background preloader

Lucionn

Facebook Twitter

Bassard

L’Unesco et la doctrine du tourisme culturel. 1Cet article retrace l’histoire de la notion de « tourisme culturel », telle qu’elle est utilisée dans plusieurs institutions internationales entre 1945 et 2005 : la Banque Mondiale, l’Unesco, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT/WTO) et le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS). 2Qu’est ce que le « tourisme culturel » ?

L’Unesco et la doctrine du tourisme culturel

L’expression supporte aujourd’hui plusieurs contradictions. Si le tourisme fut et reste une pratique culturelle de distinction, l’histoire du tourisme est l’histoire conjointe de sa (relative) démocratisation et de sa péjoration. Dans ce contexte, et du point de vue des pratiques touristiques, le tourisme culturel apparaît presque comme un paradoxe, puisque la « véritable » expérience culturelle serait réservée au voyage et au voyageur, figures positives et idéales constamment opposées au tourisme et au touriste. 3Qui parle de « tourisme culturel » ? 4A quoi sert l’expression « tourisme culturel » ? 1 Sources OMT. Le rôle de l’Icomos 2. Les chiffres-clés du patrimoine en France. Ken et son amie goûtent aux joies d’un patrimoine immatériel inestimable Le tourisme du patrimoine culturel rapporte 15 milliards d’euros par an à notre pays.

Les chiffres-clés du patrimoine en France

Vous avez bien lu ! Afin que l’on ne dise plus jamais « La Culture est chère, ses retombées sont juste symboliques !» , nous en présenterons le détail en résumant l’ étude nationale qui leur fut consacrée, soit des chiffres très peu diffusés et même absents dans le dossier de presse officiel des Journées européennes du Patrimoine qui ont lieu ce week-end. Une remarque, cependant : ce chiffre de 15 milliards est à notre avis très sous-estimé, pour deux raisons : 1 – En fait, ce sont les 15 510M€ de CA dans le Tourisme, (cf. 2 – Ce chiffre, surtout, n’englobe que le seul patrimoine bâti et non le patrimoine immatériel, alors que la gastronomie, ou plutôt le « repas français », avec ses différentes étapes et sa convivialité vient, en 2010, d’être classée par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’Humanité. – Offices de Tourisme (OT) ;

Domaines du patrimoine immatériel selon la Convention de 2003 - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO. Pratiques sociales, rituels et événements festifs - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO. Les pratiques sociales, rituels et événements festifs sont des activités coutumières qui structurent la vie des communautés et des groupes, et auxquelles un grand nombre des membres de celles-ci sont attachés et y participent.

Pratiques sociales, rituels et événements festifs - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO

Ces éléments sont importants car ils réaffirment l’identité de ceux qui les pratiquent en tant que groupe ou société et, qu’ils soient pratiqués en public ou en privé, ils sont étroitement liés à des événements importants. Les pratiques sociales, rituelles et festives peuvent contribuer à marquer le passage des saisons, les moments du calendrier agricole ou les périodes d’une vie humaine. Elles sont étroitement liées à la vision du monde qu’a une communauté et à sa perception de son histoire et de sa mémoire. Il peut s’agir aussi bien de petites réunions que de célébrations sociales et de commémorations de grande ampleur. Questions fréquentes (FAQ) - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO. Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ?

Questions fréquentes (FAQ) - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO

Le patrimoine culturel ne se limite pas aux monuments et aux collections d’objets. Il inclut également les traditions ou expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmis à nos descendants, comme la tradition orale, les arts du spectacle, les pratiques sociales, les rituels, les événements festifs, les connaissances et les pratiques concernant la nature et l’univers ou les savoirs et savoir-faire nécessaires à la production de l’artisanat traditionnel.

