background preloader

Harcèlement

Facebook Twitter

Films sur le harcèlement

Les enseignants ont kidnappé le débat sur le harcèlement à l'école. Ceux qui dénoncent le clip de prévention produit par l'Éducation nationale, jugé «caricatural et méprisant», sont hors sujet.

Les enseignants ont kidnappé le débat sur le harcèlement à l'école

C'est l'histoire d'un rapt. Le 2 novembre, le ministère de l'Education nationale a rendu public le clip de prévention contre le harcèlement scolaire coproduit par Mélissa Theuriau. Presque aussitôt, des profs (et non pas «les profs», comme on l'a lu et entendu) ont manifesté leur mécontentement en dénonçant une «vidéo caricaturale et méprisante». Ils ont surtout, à gros coups de communiqués rageurs publiés par des syndicats pourtant souvent désaccordés, réussi à détourner les projecteurs du sujet principal (la souffrance des enfants harcelés) pour les braquer vers leur propre cause: le supplice enduré par des enseignants se sentant stigmatisés par une vidéo d'une minute qui ne s'adresse même pas à eux.

Ces derniers ont purement et simplement kidnappé un sujet ô combien grave et ont exigé, en guise de rançon, le retrait de la vidéo. Allégorie Double peine. Quelques ressources pour aborder le harcèlement et le cyber-harcèlement. Le site non au harcèlement, avec un accès en fonction du profil de la personne qui consulte : je suis victime, je suis témoin, je suis un professionnel, mon enfant est victime.

Quelques ressources pour aborder le harcèlement et le cyber-harcèlement

Les outils de sensibilisation proposés par le ministère sur son site "Non au harcèlement". Le site net public propose une campagne sur le cyber-harcèlement. Des guides, des vidéos chocs, des outils pédagogiques. Le site e-enfance.org qui a pour mission la lutte contre le cyber-harcèlement. Une mine d’or avec entre autres une sélection de guides pour les établissements. Pour les plus jeunes, la vidéo c’est quoi le harcèlement ? Dans la même série : ça va trop loin ! " Le clip officiel de la campagne non au harcèlement Présenté lors de la conférence de presse du 29 octobre 2015, découvrez le clip de la campagne 2015 du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour agir contre le harcèlement à l’École. Le serious game stop la violence avec 3 scénarii différents. Agir contre le harcèlement à l'École. Cyberviolence : « la majorité des jeunes est concernée »

Un collégien sur cinq est touché par la cyber-violence révèle une enquête du ministère de l’Education.

Cyberviolence : « la majorité des jeunes est concernée »

Décryptage avec Catherine Blaya, présidente de l’Observatoire international de la violence à l’école, et professeure en sciences de l’éducation à l’ESPE de Nice. Cyberharcèlement © Dan Race – Fotolia.com Selon l’enquête de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), 18% des collégiens déclarent avoir été victimes de la cyber-violence en 2013 : faut-il s’en inquiéter et pourquoi ? C’est un impératif ! Comme pour le harcèlement « traditionnel », les conséquences de la violence par SMS ou sur Internet peuvent être très graves. La cyber-violence concerne plus de jeunes qu’on ne le croit. Comment expliquer que la cyber-violence touche plus les filles (21%) que les garçons (15%) ? Il s’agit d’une violence psychologique, le plus souvent à caractère sexiste, qui cible l’apparence. L’augmentation de la cyberviolence est à nuancer.

Charles Centofanti. Filmeinsatz bei der Mobbing-Prävention - kinofenster.de. Les réseaux sociaux face au suicide des jeunes ( lien) Atantico : De plus en plus de personnes, notamment des jeunes, annoncent leur suicide sur les réseaux sociaux, avant de passer à l’acte.

Les réseaux sociaux face au suicide des jeunes ( lien)

Ce type d’appel au secours est-il nouveau ? Michel Debout : On a longtemps considéré que le geste suicidaire, notamment chez les jeunes était un appel au secours. Ce n’est pas nouveau, ce qui l’est c’est la forme que prend le geste à travers les réseaux sociaux puisque cela n’existait pas il y a une dizaine d’années encore. Il faut comprendre pourquoi ce type de communication semble aujourd’hui privilégié par les adolescents, et je crois que la réponse réside dans ce que les réseaux représentent pour les jeunes.