background preloader

Lorenzoaurieres

Facebook Twitter

Conflits sociaux à Biocoop : le symptôme d’une croissance (trop) rapide ? Si l’on en croit la publicité que Biocoop diffuse actuellement à la télévision, la façon de commercer de Biocoop est bien différente de celle des autres magasins alimentaires : plus démocratique, plus sociale, et bien sûr : coopérative.

Conflits sociaux à Biocoop : le symptôme d’une croissance (trop) rapide ?

Mais dernièrement cette belle image s’est fissurée. Des conflits sociaux qui se succèdent Une grève a touché deux Biocoop du centre de Paris durant l’été 2020. Elle s’est terminée il y a quelques semaines par le licenciement de la majorité des grévistes. Au-delà des revendications (de meilleurs salaires et conditions de travail), plusieurs salariés décrivent une ambiance pesante. Ce malaise est ressenti ailleurs. Cas isolés, ou malaise plus profond ? La direction nationale de Biocoop insiste par ailleurs : il ne faut pas généraliser. Des témoignages font état d’un "âge d’or" du réseau, où il était plus facile de travailler. Les salariés dénoncent les méthodes et les mensonges de Biocoop -vidéo. Samuel est salarié chez Biocoop à Paris, et il est aussi délégué du personnel.

Les salariés dénoncent les méthodes et les mensonges de Biocoop -vidéo

Il nous a contacté il y a quelques semaines pour solliciter le Média afin que nous puissions suivre leur lutte, et dénoncer les mensonges de leur employeur. Car le fait est que derrière de bien beaux discours sur ses conditions sociales, sa transformation en coopérative etc, Biocop n'est pas tellement à la hauteur du message et des valeurs revendiqués. Travail le dimanche, impossibilité de partir en rupture conventionnelle, rémunérations sans cesse en baisse malgré des montées en compétences et l'ancienneté, patrons désintéressés par l'humain et obsédés par la rentabilité; bref, Biocop donc, malgré ses renforts de publicités et de communication pour se faire passer pour une entreprise vertueuse, semble plus ressembler à n'importe quelle entreprise capitaliste qui exploite et use ses salariés pour faire toujours plus de profit qu'à une entreprise de l'économie sociale et solidaire.

Un document interne de Biocoop révèle des "tromperies" concernant l'origine de ses avocats. Les avocats vendus dans les Biocoop pourraient ne pas être bio.

Un document interne de Biocoop révèle des "tromperies" concernant l'origine de ses avocats

La direction générale du premier réseau de magasins bio de France (590 boutiques pour 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires) émet des doutes sur l'origine de ces fruits, comme le révèle Le Canard enchaîné, mercredi 10 juillet. Un document confidentiel présenté le 28 juin en conseil d'administration révèle que les avocats distribués par l'entreprise, censés être importés d'Espagne, pourraient en réalité provenir d'Amérique du Sud, mettant ainsi fortement à caution leur qualité bio, selon l'hebdomadaire. A partir de cette information, les administrateurs de Biocoop se sont vu proposer "trois scénarios". Le premier : "On ne change rien, on considère que nos contrats sont conformes, et les tromperies à la production sont hors de notre responsabilité et de notre contrôle".

Le second propose la "création de [leur] propre station de conditionnement en partenariat avec un local" . ENQUÊTE. Biocoop : de la culture coopérative à celle de la rentabilité. Si l’on en croit la publicité que Biocoop diffuse actuellement à la télévision, la façon de commercer de Biocoop est bien différente de celle des autres magasins alimentaires : plus démocratique, plus sociale, et bien sûr, coopérative.

ENQUÊTE. Biocoop : de la culture coopérative à celle de la rentabilité

Mais dernièrement, cette belle image s’est fissurée. Tout d'abord, des conflits sociaux se succèdent. Une grève a touché deux Biocoop du centre de Paris durant l’été 2020. Elle s’est terminée il y a quelques semaines par le licenciement de la majorité des grévistes. Au-delà des revendications (de meilleurs salaires et conditions de travail), plusieurs salariés décrivent une ambiance pesante. Ce malaise est ressenti ailleurs. La direction nationale de Biocoop insiste par ailleurs : il ne faut pas généraliser. Des témoignages font état d’un "âge d’or" du réseau, où il était plus facile de travailler. Analyse PESTEL de Biocoop. Une brève présentation de Biocoop Analyse PESTEL Politique Économique Social Technologique Ecologique Législatif Une brève présentation de Biocoop Bien que le biologique semble une problématique très contemporaine, Biocoop ne date pas d'hier et est un des exemples des structures visionnaires, qui n'ont pas eu besoin des alertes pour engager des comportements écoresponsables.

