background preloader

ECO 5.3 Croissance économique et développement durable

Facebook Twitter

Avec ou sans Covid-19, la Finlande reste le pays le plus heureux du monde. Pour la quatrième année consécutive, la Finlande a été désignée vendredi 19 mars « pays le plus heureux du monde », devançant le Danemark, la Suisse et l’Islande dans un classement du bonheur où l’impact du Covid-19 a été étonnamment contrasté.

Avec ou sans Covid-19, la Finlande reste le pays le plus heureux du monde

Cette étude, réalisée sous l’égide des Nations unies et publiée depuis 2012, prend en compte 150 pays. L’Europe domine très largement le top 10, qui inclut également les Pays-Bas, la Norvège, la Suède, le Luxembourg et l’Autriche. Seule invitée non européenne : la Nouvelle-Zélande, qui figure à la 9e place. La France ne se trouve pas dans le haut du classement, mais elle décroche la 21e position, gagnant au passage deux places par rapport à l’an passé. Devant elle, on trouve notamment l’Allemagne (13e), le Canada (14e), le Royaume-Uni (17e), les Etats-Unis (19e) et la Belgique (20e). Les auteurs de l’étude utilisent des sondages Gallup, lesquels demandent aux habitants leur propre niveau de bonheur.

INFOGRAPHIE. Le projet de loi "climat et résilience" ne reprend que 10 propositions de la Convention citoyenne "sans filtre" C'était l'ambition affichée au départ : "Ce qui sortira de cette convention, je m'y engage, sera soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe", annonçait Emmanuel Macron, en avril 2019.

INFOGRAPHIE. Le projet de loi "climat et résilience" ne reprend que 10 propositions de la Convention citoyenne "sans filtre"

Deux ans plus tard, 46 des 149 propositions formulées par la Convention citoyenne sur le climat (PDF) se retrouvent dans le projet de loi "climat et résilience", examiné à l'Assemblée nationale à partir de lundi 8 mars. Appelés à voter pour évaluer si les "décisions du gouvernement relatives aux propositions de la CCC" permettraient de "s'approcher de l'objectif de diminuer d'au moins 40% (par rapport à 1990) les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 dans un esprit de justice sociale", les membres de la Convention ont sorti le stylo rouge : la moyenne est de 2,5 sur 10 seulement.

Peu de mesures reprises telles quelles. Diaporama ECO 4.3 croissance et développement. Climeworks, la société qui fait disparaître le CO2. Le timing était parfait.

Climeworks, la société qui fait disparaître le CO2

Lundi, alors que le groupe d’experts sur le climat venait de tancer le monde pour lancer des transformations «rapides» et «sans précédent» qui limitent le réchauffement à 1,5 degré Celsius, une entreprise suisse en profitait pour glisser au public les progrès de sa technologie. Le GIEC recommande de réduire les émissions de CO2 de 45%. Pourquoi ne pas retirer le CO2? C’est ce que vise Climeworks, une start-up issue de l’EPFZ, en filtrant le dioxyde de carbone de l’atmosphère. La société zurichoise a testé depuis un an avec le fournisseur d’énergie Reykjavik Energy une manière d’aspirer le CO2 avant de le stocker dans le sol islandais. Transformer le CO2 en pierre. Pour un retour du long terme. Sous l’impulsion de la croissance tirée par l’innovation financière et la diffusion internationale de ses normes, managers, ministres des Finances, banquiers centraux et experts ont longtemps eu les yeux rivés sur les cours boursiers et les mouvements des indicateurs financiers.

Pour un retour du long terme

Avec l’irruption en 2020 de la Covid-19, voilà que ces mêmes acteurs commencent toutes leurs interventions par un point sur la situation sanitaire, car c’est à partir d’une anticipation ou non d’une victoire sur la pandémie qu’ils prennent leurs décisions. Clairement, le temps du virus et de ses mutations n’est pas celui des cotations boursières, ni même celui du calendrier politique, en particulier électoral, comme le montre le résultat des présidentielles aux Etats-Unis.

Le moment est venu de revenir sur les dégâts du « court-termisme » des politiques économiques, considéré comme gestion efficace de sociétés soumises plus à la vigilance des financiers qu’au contrôle par les citoyens. Santé ou croissance, l'heure du choix - Ép. 1/3 - L’économie d’un monde meilleur. Alors que la France compte plus de 12 000 nouveaux cas de Covid-19 par jour, que certaines régions qui ont vu leur taux de contamination exploser sont soumises à un couvre-feu dès 18 heures et que deux nouvelles souches de coronavirus, l’une sud-africaine, l’autre britannique, sont entrées sur notre territoire, l’espoir que 2021 soit l’année de la vaccination à grande échelle, synonyme de reprise économique, demeure. D’ailleurs, ce début d’année 2021 acte bel et bien la course à la vaccination. Avec un nombre quotidien de contaminations variant entre 3 000 et plus de 21 000 cas ces deux dernières semaines, les chiffres de suivi de l'épidémie restent loin de l'objectif des 5 000 cas quotidien fixé par le gouvernement.

