background preloader

Cyber attaque

Facebook Twitter

Attentats à Paris : les Anonymous promettent de «traquer» Daech - Le Parisien. Dans une vidéo, le collectif Anonymous promet de riposter après les attaques terroristes de Paris qui ont fait au mois 129 morts, sans entrer dans le détail de ce qu'ils envisagent de faire contre Daech . «Les Anonymous du monde entier vont vous traquer, (...) sachez que nous vous trouverons et que nous ne lâcherons rien. Nous allons lancer l'opération la plus importante jamais réalisée contre vous. Attendez-vous à de très nombreuses cyber-attaques. La guerre est déclenchée», menacent-ils. «Le peuple français est plus fort que tout et se relèvera de cette atrocité encore plus fort, sachez-le.»

Les hackers rappelle qu'au moment des attentats de Charlie Hebdo, ils avaient déjà menacé de s'attaquer au groupe État islamique. VIDEO. VIDEO. VIDEO. Vers un boom du marché de la cyber-assurance. Partant du constat que la fréquence et la gravité des cyber-attaques prennent toujours plus d’ampleur, l’assureur allemand Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) entrevoit un boom du marché mondial des primes de cyber-assurance. Dans son récent rapport «A Guide to Cyber Risk: Managing The Impact of Increasing Interconnectivity», cette filiale d’Allianz (spécialisée dans la gestion des risques pour les grands comptes) table sur une croissance de plus de 20 milliards de dollars pour ce marché d’ici 2025.

Un autre rapport, publié par le cabinet PwC, prédit aussi que ce marché va croître pour atteindre au moins un volume de 7,5 milliards de dollars en 2020. L’interruption d’activité sera perçue comme un risque majeur Actuellement, la cybercriminalité à elle seule coûte approximativement 445 milliards de dollars par an à l’économie mondiale, indique AGCS. Le volume annuel de ce segment, à l’échelle globale, a atteint 2 milliards de dollars en 2014. Les USA auraient planifié une cyberattaque géante contre l’Iran. Par Stéphane Larcher, le 18 février 2016 16:25 Dans un film documentaire présenté hier à Berlin intitulé Zero Days, le réalisateur Alex Gibney prétend que les USA avaient planifié une cyberattaque massive contre l’Iran en cas d’échec des négociations avec le pays. Le 14 juillet 2015, l’Iran signait à Vienne un accord historique autour du nucléaire, accord toujours contesté d’ailleurs par une large partie de la classe politique et de l’opinion américaine.

Alex Gibney (photo ci-contre), réalisateur du film documentaire Zero Days affirme qu’un scénario alternatif avait été élaboré depuis 2009 par l’agence NSA en cas d’échec des négociations. Nitro Zeus Ce programme, baptisé Nitro Zeus visait à paralyser totalement l’ancienne Perse en déversant une quantité gigantesque de virus informatiques à même de paralyser l’ensemble des infrastructures de transports, d’énergie, de défense aérienne, de communications et autres. La menace d'Israël. Attentat: une cyberattaque contre une centrale nucléaire est envisageable d’ici 5 ans. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Replay Emissions pluie modérée Vent : 10km/h - UV : 2 Clôture veille : 4340.76 Ouverture : 4301.19 Replay Emissions Après les attentats qui ont frappé le sol européen, Gilles de Kerchove, coordinateur de l’Union européen pour la lutte contre le terrorisme, estime que d’ici peu les attaques pourraient prendre des formes bien plus inquiétantes et cibler notamment des centrales nucléaires européennes. Aussi horribles qu’ils soient les attentats que nous avons connus jusqu’à présent ne pourraient être qu’un début… timide. Une information d’autant plus inquiétante que la sécurité des sites nucléaires belges est actuellement pointée du doigt.