Analyse PESTEL de Biocoop

L'amélioration de la performance est-elle sans risques ? La recherche de l'amélioration de la performance peut s'accompagner de risques pour l'organisation, mais aussi pour la société dans son ensemble et pour l'environnement, voire en générer.

L'amélioration de la performance est-elle sans risques ?

Leur prise en compte nécessite d'en identifier les origines : celles qui sont liées aux aléas, celles qui sont liées au temps, et celles qui sont liées à l'aptitude des dirigeants. Les organisations s'adaptent en mettant en place des modalités de gestion des risques permettant d'en limiter les conséquences. 1. Les facteurs externes de risques Les risques externes proviennent des changements dans l'environnement de l'organisation, qui peuvent exercer une influence négative sur les objectifs et les stratégies de l'entreprise. L'évolution de la demande. Prend la parole pour expliquer en quoi la bio est vraiment bio - Biocoop. Prend la parole pour expliquer en quoi la bio est vraiment bio - Biocoop. Biocoop : quand le modèle coopératif lorgne sur la grande distribution.

Que se passe-t-il dans le réseau Biocoop ?

Biocoop : quand le modèle coopératif lorgne sur la grande distribution

Les récents conflits sociaux qui ont éclaté sont les révélateurs d’une crise de croissance. En se développant rapidement sur un marché concurrentiel, la coopérative s’est peu à peu éloignée de ses principes fondateurs. Si l’on en croit la publicité que Biocoop diffuse actuellement à la télévision, la façon de commercer de Biocoop est bien différente de celle des autres magasins alimentaires : plus démocratique, plus sociale, et bien sûr : coopérative. Mais dernièrement cette belle image s’est fissurée. Des conflits sociaux qui se succèdent Une grève a touché deux Biocoop du centre de Paris durant l’été 2020. Le bio se démocratise, mais un syndicat alerte sur les risques de dérive. Le bio a le vent en poupe.

Le bio se démocratise, mais un syndicat alerte sur les risques de dérive

En 2018, la grande distribution a enregistré quasiment la moitié des achats des ménages, avec 4,47 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur 9,1 milliards de produits bio achetés dans l'Hexagone. En face, les 1.500 points de vente des enseignes spécialisées historiques (la Vie Claire, Naturalia, Biomonde, L'eau vive, Biocoop, etc.) ont vendu pour 3,1 milliards d'euros, soit le tiers du total (le reste correspond aux ventes en ligne, directes ou de petits commerçants indépendants). Mais la progression des enseignes spécialisées entre 2017 et 2018 (+7,7%) est bien moindre que celle de la grande distribution (+22,6%), qui a fortement développé ses linéaires et gammes bio en marque de distributeur comme en marque nationale. >> A lire aussi - Le bio trop cher, c'est terminé ! Certains craignent que le fort développement de la bio en grande surface n'entraîne surtout une hausse des importations produites selon des normes parfois moins strictes qu'en France.

Bio : les recettes de Biocoop pour faire face à la concurrence de la grande distribution. En cinq ans, le marché français des produits bio alimentaires a presque doublé, pour atteindre près de 12 milliards d’euros.

Bio : les recettes de Biocoop pour faire face à la concurrence de la grande distribution

De quoi aiguiser les appétits de la grande distribution, qui, depuis l’an dernier, s’en est accaparée plus de la moitié, avec 52% des ventes. Il est loin le temps où le bio n’était qu’une niche émergente : il est désormais sur le point d’entrer dans la consommation de masse. Mais l’influence grandissante des hypermarchés accélère la concentration du secteur, menaçant les réseaux spécialisés.

Les purs indépendants sont contraints de rejoindre les franchises ou les groupements d’achat, et les grands groupes enchaînent les rachats de petits réseaux.