background preloader

Lolo29200

Facebook Twitter

Chronologie sur la littérature enfantine. Quelques dates dans l'histoire de la littérature enfantine Au 15e siècle 1450-1455 : Gutenberg et sa bible à 42 lignes Au 16e siècle 1533 : Rabelais publie Pantagruel1549 : Ancien testament pour les enfants illustré par Hoblein Au 17e siècle.

Chronologie sur la littérature enfantine

Littérature de jeunesse. Littérature de jeunesse Extrait de: Morant, Josette (2007): Qu'est-ce que la littérature de jeunesse.

Littérature de jeunesse

Le Français dans le Monde, Mars-avril 2007 - N°350. "Les termes « littérature de jeunesse » englobent tous les aspects de la production écrite pour l’enfance et l’adolescence. Babar, Harry Potter et Cie. Livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui. Livre pour enfants ou littérature pour la jeunesse Il est pourtant nécessaire de distinguer "livre pour enfants" et "littérature pour la jeunesse", même si cette distinction reste somme toute théorique.

Babar, Harry Potter et Cie. Livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui

Si on s’intéresse aux publications destinées aux enfants dans une perspective littéraire, c’est-à-dire en s’attachant au corpus des œuvres de fiction mises entre les mains des enfants, on parlera de littérature pour la jeunesse. Si on adopte une perspective historique, en considérant tous les ouvrages écrits et édités pour les enfants – abécédaires, manuels scolaires, documentaires, albums, romans, contes, revues… –, alors on parlera de livres pour enfants.

Au carrefour des domaines littéraire, éditorial, artistique, pédagogique, l'histoire du livre pour enfants est "celle [des] objets culturels de l'enfance et elle dépend donc de la prise en compte de la spécificité enfantine, c'est-à-dire la reconnaissance d'un public enfantin et de ses besoins propres". Une littérature à part entière. En deux siècles, l’explosion quantitative et la diversification de la littérature de jeunesse ont été spectaculaires.

Une littérature à part entière

Mais surtout, elle est devenue un lieu majeur de la création artistique contemporaine. Il est difficile de désigner avec certitude un ouvrage qui marquerait l’acte de naissance de ce qu’on nomme désormais « littérature de jeunesse » après avoir longtemps hésité sur l’appellation convenable et beaucoup utilisé, entre autres, le terme de « littérature enfantine » : comme pour dire que ce n’est pas tout à fait de la « vraie » littérature mais plutôt une propédeutique à celle-ci. Elle a, depuis, largement conquis ses lettres de noblesse, évoluant avec le statut de l’enfant dans la société, les bouleversements socio-économiques, la place que lui réserve l’école. Des récits moralisants ou didactiques. Les tendances actuelles de la littérature jeunesse pour le collège et le cycle 3. Martine Chouvy [SavoirsCDI, 2006] Martine Chouvy est bibliothécaire à la ville de Lyon.

Les tendances actuelles de la littérature jeunesse pour le collège et le cycle 3

Bonjour Martine Chouvy. Abecedairecbeauvais. Chronologie sur la littérature enfantine. Bonjour La collection pour adolescents "Expri'm" chez l'éditeur Sarbacane a décidé, dit le directeur de la collection, Tito Berard "de se dispenser... Bonjour La collection pour adolescents "Expri'm" chez l'éditeur Sarbacane a décidé, dit le directeur de la collection, Tito Berard "de se dispenser de à la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse".

Bonjour La collection pour adolescents "Expri'm" chez l'éditeur Sarbacane a décidé, dit le directeur de la collection, Tito Berard "de se dispenser...

Mais légalement, est-ce possible? Un éditeur qui publie des titres dans une collection pour adolescents peut-il refuser de se soumettre à cette loi et cela a t-il des conséquences pour lui? Et dans la section jeunesse d'une bibliothèque, peut-on proposer ces titres qui finalement ne sont plus des ouvrages jeunesse sans risquer de problèmes? Certains collègues ont eu récemment des plaintes concernant certains titres de cette collection.

Merci d'avance de votre réponse. Bandes dessinées pour la jeunesse : censure, mode d’emploi. Littérature jeunesse : l’offensive de la Morale - 7 juillet 2009. L’affaire a fait bruire les couloirs du Salon de la littérature jeunesse de Montreuil.

Littérature jeunesse : l’offensive de la Morale - 7 juillet 2009

L’éditeur Thierry Magnier est au centre d’un maelström offensif qui voit ses collections et certains de ses titres pris à parti par articles et commission de surveillance interposés. Qui est Thierry Magnier? « On tue à chaque page! » À l'occasion du cinquantième « anniversaire » de la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, s'est tenu au Centre national de la bande dessinée et de l'image d'Angoulême un colloque intitulé « Cinquante ans de censure?

« On tue à chaque page! »

». Ce livre en est issu. Une loi moderniste répressive. Parole 2.08 article delbrassine. Être auteur jeunesse, qu'est-ce que c'est ? - Tous les livres et la littérature jeunesse. Depuis maintenant quelques années, nous regardons le secteur de la littérature jeunesse avec bienveillance et réelle amitié.

