background preloader

Lyri

Facebook Twitter

LA GESTION DE PROJET : METHODE CLASSIQUE VS METHODES AGILES | Agence de Communication Digitale Access Dev. Le métier de chef de projet est très enrichissant mais aussi très complexe car il est amené à évoluer dans différents environnements qui sont en constantes évolutions. Il doit donc être multicompétent, c’est à dire maîtriser les techniques de gestion de projet, de management d’équipe, d’avoir un bon relationnel lors des échanges avec le client et enfin de comprendre les spécificités du projet. L’objectif du chef de projet est de pouvoir mener son projet à terme en respectant les délais et le budget alloué.

Pour atteindre cet objectif, il doit prendre en compte les 3C qui sont les trois contraintes que constitue le projet. Pour atteindre son objectif, le chef de projet peut avoir recours à plusieurs méthodes de gestion de projet. Depuis toujours, les projets sont gérés avec la méthode dite « classique » qui se caractérise par recueillir les besoins, définir le produit, le développer et le tester avant de le livrer. On parle alors ici d’une approche prédictive « cycle en cascade » Crystal.

RACI - Processus & Amélioration. La description d’un processus comme un enchaînement d’activés obtient assez facilement l’adhésion. Cela se corse quand on responsabilise les entités et les individus en positionnant sur chaque activité les rôles. Or c’est indispensable pour projeter le processus sur l’organisation et le concrétiser. Un rôle est une collection : De responsabilités (ou portage d’enjeux) vis-à-vis de la chaîne de valeur (le fil rouge)De compétences requises pour réaliser une ou plusieurs activités Il est une vision générique indépendante de l’organisation, préparatoire à l’organisation de la prise en charge concrète des activités par les postes (ou des personnes).

Plusieurs rôles peuvent être tenus par une même personne. En revanche, il est déconseillé de fractionner un rôle pour le distribuer parmi plusieurs personnes. Les rôles génériques permettent la constitution de fiches de postes. Les compétences individuelles;La disponibilité;L’ancienneté et la hiérarchie. Le tableau suivant détaille le dispositif. Outil - Comment faire une étude d’opportunité? Avant de démarrer sur de bonnes bases un nouveau projet de grande envergure, vous pouvez passer par l’étude d’opportunité.

Cela permettra à votre Direction de valider si le projet doit bien être lancé, grâce à une analyse préalable et une évaluation des bénéfices futurs du projet, des coûts. L’étude d’opportunité doit identifier aussi des risques éventuels. Il s’agit donc de rédiger un document dénommé “étude d’opportunité” qui va valider ou non le bien-fondé de votre projet.

Voici comment découper votre étude d’opportunité … 1 Environnement et objectifs – L’environnement général Décrire ici l’environnement économique externe et l’environnement interne de la structure pour laquelle vous travaillez, les contraintes règlementaires éventuelles et dans quel contexte s’inscrit votre projet. Décrire sur quel marché vous travaillez et les enjeux stratégiques éventuels de votre projet – L’origine de la demande Identifiez l’origine de la demande qui a mené à l’émergence de votre projet Claire Cornic. Process elearning. La technique de l'elevator pitch. Elevator Pitch: Dossier pour le réussir. Comment réussir son Elevator Pitch ?

Lorsque l’on doit présenter son entreprise, son site internet… voire même sa personne dans le cadre d’un entretien d’embauche, il faut savoir faire sa promotion en temps limité. Il faut être synthétique, et expliquer en 30 secondes voire 1 minute maximum, pourquoi choisir votre produit plutôt que celui d’un concurrent.

Cet exercice s’appelle l’Elevator Pitch, car initialement il avait pour but de présenter son entreprise ou son produit juste le temps de prendre l’ascenseur avec un décideur (vous avez 30 secondes pour convaincre…). L’Elevator Pitch peut servir : – Lors d’une conférence, d’une présentation… – Lors d’une soirée networking, d’un salon, d’un petit déjeuner… – Lorsque vous rencontrez un ami d’ami dans une soirée – Lorsque vous recherchez un financement (banque, investisseur…) – Lorsque vous vous présentez pour un job (un pitch spécial “personal branding) – Lorsque vous faites de la prospection téléphonique Un pitch classique se construit autour de la phrase suivante : 5 (100%) 1 vote.