Si ces éléments ne sont pas tangibles – on ne peut pas les toucher –, ils n’en constituent pas moins une part très importante de notre patrimoine culturel. C’est là le patrimoine culturel immatériel, une forme vivante de patrimoine recréée en permanence et qui évolue à mesure que nous adaptons nos pratiques et nos traditions à notre environnement. Il procure vis-à-vis de nos cultures un sentiment d’identité et d’appartenance. Plus de détails… « Protéger » ou « sauvegarder » ? Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO. La Conférence générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture ci-après dénommée “l’UNESCO”, réunie à Paris du vingt-neuf septembre au dix-sept octobre 2003 en sa 32e session, Se référant aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, en particulier à la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966 et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966,

Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel - patrimoine immatériel - Secteur de la culture - UNESCO

> Vins & Produits régionaux 1 / Les Dionysies 2 / Les Festi'caves 3 / Le Biou 4 / Les dégustations 5 / La Percée du Vin Jaune En général, ces rencontres littéraires et gastronomiques ont lieu le 1er week-end de juillet.

Renseignements et réservations au 03 81 82 04 40 ou sur leur site. En général, ce festival musical et gastronomique autour des vins de l'AOC Arbois a lieu l'avant-dernier week-end de juillet. Les Festi'caves n'auront pas lieu en 2014. Il représente une offrande à Dieu des prémices des vendanges sous la forme d'une grappe de raisins (d'une taille variable). Le Biou à Arbois : 1er dimanche de septembre. Le Biou à Pupillin : 3ème dimanche de septembre. Le Biou à Vadans : 4ème dimanche de septembre. Patrimoine culturel immatériel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Patrimoine culturel immatériel

Logotype du patrimoine culturel immatériel. Le patrimoine culturel immatériel (PCI) est une catégorie de patrimoine issue de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée par l'UNESCO en 2003. Genèse[modifier | modifier le code] UNESCO : centre du patrimoine mondial. Le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir.

UNESCO : centre du patrimoine mondial

Nos patrimoines culturel et naturel sont deux sources irremplaçables de vie et d’inspiration. Des lieux aussi extraordinaires et divers que les étendues sauvages du parc national de Serengeti en Afrique orientale, les Pyramides d’Egypte, la Grande Barrière d’Australie et les cathédrales baroques d’Amérique latine constituent le patrimoine de notre monde. Ce qui rend exceptionnel le concept de patrimoine mondial est son application universelle. Les sites du patrimoine mondial appartiennent à tous les peuples du monde, sans tenir compte du territoire sur lequel ils sont situés. Patrimoine et patrimonialisation: entre le matériel et l'immatériel.

UNESCO Secteur de la culture - Patrimoine immatériel - Convention 2003 : Chaque année, le Comité se réunit pour évaluer des candidatures et décider d’inscrire ou non les pratiques et expressions culturelles du patrimoine immatériel proposées par les États parties à la Convention de 2003.

UNESCO Secteur de la culture - Patrimoine immatériel - Convention 2003 :

La Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente (voir les critères) est composée d’éléments du patrimoine immatériel que les communautés concernées et les États parties considèrent comme nécessitant des mesures de sauvegarde urgentes pour assurer leur transmission. Les inscriptions sur cette Liste contribuent à mobiliser la coopération et l’assistance internationale qui permettent aux parties prenantes de prendre des mesures de sauvegarde adéquates. De 2009 à 2014, le Comité a inscrit 38 éléments sur cette liste. Protection du patrimoine culturel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Protection du patrimoine culturel

La protection du patrimoine culturel a été édictée par la convention de La Haye de 1954 portant sur la protection de ces biens culturels en cas de conflits armés. Les bâtiments protégés au titre de cette convention devaient initialement être marqués à l'aide d'un sigle représentant un bouclier bleu. De telles marques ont été apposées sur ces bâtiments, mais très rapidement ils sont devenus des cibles.

Dès lors, le marquage a été généralement abandonné. Une organisation non gouvernementale a été mise en place pour protéger et sauvegarder le patrimoine culturel : the International Committee of Blue Shield (Comité international du Bouclier bleu). L'ICBS a été officiellement reconnu dans le deuxième protocole à la Convention de La Haye (avril 1999). Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Patrimoine mondial de l'Unesco.