Être auteur jeunesse, qu'est-ce que c'est ? - Tous les livres et la littérature jeunesse

S'il nous arrive régulièrement de rencontrer différents écrivains, le Centre Régional des Lettres et du Livre de la région Nord-Pas de Calais a demandé à différents auteurs nordistes de se définir en tant qu'auteur, mais surtout en tant qu'auteurs pour la jeunesse tout en donnant leur vision de cette littérature. Avec Eulalie, CRLL Nord Pas de Calais La littérature de jeunesse... genre littéraire un peu particulier. Les polémiques autour de la littérature jeunesse, ou la quête sans cesse rejouée de la légitimité. 1La polémique dont il sera question ici a débuté suite à un article de François Busnel, publié le 24 novembre 2010 dans l’Express-Lire, dans lequel ce dernier dénigrait la littérature jeunesse et l’accusait de n’être qu’un « coup marketing », pour ensuite faire la promotion du livre de Danièle Sallenave Pourquoi on écrit des romans.

Les polémiques autour de la littérature jeunesse, ou la quête sans cesse rejouée de la légitimité

Cette attaque fut très mal reçue par les auteurs, éditeurs et libraires de littérature jeunesse, et déclencha un certain nombre de réponses, dont la première (qui est également celle que les autres citent comme référence) est un article de Valérie Zenatti : « Lisez de la littérature jeunesse François Busnel ! », publié le 10 décembre 2010 dans Médiapart, où cette dernière reproche au critique son ignorance en la matière et défend farouchement le secteur attaqué. Brève présentation des acteurs 1 Prolongeau (Hubert), « François Busnel : le nouveau Pivot ? Gisèle Bienne et Hubert Mingarelli : des voix prenantes. Gisèle Bienne et Hubert Mingarelli ont écrit des romans publiés dans des collections « pour adultes » ou « pour jeunes », dont le point commun est de mettre en scène un personnage, enfant, adolescent ou jeune adulte, qui traverse une expérience difficile, une épreuve initiatique : « C’est là que l’on apprend, que l’on se mesure à nous-même, aux grands », dit Hubert Mingarelli [1].

Le roman est écrit du point de vue de ce personnage, le plus souvent à la première personne, ce qui est important, et difficile, remarque Gisèle Bienne, c’est d’entendre ou de saisir la voix du narrateur enfant ou adolescent : « C’est le personnage alors qui nous parle, nous souffle les mots [2] ». Quelle que soit la collection, on retrouve un « monde » singulier, propre à chacun de ces deux auteurs dont le point commun est que le personnage principal est « entre deux âges », selon l’expression de Mingarelli, aux prises avec une épreuve majeure de l’existence. Colette Camelin, Université de Poitiers. Être auteur jeunesse, qu'est-ce que c'est ? - Tous les livres et la littérature jeunesse. Que faire de la loi de 1949 ? (chronique de Claude André)

Depuis qu’est paru dans Le Monde des Livres l’article sur la noirceur de la littérature pour ados, tel le serpent de mer, ressurgit ce débat qui ne sera jamais clos et qui concerne l’équation supposée idéale entre l’auteur d’un roman et son destinataire. C’est un débat qui agace, on voudrait le contourner (c’est ce que font les auteurs qui affirment écrire sans songer à leur destinataire) mais on ne peut l’occulter. Toute cette effervescence m’a donné envie de resituer dans son contexte, souvent méconnu, la loi du 16 juillet 1949. Un peu d’histoire Pour ses initiateurs, membres du groupe communiste à l’Assemblée Nationale en 1947, il s’agissait « de s’assurer des garanties suffisantes en ce qui concerne la moralité et le patriotisme des personnalités qui désirent faire paraître des publications enfantines ; de déterminer des sanctions administratives et judiciaires capables de restreindre le caractère nocif de certaines publications qui ne sont éditées que dans un but commercial…».

La presse et la loi de 1949, entre censure et autocensure - Société pour l’histoire des médias. N°1, automne 2003, p.55-64. La loi de 1949 introduit dans le droit français de la presse de nouvelles dispositions contraignantes dont l’application est confiée à une Commission de surveillance et de contrôle. Elle examine non seulement les publications destinées à la jeunesse mais aussi les publications pour adultes. Publications destinées à la jeunesse - professionnels. Que ce soit pour un livre ou un périodique jeunesse, l'éditeur doit, lors de sa parution, en adresser 2 exemplaires à la CSCPJ, soit par courrier, soit déposés sur place, soit transmis par voie électronique.

L'éditeur doit joindre à son envoi ou son dépôt une déclaration de dépôt contre récépissé. En sont dispensés les publications officielles et les manuels scolaires. Comment a été votée la loi du 16 juillet 1949. Elle fut pratiquement mise en quarantaine et n'eut pas l'honneur d'un rapport en commission. Mais voici que dans les milieux les plus divers grandit non seulement l'inquiétude, mais l'indignation et que commence à se poser cette question de bon sens : « Mais que font donc les pouvoirs publics? » Eh bien, ils se décident.

Commission CSCPJ. Loi n°49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.