background preloader

Tourisme et technologies

Facebook Twitter

I. La 3D va-t-elle révolutionner l'industrie du tourisme et la vente en agences ? Où en sommes-nous au sujet des avancées technologiques 3D ?

I. La 3D va-t-elle révolutionner l'industrie du tourisme et la vente en agences ?

Actif, passif, avec ou sans lunettes, de nombreuses marques s’acharnent à développer des technologies pour afficher une image en 3D. Sur le plan technique, les différentes offres en matière de 3D se répandent comme une traînée de poudre et infiltrent différents types de supports, en commençant par les écrans.

Au cinéma bien sûr, mais aussi depuis 2009 sur les téléviseurs et moniteurs qui sont de plus en plus demandés. La 3D semble aussi évoluer dans le marché du mobile. Les smartphones et tablettes à écrans tactiles 3D sont encore peu représentés, mais cela tend à changer chez certaines marques telles qu’HTC, LG ou encore Sharp. Dans le secteur du tourisme, les initiatives se multiplient. Nouvel Espace Display propose des tablettes Android 3D sans lunettes (voir encadré), "une innovation made in France encore peu prisée par les professionnels du tourisme", regrette Alain Sayagh, directeur de l'entreprise.

Le tourisme et les transports testent les montres connectées. Le secteur est encore balbutiant mais les géants de l'électronique que sont Apple, Samsung ou encore Sony ont déjà dévoilé leurs modèles.

Le tourisme et les transports testent les montres connectées

Du côté des professionnels, des tests sont en cours afin de juger de l'intérêt des montres connectées. Chaque constructeur y va désormais de son modèle. Outre les Apple Watch ou Samsung Gear 2, d'autres géants, comme Microsoft se rapprochent de l'idée de proposer une montre connectée. Cette extension du smartphone est censée permettre à l'utilisateur d'avoir un accès à ses applications, tout en conservant les mains libres et sans avoir à sortir de sa poche son précieux terminal. Si l'intérêt du grand public envers ce type de dispositif reste encore à démontrer, les professionnels réfléchissent à l'usage qui peut être fait de ces montres, en particulier dans les domaines du paiement, de l'hôtellerie ou encore dans les transports. #ET10 : Objets et interfaces connectés.

Nov32014 Pour la première fois, les Rencontres Nationales du eTourisme se sont dotées de Beacons et l’atelier A4 fut l’occasion d’en découvrir le fonctionnement.

#ET10 : Objets et interfaces connectés

C’est une technologie récente puisque lancée en 2013 avec l’IOS 7 d’Apple et basée sur le bluetooth (4). Le but est que le smartphone reçoive de l’information au bon moment et au bon endroit. A cette fin, il faut : 1 balise = le beacon, elle tient dans le creux d’une main et peut être placée partout. Du parking au magasin, vous pouvez guider vos clients en leur envoyant des notifications personnalisées lorsqu’ils passent à proximité des balises. . © SmartBeacon Exemples d’opérations : Fabergé : En avril 2014, pour une chasse aux œufs innovante, Fabergé plaça des beacons dans 275 œufs cachés dans New-York. Easy Jet a recours aux beacons afin de mieux guider et aider ses passagers à se repérer dans quelques aéroports tests.

Quelles seraient les applications pour le tourisme ? Voici enfin les 2 autres intervenants de cet atelier : Le "Google Glasses" deviendra un agent de voyages virtuel. La caméra à 360°, une technologie qui va révolutionner le marché du voyage. Développement durable, le jackpot pour les voyagistes ? - L'Echo Touristique. La mise en place d’une politique RSE a permis à Thomas Cook et à Transat d’économiser des centaines de milliers d’euros.

Développement durable, le jackpot pour les voyagistes ? - L'Echo Touristique

La mise en place d'une stratégie de développement durable est une source d'économies. Lors d'une conférence sur l'IFTM Top Resa, Guillaume Cromer, directeur d'ID Tourisme, évoquait les résultats des actions menées par Thomas Cook en France : "en deux ans, le voyagiste a économisé 600 000 euros". Le remplacement des ampoules classiques par des LEDs et l'optimisation de l'éclairage dans les 280 agences du réseau et au siège a ainsi engendré 400 000 euros d'économies en deux ans. Parmi les autres actions mises en place figurent aussi le remplacement de la flotte de voitures des commerciaux (120 000 euros) ou la gestion des brochures (41 000 euros).

Intégrer les parties prenantes Grâce à la décentralisation des plaintes auprès des agences, le coût de l'après-vente a également été réduit de 70% et le temps de gestion de ces plaintes est passé de 90 à 20 jours.