Du E-Learning à la digitalisation de l’expérience apprenante. On entre dans une nouvelle ère de la E-Formation. Longtemps centrée sur la seule digitalisation du contenu (E-Learning, Rapid E-Learning, Serious games…), la E-Formation est en train d’évoluer grâce au social learning, et plus globalement à tous les outils digitaux, vers la digitalisation de l’éxpérience apprenante. Et les opportunités à saisir sont prometteuses. Du E-Learning au Rapid E-Learning 1997 – 2005 : Le E-Learning fait Pschitt !

2006 – 2012 : le E-Learning se mue en rapid E-Learning. Les thuriféraires du E-Learning s’enthousiasment. Serious games et social learning Hop ! Heureusement, l’évolution de la technologie ne s’arrête jamais. L’autre piste, plus récente, est le social learning. L’enthousiasme que soulève le social learning est égal à celui qu’a suscité le E-Learning ou les serious games. Le piège de l’apprenant acteur de sa formation E-Learning, rapid E-learning, serious games, social learning… toutes ces modalités ont un point commun. Micro-Learning : le format court qui en dit long (Livre Blanc Vodeclic) Classes virtuelles : quand le formateur devient animateur d'apprentissages. Les applications de classe virtuelle connaissent un certain succès en formation à distance. Elles permettent d’organiser des séquences de formation synchrones avec un groupe, reproduisant en cela la configuration de la classe en présence. Dans l’espace de la classe, le formateur peut présenter des supports, s’adresser au groupe, distribuer des tours de parole, animer des activités orales ou écrites … Tout en suivant le niveau de participation des apprenants grâce à la palette d’outils mise à leur disposition.

Mais alors pourquoi, avec toutes la gamme d’activités possibles, s’ennuie t-on encore si souvent, dans les classes virtuelles ? Pourquoi la plupart des formateurs n‘en exploitent-ils pas l’important potentiel ? Comment les encourager à faire autrement ? Thierry Laffont, expert classe virtuelle chez Orange, connaît bien ces problématiques et leur apporte des solutions depuis plus de 10 ans. Thierry Laffont, pourquoi vous intéressez-vous autant à la classe virtuelle ? Pas du tout ! Idriss Aberkane Présentation. Quels indicateurs clés pour la gestion de la formation ? - Formaguide.com. De manière directe ou indirecte, toutes les fonctions de l'organisation sont susceptibles d'être formées. Parce qu’elle est liée au capital humain, la gestion de la formation est transverse à l'organisation et crée de la valeur sur chaque processus et chaque métier. Outre leurs tâches courantes, définition des besoins en formation, définition de la politique de formation, établissement de référentiels et mise en place des actions de formation, les directions des ressources humaines ont également pour principale mission d'évaluer la performance de ces formations afin d’en modéliser le retour sur investissement.

Mais pour que le service formation soit considéré comme un pôle créateur de valeurs et centre de profit, le DRH devra parvenir à choisir des indicateurs pertinents et précis, des indicateurs qui sauront convaincre la direction et les autres instances de l’entreprise. Les indicateurs descriptifs Les indicateurs de coûts Indicateurs d’efficience et d’efficacité Tableaux de bord et ROI. Tableau de bord RH. Guide reporting indicateur FPP nouvelle presentation Juin 2014. Quels indicateurs clés pour la gestion de la formation ? - Formaguide.com. Ressources complémentaires N° 1 : reforme version complete. Vidéo 2 : Social Learning (Livre Blanc edoceo) Vidéo 2 : Moyen et preuve de la transformation digitale de l'entreprise (livre blanc Fefaur)