiers d'accusations sont créés de toutes pièces par le NKVD. Les Grands Ratés du XXe Siècle - Les Purges Staliniennes. Les grandes Purges.