Tweeter. Victime d'une cyberattaque, une université canadienne paye une rançon. L'université de Calgary, victime d'un piratage informatique, a payé une rançon de 20.000 dollars canadiens (14.000 euros) pour reprendre la maîtrise de ses serveurs de courrier électronique, s'attirant la critique mercredi sur une décision pouvant encourager la cybercriminalité. "L'université de Calgary a été la cible d'une cyberattaque qui a touché ses systèmes (d'information)", a indiqué la direction, en notant que ses personnels administratifs et enseignants, comme les étudiants, avaient été privés de leur courrier électronique pendant dix jours. Après avoir "payé une rançon totalisant environ 20.000 dollars", par le biais de la monnaie numérique Bitcoin, les responsables des services d'information de l'université ont récupéré les clés de décryptage leur permettant de débloquer les serveurs.

"Il n'y a pas d'indication que des données personnelles ou de l'université" ont pu être diffusées sur internet, a estimé la direction. Dreuz a subi une sérieuse cyberattaque. Depuis 48 heures, le site Dreuz.info est instable. Nos auteurs ont du mal à publier leurs articles, des messages d’erreur apparaissent à l’écran. Il y a quelques jours, Rosaly ne pouvait pas commenter, JPG a perdu tout un article qu’il a du réécrire, Jean Vercors n’arrivait pas du tout à poster, ni Alain Leger… Tôt ce matin, nous avons reçu le message suivant de la société qui assure la protection du site : Un petit malin s’est rendu compte que Dreuz a un point faible => certains plugins consomment à max donc c possible de faire tomber en fatiguant le serveur. des con*#@ds qui vous aiment pas parlent avec lui et disent OK Cool, c combien [pour faire tomber Dreuz] ?

Le ou les mecs [les hackers] se disent « cool on va faire tomber Dreuz. et on va faire du pognon », donc il annoncent un chiffre de quelques milliers d’euros à ceux qui vous aiment pas. Ils commandent des serveurs, de préférence avec une facturation à l’heure plutôt qu’au mois pour moins sortir de sous. Symantec confirme le lien entre les piratages de SWIFT et Sony. Une douzaine de banques d'Asie du Sud-Est ont fait appel à l’entreprise de sécurité FireEye pour analyser des intrusions. Selon les chercheurs de Symantec, le malware utilisé pour voler 81 millions de dollars à la banque centrale du Bangladesh est bien lié à l'attaque de 2014 contre Sony Pictures. Les connexions du malware laissent penser que des pirates nord-coréens sont très probablement à l’origine des récentes attaques lancées contre plusieurs banques asiatiques, notamment le vol de 81 millions de dollars à la banque centrale du Bangladesh survenu au début de l’année.

Les chercheurs en sécurité de Symantec ont également la preuve que les malwares utilisés dans la cyber attaque contre la banque du Bangladesh sont identiques à ceux qui ont ciblé une banque philippine dont le nom n’a pas été divulgué. Ce même malware est également impliqué dans la tentative de vol de 1 million de dollars à la banque vietnamienne Tien Phong Bank. Un groupe de hackers nord-coréen derrière ces attaques. Les États-Unis confirment des attaques informatiques contre l'État islamique - Politique. Face à l'État islamique, les États-Unis mobilisent aussi leurs ressources en informatique pour affaiblir l'organisation au Moyen-Orient. Les États-Unis avaient prévenu.

Contre le grave péril que représente l’État islamique au Moyen-Orient mais aussi dans le reste du monde, pas question de se contenter de mener des bombardements. Pour affaiblir durablement l’organisation en Irak et au Levant, des actions plus ciblées doivent être conduites. Cela passe donc par l’engagement de forces spéciales, mais aussi par des attaques informatiques. Ces opérations ont d’ores et déjà débuté, puisqu’une « première affectation en temps de guerre » a été donnée à l’US Cyber Command, fait savoir Ashton Carter, le secrétaire département de la défense, dans un entretien accordé au Financial Times. . « Nous ne voulons pas que l’ennemi sache quand, où et comment nous conduisons des cyber-opérations.

Sur le papier, les cibles du Cyber Command ne manquent pas. Lire L'ancien CEO de Google conseillera le Pentagone.