Agriculture et alimentation

Facebook Twitter

Face aux adversaires de la viande, le steak déclare la guerre. C’est un dommage collatéral du sommet de Copenhague : la guerre entre végétariens et professionnels de la viande est ouvertement déclarée.

Face aux adversaires de la viande, le steak déclare la guerre

Au départ : un appel à la « grève de la viande » pour lutter contre le réchauffement climatique relayé par deux végétariens célèbres, l’ancien Beatle Paul McCartney et le président du Groupe d’experts international sur le changement climatique (Giec) Rajendra Pachauri. A l’arrivée, une campagne de communication massive menée par les professionnels du bétail (Interbev), appuyés par le Centre d’information des viandes (CIV). Rien n’est assez gros pour défendre le bifteck menacé : pleines pages de pub dans la presse, édition spéciale du quotidien pour enfants L’actu, spot bien léché sur CIV.TV...

Le message est le suivant : si la France est aussi belle, il faut en remercier les prairies... et donc les vaches qui paissent dessus. (Voir la vidéo) Peut-on dire qu'il y a trop de pesticides dans le raisin ? Un procès pour dénigrement était intenté ce mercredi devant le Tribunal de grande instance de Paris par les producteurs de raisin de table contre une association de lutte contre les pesticides, à qui il est reproché de ne pas être « objective » dans une étude. 500 000 euros de dommage et intérêt, c’est la somme réclamée par le syndicat des producteurs de raisin de table à l’association MDRGF (Mouvement pour le droit et le respect des générations futures).

Peut-on dire qu'il y a trop de pesticides dans le raisin ?

Au-delà de cette somme, ce que souhaitent les agriculteurs, c’est, comme l’explicitait leur avocat Me Patrick Gontard : « que quand on tape sur internet “raisins+pesticides” on ne tombe plus sur ce site, mais sur la publication de la condamnation. Le loup voyou » Fromage ô désespoir ! Association Kokopelli. La tragédie des pommes. « An apple a day keeps the doctor away » dit l’adage anglophone.

La tragédie des pommes

Sauf que c’est désormais la pomme[1] elle-même qui a besoin d’un docteur.