Face à cette situation, la campagne de vaccination en France, cible de nombreuses critiques, devait accélérer lundi, avec un élargissement des publics prioritaires. Qu'est-ce que l'écosocialisme ? - Löwy, Michael. La décroissance, planche de salut de la planète ? Les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie devraient chuter de 9 % en 2020, selon le cabinet de conseil Enerdata.

La décroissance, planche de salut de la planète ?

Un effet direct du gel des déplacements et autres mesures pour contrer le Covid. Le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait ainsi reculer de près de 5 % cette année, a indiqué le Fonds monétaire international (FMI). Du jamais vu en période de paix. Derrière ces chiffres, des centaines de millions de ménages pauvres ou fragiles dont la situation s’est brutalement aggravée. Si on fait l’hypothèse que les émissions de gaz à effet de serre liées à l’agriculture et à l’alimentation ont de leur côté peu varié (parce que la planète a continué à manger), le recul des émissions globales serait alors de l’ordre de 7 %. Clémentine Autain, députée LFI : "l'hypermarché est un modèle de société qui n'est pas tourné vers ce qui peut nous rendre libres" Neutralité carbone : que vaut l'engagement de la Chine ? La Chine, premier émetteur mondial de CO2, sera-t-elle le champion du monde de la transition bas carbone ?

Neutralité carbone : que vaut l'engagement de la Chine ?

Lors de la dernière assemblée générale annuelle des Nations unies, en septembre dernier, Xi Jinping avait impressionné ses pairs en annonçant d’une part un pic des émissions de CO2 de son pays « avant 2030 », et d’autre part la « neutralité carbone avant 2060 ». C’est un grand pas en avant, puisque jusqu’ici, la Chine ne s’était engagée que sur le premier de ces deux objectifs, « d’ici 2030 ». Il faut toutefois bien noter que les déclarations du président chinois portent explicitement sur les seules émissions de CO2, et non l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre, soit 76 % du total. Trois indicateurs clés. Une autre économie, oui, mais laquelle ? « La collapsologie est née d’un constat d’impuissance » Catherine Larrère, philosophe, professeure émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Raphaël Larrère, ingénieur agronome et sociologue, auteurs de nombreux ouvrages, viennent de publier Le pire n’est pas certain.

« La collapsologie est née d’un constat d’impuissance »

Essai sur l’aveuglement catastrophiste (Premier Parallèle, 2020), en réponse aux certitudes avancées par les collapsologues, pour qui l’effondrement est inévitable, et qui nous enjoignent de nous y préparer. Pour les deux chercheurs, la catastrophe ou plutôt les catastrophes sont évitables à condition de ne pas s’enfermer dans un « récit du Tout » et en repolitisant l’écologie. Démonstration. D’où vient cette idée de l’effondrement ? Vie et mort du délit d'écocide. Un ‘délit d’écocide’ : en voilà une révolution juridique !

Vie et mort du délit d'écocide

Annoncée hier dans le Journal du dimanche par deux des principaux ministres du gouvernement. Délit d’écocide : que risqueront les pollueurs ? Le « progrès » selon Keynes. En 1930, Keynes donne à Madrid une conférence prophétique.

Le « progrès » selon Keynes

L’esprit clairvoyant qui dénonçait en 1919 « Les conséquences économiques de la Paix » (celle qu’impose le traité de Versailles), désastreuses à ses yeux, enjambe cette fois un siècle entier et trace des « Perspectives économiques pour nos petits enfants ». Keynes rappelle que dans les dernières décennies en Europe, le progrès technique a engendré des gains de productivité en apparence modérés de l’ordre de 2 % par an.

Cependant, sur un siècle, ce taux annuel engendre une multiplication par près de huit de l’ensemble des biens capitaux ainsi que des biens et services de consommation à la disposition d’une population. Mesurer le bien-être des régions au-delà du PIB. Quelle est la région la plus riche de l’Hexagone ?

