Articles

Facebook Twitter

Alternatives Economiques : actualité économique et sociale, information économique et sociale. Renault et les délocalisations. Retour sur le projet de production de la Clio 4 à Bursa, en Turquie.

Renault et les délocalisations

Et pourquoi cela annonce un mouvement bien plus vaste de départ de l’industrie de la France, voire de l’Europe occidental. Il y a une quinzaine de jours, le quotidien La Tribune prétendait savoir que Renault allait produire la quasi-intégralité des Clio 4 en Turquie. Le site de Flins (où sont actuellement produites l’essentiel des Clio 3) ne gérerait plus que le reliquat. La rumeur fit un tollé. Renault, pour beaucoup de Français, ce n’est pas qu’une grande entreprise Française ou une ancienne entreprise publique où l’état reste le premier actionnaire. Une quinzaine de jours de dénégations, de gesticulations politico-médiatiques (ou médiatico-politiques) et de « convocation » de Carlos Ghosn plus tard, un accord était trouvé. Un lecteur du Blog Auto avait, avec cynisme, mis cela en parallèle avec le discours de Renault de la fin des années 90. Il ne faut pas confondre « délocalisation » et « mondialisation ».

NIKE et LES MULTINATIONALES : Nike multinationales Roger Romain Courcelles Belgique Marxisme Léninisme Socialisme Communisme Paix Internationalisme Anti-racisme Anti-fascisme Unité des Travailleurs : bienvenue !

NIKE et LES MULTINATIONALES :

NIKE et LES MULTINATIONALES : Réalisant en Asie 99 % de sa production, Nike a développé tout un "art de gestion de la sous-traitance" qui consiste à veiller à ce que ses fournisseurs soient toujours sur le fil du rasoir : l'entreprise américaine ne délivre des licences Nike qu'à ceux qui ont une bonne productivité, qui respectent la qualité exigée et qui ne se mettent pas en grève. Cette licence étant révisée tous les mois, il n'y a aucun droit à l'erreur. Ce qui explique la faible part de la main d'ouvre dans les coûts de fabrication (moins de 1 % du prix de vente d'une chaussure en 1998) et, en même temps, la situation des ouvriers indonésiens ou chinois qui les fabriquent : pas un salaire ne dépasse les 300 Francs par mois, pour 12 heures de travail par jour.

Pour en savoir plus George Menahem. LA DÉLOCALISATION EST-ELLE ENCORE PAYANTE? - enquête. Voir ailleurs si l'herbe est plus grasse, ou plutôt partir pour éviter de connaître des périodes de vaches maigres.

LA DÉLOCALISATION EST-ELLE ENCORE PAYANTE? - enquête

C'est la décision qu'ont dû prendre certaines sociétés françaises dès la fin des années 80, emboîtant le pas aux firmes américaines et allemandes qui avaient déjà fait, plus tôt, ce choix de la délocalisation. Selon une récente étude de l'Insee sur l'évaluation de l'impact du commerce international sur l'emploi, près de 12 % des chefs d'entreprises de plus de 20 salariés ont déclaré avoir délocalisé entre 2002 et 2007.

Première raison invoquée par les sociétés quittant le sol français: faire baisser le prix de revient en faisant travailler des «mains» moins onéreuses et être ainsi plus compétitives face à des concurrents bénéficiant de coûts de production plus faibles. La réduction de la masse salariale serait en effet la principale motivation pour 79 % des PME (source KPMG-Medef). D'autres critères poussent les entreprises à tenter l'aventure vers d'autres contrées. Accueil. Délocalisation : Travail des enfants: Gap pris la main dans le sac.

Mauvaise publicité pour Gap.

Délocalisation : Travail des enfants: Gap pris la main dans le sac

Une enquête publiée par l'hebdomadaire britannique The Observer dévoile la dureté des conditions de travail dans un atelier de New Delhi en Inde, qui fabriquait des chemises de la gamme Gap Kid. Des enfants âgés de dix ans y travaillent, évoquant de longues heures de travail non payé, des menaces et des coups. Amitosh a ainsi raconté au journal qu'il travaillait depuis plusieurs mois dans cet atelier sans être payé, afin de rembourser une somme versée à ses parents. Un autre enfant a déclaré que les jeunes employés étaient battus avec un tube en caoutchouc s'ils ne travaillaient pas convenablement.

Gap a aussitôt réagi. "Ces allégations à propos d'un atelier non autorisé en Inde sont profondément attristantes. "Dans cette affaire, notre équipe en Inde mène une enquête complète et nous avons déjà fait en sorte que les vêtements ne soient jamais vendus", a-t-il précisé.