background preloader

Télétravail

Facebook Twitter

Le télétravail : une alternative pour un travail plus serein? Qui n'a pas rêvé de travailler chaussons aux pieds, dans son intérieur douillet, sans présentéisme jusqu'à 20h pour être bien vu,sans supérieur hiérarchique pour contrôler le nombre de pauses café, chronométrer les pauses pipi, vérifier si vous êtes bien présent à votre bureau à 9h et non 9h05?

Le télétravail est sans doute l'une des alternatives au travail tel qu'il est pratiqué aujourd'hui, tant pour les salariés à la recherche d'une vie sereine mêlant travail et vie personnelle sans que l'un vienne obérer l'autre, que pour les employeurs désireux d'avoir des salariés heureux et équilibrés donc productifs... A ce jour, le télétravail, aisé à mettre en place, est néanmoins soumis à certaines conditions légales. Qui concerne t'il? Comment le mettre en place? L'article L1222-9 dispose : Le télétravailleur désigne toute personne salariée de l'entreprise qui effectue, dès l'embauche, soit ultérieurement, du télétravail tel que défini au premier alinéa. A- Les travailleurs concernés Sources : Etude : on perd de plus en plus de temps dans les transports. Habiter près de son travail est un luxe.

Qu'il s'agisse de la voiture ou du train, les Franciliens sont les champions du temps perdu dans les transports. Selon une étude* publiée cet été par Randstad, les habitants d'Ile-de-France sont ceux qui passent le plus de temps dans les transports. Sur Paris et ses départements limitrophes, un aller domicile-travail dure en moyenne 33 minutes, contre 23 minutes sur l'ensemble du territoire. Si un trajet simple prend en moyenne dix minutes de plus en Ile-de-France qu'ailleurs, il y a pire encore : 1/3 des Franciliens passerait plus de 45 minutes dans les transports. Les Français perdent une semaine par an à se rendre au travail Contrairement à l'Ile-de-France, les régions qui s'en sortent le mieux sont la Basse-Normandie et la Champagne-Ardenne, avec un temps de trajet de 17 minutes en moyenne.

Une bonne nouvelle pour les salariés, mais il y a encore du chemin à faire, surtout pour les employés ayant des niveaux d'études élevés. Petite méthodologie pour mettre l'entreprise au télétravail. Le télétravail divise par 2 l'absentéisme, c'est confirmé. L’absentéisme a légèrement baissé en 2013 dans les entreprises en France mais « reste élevé », les salariés s’absentant en moyenne 15,6 jours par an pour cause de maladie ou accident, selon une étude publiée mardi. Dans les entreprises qui télétravaillent, l’absentéisme est deux fois inférieur. Le taux d’absentéisme, qui peut être considéré comme un indicateur du climat social dans l’entreprise, était de 4,26% en 2013, contre 4,53% l’année précédente, selon le sixième baromètre de l’institut Alma Consulting Group. Cela représente un jour de moins d’absence par an et par salarié. La part des salariés n’ayant eu aucune absence s’est également amélioré (55%, +4 points).

En revanche, le coût direct de l’absentéisme pour les entreprises a augmenté en 2013 car les entreprises ont « plus souvent remplacé les absents » qu’en 2012, souligne l’étude. Dans le bâtiment et l’industrie, il est stable et très inférieur à la moyenne nationale, avec respectivement 2,95% et 3,43% de salariés absents. 68% des PME françaises intéressées par le télétravail selon Brother-Opinion Way. Fin décembre, Opinion Way a réalisé une étude pour la société Brother qui démontre que les PME de moins de 50 salariés sont intéressées par le télétravail. Elle sont prêtes à utiliser la webconférence pour réduire leurs coûts de fonctionnement et optimiser leur productivité.

Retour sur cette enquête, à télécharger en bas de l’article. L’étude OpinionWay (réalisée auprès d’un échantillon de 1010 entreprises de 0 à 49 salariés) souligne le fait que 52% des entreprises font de la réduction et l’optimisation des coûts de fonctionnement une priorité pour développer la rentabilité de leur activité. Ce taux grimpe à 80% pour les TPME (10 à 49 salariés), extrêmement concernées par le contexte économique difficile ; elles appréhendent l’avenir et recherchent des solutions pour maintenir leur compétitivité.

Etat des lieux : le travail à distance, un gain de productivité et d’argent Une des pistes envisagées pour améliorer leur compétitivité est le télétravail. (Photo : Novartis) Télétravail dans le secteur privé. Mise en place Le salarié peut être en télétravail soit dès son embauche, soit ultérieurement. Le télétravail peut être demandé par le salarié ou proposé par l'employeur. Le recours au télétravail peut être limité à certains salariés de l'entreprise qui remplissent des critères objectifs prédéfinis (ancienneté minimale, autonomie dans le travail, configuration des équipes...). Le télétravail peut être partiel ou total (par exemple 2 jours en télétravail et le reste du temps dans l'entreprise). Le télétravail du salarié doit être prévu : dans son contrat de travail (télétravail dès l'embauche), ou dans un avenant ultérieur (télétravail en cours de contrat).

Le contrat de travail ou son avenant doit préciser les conditions de passage en télétravail (lieu du télétravail, plages horaires, journées en télétravail....). Le refus d'accepter de télétravailler pour un salarié déjà en poste dans l'entreprise ne peut pas être un motif de rupture de son contrat de travail. Contrôle du temps de travail. Télétravail : un eldorado ? C'est la question que s'est posée l'Union des cadres et ingénieurs qui en a fait un dossier spécial de sa dernière lettre d'informations.

Le télétravail concerne aujourd’hui un peu plus de 9 % des salariés en France. Un chiffre sans doute sous-estimé, selon Eric Peres, secrétaire général de l'organisation, « tant les entreprises préfèrent dans certains cas le travail « gris » ou le « nomadisme de fait » (12,4 % des salariés en 2012 travaillaient au moins 8 heures par mois en télétravail selon Greenworking, cabinet de conseil en télétravail). Mais un chiffre qui couvre également des réalités bien différentes allant d’un travail partagé, occasionnel ou régulier, avec un temps plus ou moins long à domicile jusqu’au travail complet à domicile ». Épanouissement humain Vigilance Il importe donc d'être très vigilant face à la possibilité donnée à l'employeur de recourir au télétravail en cas de circonstances exceptionnelles et de force majeure...