Mesurer le bien-être des régions au-delà du PIB

A cette question, il y a de fortes chances que vous répondiez l’Ile-de-France. Et vous auriez raison, comme vient de le rappeler l’Insee. Mais est-ce celle qui se porte le mieux sur les plans écologique et sociale ? Que nenni ! Elle fait plutôt partie de la queue du peloton. Pour répondre à la première question, il suffit de comparer les PIB régionaux par habitant. Climat : au delà du constat "apocalyptique", quelles solutions ? Fin septembre à l'assemblée des nations unies. Des éco-systèmes entiers s'effondrent, nous sommes au début d'une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez c'est d'argent et de contes de fée de croissance éternelle... comment osez vous !! Compléter le PIB : quelques contributions récentes de la statistique sociale − Economie et Statistique / Economics and Statistics n° 517-518-519 - 2020. Réchauffement climatique : la révolution monétaire. Et si les banques centrales prenaient la lutte contre le changement climatique au sérieux au point d’en faire l’un des objectifs de la politique monétaire ?

C’est en tout cas le plaidoyer qu’a livré Isabel Schnabel, une économiste allemande membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), dans un discours récent et décoiffant, qui a pris tout le monde de court. Il faut dire que le moment est propice. Après la Fed, la banque centrale des Etats-Unis, la BCE est en train de travailler à sa revue stratégique, dont les résultats seront connus au milieu de l’année prochaine. Elle devrait plaider, comme de l’autre côté de l’Atlantique, pour une cible d’inflation de 2 % en moyenne sur plusieurs années. De quoi permettre, comme la hausse des prix est faible aujourd’hui, d’accepter demain une inflation de 3-4 % pendant un moment, avant que la BCE ne commence à réfléchir à augmenter ses taux directeurs pour refroidir l’économie.

Jeco 2020 : le programme 2020. Un monde sans croissance, c’est possible. La méthode des quotas- 2020. J’évoquais lundi dernier, en guise de conclusion à la chronique consacrée au calcul de mon empreinte carbone, une idée un peu baroque : le fait de moduler les taux d’imposition sur le revenu en fonction des émissions de CO2. La Chine s'engage à atteindre la neutralité carbone en 2060. Californie va interdire la vente de voitures diesel et essence neuves à partir de 2035. "Durant de trop longues décennies, nous avons laissé les voitures polluer l'air que nos enfants et nos familles respirent", a justifié le gouverneur démocrate Gavin Newsom. A compter de 2035, plus aucune voiture neuve vendue en Californie ne pourra être équipée d'un moteur diesel ou à essence, selon une ordonnance signée mercredi 23 septembre par le gouverneur démocrate de Californie.

"C'est la mesure la plus efficace que notre Etat puisse prendre pour combattre le changement climatique", a justifié le Gavin Newsom dans un communiqué. La tragédie des imprimantes en commun - 2020. Xavier Timbeau : « le récit de la décroissance - 2020. Pour limiter le réchauffement climatique « bien en-deçà de 2°C par rapport à l’époque préindustrielle et si possible à 1,5°C », comme visé dans l’Accord de Paris sur le climat, il faudrait que les émissions mondiales de gaz à effet de serre reculent fortement chaque année. Ce que les politiques n’ont jamais réussi à réaliser, la récession liée au Covid l’a fait. Elle a entraîné une baisse des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie estimée à 7 % pour 2020.

Environ ce qu’il faudrait atteindre chaque année pour tenir un objectif de 1,5°C de réchauffement. De nos poubelles jaunes aux décharges de Malaisie : comment une partie des déchets français est exportée frauduleusement en Asie. On doit changer de modèle mais comment ? Patrick Artus - 2020. Notre modèle économique doit être revu pour tendre vers une demande soutenue par les salaires et avec moins de dette publique.

Les populations de vertébrés ont chuté de 68 % en moins de cinquante ans. Empreinte carbone : faux coupables et vrais pollueurs. Empreinte carbone de quoi s’agit-il ? Quels sont les chiffres ? INFOGRAPHIE. La pandémie de Covid-19 a fait reculer le "jour du dépassement" de près d'un mois. Cette année, cette date symbolique, qui signifie que l'humanité a consommé autant de ressources que ce que la Terre peut générer en un an, est fixée au 22 août. JECO 2020 : Le progrès ensemble.

Le crime d'écocide en débat - 2020. L'équilibre - Therapie taxi. Pour la première fois depuis trente ans, l’indice de développement humain pourrait décliner en 2020. Rémi Godeau, L’Opinion - La transition écologique sera punitive, ou ne sera pas. Aurélien Barrau : "La science est du côté de Greta Thunberg". 2019. Edgar Morin : "La croissance exponentielle tend vers l’explosion" 1974.