background preloader

Facebook

Facebook Twitter

Why You Shouldn't Trust Facebook with Your Data: An Employee's R. @pepelicious: Facebook isn't a random person on a train.

Why You Shouldn't Trust Facebook with Your Data: An Employee's R

You make a contractual relationship when you become a member of the site, and in every contract there's an implied duty of good faith and fair dealing. Facebook acts in bad faith when it allows employees to access your personal info at will. Dans le futur, chacun aura droit à son quart d’heure d’anonymat. Google, Facebook et consorts sont à la libération de la parole publique ce que l’industrie du sexe fut à la libération sexuelle : une façon d’exploiter et de faire commerce d’une nouvelle liberté, mais, et dans le même temps, l’un des vecteurs de banalisation, et donc de diffusion, de cette libération.

Dans le futur, chacun aura droit à son quart d’heure d’anonymat

L’explosion du web, dans les années 90, fut intimement liée au phénomène des “pages persos” (“homepage“, en anglais) que, avec l’expansion des blogs et du web 2.0, les professionnels qualifient aujourd’hui d’”User Generated Content” (UGC). “En décembre 2000, on dénombrait en France environ 3 millions d’internautes « assi­dus », et… 1,5 million de pages personnelles. Alors que seul le web marchand faisait l’actualité.On est donc confronté à un phénomène énorme, un comportement que l’on ne peut occulter. Le citoyen, sur l’internet, n’est pas un consommateur passif : jamais l’expression publique des citoyens n’a été aussi massive.” On n’a jamais eu autant besoin de vie privée. Global Voices en Français » Maroc : Facebook ferme le compte d’u. [Mise à jour : Le groupe Facebook dont il est question est devenu à nouveau accessible quelques jours après la publication de cet article en anglais, comme le souligne des commentaires.

Global Voices en Français » Maroc : Facebook ferme le compte d’u

Kacem El Ghazzali a également pu créer un nouveau profil pour lui-même, sans rencontrer de problèmes. Facebook n'a pas répondu aux demandes d'explications qui lui ont été adressées.] Depuis quelques années, Facebook a essuyé plusieurs fois des critiques pour son hypocrisie apparente dans la manière dont il définit les groupes Facebook qu'il juge “inopportuns”. Bien que la Déclaration des droits et responsabilités officielle de Facebook interdise toute nudité, incitation à la haine, ou d’utiliser un pseudonyme pour ouvrir un compte, elle est appliquée de manière sélective. A la mi-2009, des dirigeants de Facebook avaient décidé qu'ils n'allaient pas exclure des groupes qui nient l’Holocauste, malgré les demandes des associations juives. Facebook menace l'auteur d'un script Greasemonkey qui nettoie le. Les utilisateurs de Facebook le savent bien.

Facebook menace l'auteur d'un script Greasemonkey qui nettoie le

Certains contacts ont une activité débordante sur le réseau social. Ils s'inscrivent dans de nombreux groupes, s'invitent dans plusieurs pages de fan et jouent à tout un tas de jeux et d'applicationsÉvidemment, ils ont tout à fait le droit de profiter du site comme ils l'entendent. Cependant, tout le monde n'est pas forcément intéressé par ce type d'actualités. Pour gérer son flux de nouvelles, Facebook propose une option permettant de masquer l'ensemble des mises à jour d'un contact ou de bloquer les actualités d'une application bien précise.

Si la fonctionnalité est pratique, un script Greasemonkey (une extension conçue pour les navigateurs, comme Firefox) fait peu ou prou la même chose. Facebook continue à faire joujou avec vos données personnelles- Le jeune patron Mark Zuckerberg l'a déjà dit et redit : le but de Facebook, c'est «connecter le monde, tout le monde» .

Facebook continue à faire joujou avec vos données personnelles-

Encore faut-il s'entendre sur la définition de «tout le monde» . A ce propos, avant d'évoquer la dernière polémique en date concernant la gestion de la vie privée du réseau social aux 450 millions de membres, petit flashback. En décembre dernier, dans un article intitulé Facebook nous les poke sévère , on évoquait en long et en large les changements de paramètres de confidentialité. Comptez-vous quittez Facebook le 31 mai ? Aux Etats-Unis, la fronde anti-Facebook prend de l'ampleur. Le nouveau système « Instant Personalization » du réseau social suscite la grogne.

Aux Etats-Unis, la fronde anti-Facebook prend de l'ampleur

Avocats et politiques s’en mêlent. Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, le 26 mai (Robert Galbraith/Reuters) Depuis l’introduction en avril dernier du système « Instant Personalization », qui permet à Facebook de partager avec des compagnies partenaires les données personnelles de ses utilisateurs, la grogne qui s’abat sur le bébé de Mark Zuckerberg est sans précédent. Facebook est habitué à ne pas avoir que des amis. En 2006, les utilisateurs s’insurgeaient contre le tout nouveau News Feed. Boycott, plainte collective et appel des parlementaires Ulcérés, les employés de Facebook auraient même pris l’habitude de créer des groupes comme « Je déteste automatiquement la nouvelle page Facebook » pour capter les vagues de mécontentement accompagnant la moindre petite modification de l’interface, raconte David Kirkpatrick dans son livre « The Facebook Effect ».

Elle ajoute : Aucun concurrent sérieux à l’horizon. Pourquoi nous n'aimons pas les « J'aime » Le 28 avril, à l'occasion d'un article sur le sujet , nous avons décidé de mettre en place le bouton «J'aime» de Facebook.

Pourquoi nous n'aimons pas les « J'aime »

Le réseau social venait juste de mettre en ligne cette fonctionnalité d'une manière très simple. Il suffisait d'incorporer un petit bout de code tout bête et hop, le tour était joué. Nous l'avouons, plutôt que de réfléchir longuement aux tenants et aux aboutissants d'une telle intégration, nous avons préféré tester le bidule pendant quelques temps, observer son fonctionnement et son utilisation par nos lecteurs. Quitte à revenir sur cette décision plus tard.