background preloader

Sur les PRÉLEVEMENTS OBLIGATOIRES

Facebook Twitter

Les hausses d’impôts frappent plus les particuliers que les entreprises. Les ménages subissent davantage que les entreprises la hausse de la fiscalité intervenue depuis 2010, montre une note publiée jeudi 22 octobre par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), un centre de recherche rattaché à Sciences Po.

Les hausses d’impôts frappent plus les particuliers que les entreprises

Les auteurs, Mathieu Plane et Raul Sampognaro, ont analysé l’évolution des prélèvements obligatoires (PO), en s’appuyant notamment sur le projet de loi de finances pour l’année prochaine, actuellement débattu au Parlement. Les PO incluent non seulement les impôts au sens strict comme l’impôt sur le revenu, mais aussi les taxes et les cotisations sociales. Entre 2010 et 2013, « l’austérité fiscale a porté de façon relativement équilibrée sur les ménages et les entreprises », écrivent les deux économistes. Avant un décrochage « entre l’évolution des PO des ménages et celle des PO des entreprises ». Une hausse de 66 milliards € pour les ménages. Dessine-moi l'éco : Comment calcule-t-on l'impôt sur le revenu ? Christian Eckert, Simplifier l’impôt… à la source - L'entretien.

Comment fonctionnent les impôts ? Déchiffrage Arte : Les impôts. La fiscalité correspond à l’ensemble des prélèvements obligatoires.

Déchiffrage Arte : Les impôts

Ils correspondent au total des impôts, taxes et cotisations sociales auxquels sont soumises les personnes physiques et morales d’une économie. En savoir plus. La baisse d’impôt sur le revenu concernera 5 millions de ménages en 2017. Qui paye l'impôt sur le revenu ? C’est une question qu’il faut se poser au moins une fois par an, et d’autant plus que l’impôt sur le revenu a toujours enflammé les débats dans l’opinion depuis sa création il y a un peu plus de 100 ans, en 1914.

Qui paye l'impôt sur le revenu ?

Alors essayons de voir d’abord ce qu’en dit le gouvernement. Dans la lettre jointe à votre déclaration, le ministre Michel Sapin donne de premiers éléments : d’abord, sur les 37 millions de foyers fiscaux français recensés en 2015, seuls 17 millions seront imposés cette année, ce qui signifie que moins de la moitié de ces ménages acquitte l’impôt sur le revenu et que cette proportion continue de décroître, puisque le ministre précise pour s’en réjouir qu’entre 2014 et la fin 2016, près des deux tiers des foyers fiscaux concernés auront vu leur impôt baisser, voire annuler. En clair, le gouvernement a fait le choix de sortir de l’impôt sur le revenu la plupart des ménages concernés par les deux premières tranches fiscales.

Oui, et depuis le début. Jean-Marc Daniel, Une fiscalité punitive ou incitative ? Augmenter la TVA : quel impact réel ? - Décryptage éco. Christian Chavagneux, Alternatives Economiques - Est-il vraiment efficace de baisser l'impôt sur les sociétés ?