background preloader

Sites web

Facebook Twitter

Définition de la cyberdépendance

Parler d’addiction à Internet n’a aucun sens ! Atlantico : Selon un sondage IFOP pour l’Observatoire Netexplo, 73 % des internautes français ne peuvent plus se passer d’Internet. Sommes-nous tous devenus des « cyber-addicts » ? Thomas Gaon : Est-ce que l’on poserait la même question pour la télévision, la voiture ou le téléphone ? Est-ce que l’on dirait des gens qui ont du mal à se passer de leur voiture qu’ils sont « addicts » ? Officiellement, l’addiction à Internet n’existe pas. Dans la dernière version du Manuel de diagnostique et statistique des troubles mentaux, on ne trouve aucune maladie qui s’appellerait « addiction à Internet ». En revanche, il existe des usages problématiques des contenus mais pas du contenant.

Et même pour les contenus, tout ne peut pas être appelé « addiction ». Comment détermine-t-on alors une addiction ? Il faut que les personnes elles-mêmes soient dans une demande de « guérison ». Il ne faut donc pas spécialement jeter l’anathème sur Internet. De quels contenus parle-t-on principalement ? La cyberdépendance est-elle devenue une maladie? Lundi, 25 Août 2014 13:01 FORUM Illustration : Benoit Gougeon La technologie a créé une nouvelle source de dépendance. Les accros d'Internet sont vissés à leur siège, parfois jusqu'à 20 heures par jour, et perdent presque tout contact avec la réalité. La cyberdépendance est-elle devenue une maladie? «La dépendance à Internet est virtuelle, mais le problème, lui, est réel. Qui sont-ils? Selon les experts, il existerait quatre champs liés à la dépendance au Web, soit les jeux vidéo d'action et d'aventure, les jeux de hasard et d'argent, la pornographie et les relations virtuelles. Mme Nadeau admet que la passion des jeunes pour les jeux en ligne peut devenir obsessive, pathologique dans certains cas, mais elle croit que le problème est nettement exagéré.

Dominique Nancy. Les jeux vidéo ne sont pas une drogue et ne rendent pas nécessairement violent. Addiction Numérique. Selon de récente études , l’addiction numérique ou la Toxicomanie numérique constitut ,un véritable danger pour la santé ,pour Le Professeur Guy Almes celle-ci créer chez le Toxicomane numérique trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau » . En outre il faut notez qu’elle est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Pour un certain nombre d’entre eux, la navigation sur Internet ou les jeux en ligne sont devenus une drogue dont ils ne peuvent plus se passer.

Si pour les psychanalystes, aucune technologie ne porte en elle-même d’effet addictogène, l’addiction ne pouvant être générée que par une pratique particulière de l’objet en cause, liée à d’autres facteurs complexes (situation du sujet, environnement familial, contexte social…), la cyberdépendance semble prendre de l’importance.car 6 à 8 % des internautes seraient ainsi dans l’usage excessif ou dépendant du réseau informatique. Source : AFP. Les règles du jeu… Information et Prévention sur l'usage des jeux vidéo à la maison by IFAC CRJE.

L' Esp@ce Mobile | février 18. 2014. Cyberdependance. Le portrait type de la personne cyberdépendante a évolué depuis quelques années. Autrefois on pouvait reconnaître majoritairement des hommes âgés de 25 à 35 ans, scolarisés, financièrement capables de se doter d'un ordinateur assez dispendieux et qui passaient un nombre incalculable d'heures devant l'écran de leur appareil. Maintenant, il semble y avoir une certaine parité entre les hommes et les femmes. La démarche des deux sexes, vis-à-vis d'Internet et de son utilisation, est cependant très différente. Les hommes cyberdépendants recherchent beaucoup de site reliés à la pornographie, à l'érotisme, aux rencontres affectives avec un aboutissement dans la sexualité. Les femmes s'informent davantage et recherchent des relations vraies. La dépendance affective et la compulsion dans le sexe semblent être les deux principaux moteurs qui nourrissent la cyberdépendance.

Il n’est pas rare de constater que le dépendant d’Internet nourrit d’autres dépendances. M. Par Jean-Pierre Rochon M. L'addiction à Internet existe-t-elle ?