Cerveau

Facebook Twitter

Neuranat : un site de neuroanatomie. Neuropsychologie, éducation et pédagogie. La chimie des choix cornéliens. La chimie des choix cornéliens - 1 Photo Des chercheurs se sont penchés sur ces dilemmes, qui peuvent être source d'angoisses ou d'anxiété.

La chimie des choix cornéliens

Ils pensent avoir identifié le récepteur qui en est à l'origine, et la zone du cerveau où ces choix cornéliens s'opèrent. Continuer tout droit et emprunter la route qui nous est familière, ou tourner à droite pour chercher un raccourci ? Dans les années 80, des chercheurs découvraient qu'un médicament utilisé dans le traitement de l'anxiété stimulait les récepteurs d'un neurotransmetteur nommé sérotonine. Néanmoins, le rôle joué par la sérotonine et le lieu de son action au cœur du cerveau demeuraient mystérieux. L'inconscient neuronal 1. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Des modèles neurobiologiques de la conscience, comme celui de l’espace de travail global, prédisent que les contenus conscients sont largement distribués dans le cerveau.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

C’est ce que confirment de nombreuses expériences en imagerie cérébrale, notamment celles de Stanislas Dehaene et ses collaborateurs, qui ont observé que l’allongement de la durée de présentation d’un mot sur un écran juste au-delà de son seuil de perception conscient s’accompagne d’une augmentation importante de l’activité des aires frontales, préfrontales, cingulaires antérieures et pariétales.

Les inputs sensoriels conscients produiraient donc une activité cérébrale bien plus étendue que des stimuli inconscients comparables et l’activation soudaine des lobes frontaux et pariétaux serait la signature typique d’une perception consciente. Mais cette conscience perceptuelle, certains diraient cette , n’est pas le seul sens que l’on donne au mot conscience. Le cerveau et les principales fonctions cognitives - HAPPYneuron.

La mémoire est omniprésente dans la vie quotidienne.

Le cerveau et les principales fonctions cognitives - HAPPYneuron

Elle nous permet de retenir toute sorte d’informations (souvenirs personnels, connaissances culturelles, procédures automatiques…) pendant une durée plus ou moins longue (de quelques secondes à toute une vie). Elle constitue le passé de chacun, ou plutôt la connaissance de celui-ci, et permet ainsi à quiconque de posséder une identité. 16. L'hémisphère silencieux. Il a une perception globale des choses L’hémisphère droit est spécialisé dans la perception holistique des relations, des modèles, des configurations et des structures complexes.

16. L'hémisphère silencieux

Il considère toujours les choses d’un point de vu général, global, il a peu le souci du détail, mais son appréhension de la totalité est instantanée, même à partir d’un fragment. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! L'analyse sémantique et la Sémantique Générale de KORZYBSKI. La sémantique générale ne doit pas se confondre avec la sémantique.

L'analyse sémantique et la Sémantique Générale de KORZYBSKI

Pour faire simple nous les différencierons de la façon suivante : la sémantique est l'étude du sens des mots, alors que la sémantique générale est l'étude du rapport entre les mots et la réalité. C'est beaucoup plus complexe, mais cela indique bien que la sémantique générale se situe au niveau de l'épistémologie, qui est la science de la connaissance. La sémantique générale a été inventée et mise en forme par Alfred KORZYBSKI, comte polonais dont l'ouvrage fondamental, Science and Sanity, paru en 1933, reste à ce jour incomplètement traduit en français. KORZYBSKI était également maître zen, et la philosophie orientale est à l'origine des conceptions de la Sémantique Générale.

24. "Même si je ne pense pas, je suis". Par la répétition perpétuelle, lassante parfois, l’hémisphère gauche, qui est peu patient, finit par capituler et, soudain, un nouveau mode d’expression apparaît.

24. "Même si je ne pense pas, je suis"

Le texte d’Eugen Herrigel : "Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc. " est exemplaire sur ce point. Ce petit livre court écrit par un Hollandais décrit le combat douloureux d’un intellectuel européen qui essaye de comprendre avec la raison ce que lui enseigne Maître Awa, jusqu’au jour où, lassé de ses multiples échecs, il renonce à trouver une explication et effectue le tir sans pensée.