background preloader

Lolap

Facebook Twitter

Findus et Picard : deux façons de réagir à une crise - 1. Communication à tous crins pour l’un, discrétion pour l’autre : retour sur les stratégies mises en place par les deux marques pour faire face au Horsegate qui a éclaté au printemps dernier.

Findus et Picard : deux façons de réagir à une crise - 1

Dès lors qu’on est cité dans une affaire, il ne faut surtout pas faire jouer la loi du silence : cela ne peut que renforcer la suspicion des consommateurs.» Matthieu Lambeaux, le patron de Findus France, ne regrette rien. Quatre mois après le ­dé­clenchement du Horsegate, le scandale de la viande de cheval sub­s­tituée au bœuf dans les plats cuisinés industriels, il estime que sa stratégie de communication à tous crins a été la bonne. Les chiffres sem­blent lui donner raison : après une chute de 6% au plus fort de la crise, en février, les ventes ont pro­gressé de 10% en avril. Picard , l’un des autres grands noms touchés par la fraude, a choisi, lui, de faire pro­fil bas.

Lego arrête de jouer avec Shell. Greenpeace a gagné.

Lego arrête de jouer avec Shell

Le numéro 1 mondial du jouet, Lego, ne renouvellera pas son partenariat vieux de plus de 50 ans avec le pétrolier Shell, lequel prendra fin dans dix-huit mois. Fini les petites stations services en briques jaunes siglées du logo du groupe anglo-néerlandais. Le « Charlie marketing », une triple erreur. La tentation était trop forte.

Le « Charlie marketing », une triple erreur

Beaucoup (trop) d’entreprises, organismes ou particuliers ont surfé sur le tsunami Charlie Hebdo pour gagner en visibilité. Même si tous s’en défendent la main sur le cœur, le but était quand même, sous couvert de solidarité, de tenter de profiter d’une exposition médiatique colossale. Les 3 Suisses, par exemple, le jour même de la tuerie du boulevard Richard Lenoir, ont publié une image associant leur nom et logo au « Je suis Charlie », via un petit jeu de mots à première vue pas bien méchant. Problème, en transformant en slogan le cri spontané d’un pays sous le choc, l’enseigne de vente par correspondance est immédiatement passée pour une entreprise opportuniste et sans scrupule, prête à tout pour se faire de la pub.

Les commentaires méprisants et écoeurés sur les réseaux sociaux ont afflué dans l’heure. L’enseigne a négligé 3 éléments essentiels. Vol de ticket de caisse chez Cora : la réponse vidéo, une mauvaise communication. Cora a donc cédé sous la pression des internautes.

Vol de ticket de caisse chez Cora : la réponse vidéo, une mauvaise communication

Mais elle n'est pas en reste pour autant et vient de publier une vidéo de témoignages de ses employés sur le thème : "La vie chez Cora, c'est surtout ça... " Anne-Marie est employée comme caissière chez Cora. En septembre 2011, elle est accusée de vol après avoir récupéré un ticket de caisse sur lequel figure un bon de réduction pour un hamburger laissé par un client. La direction du magasin de Mondelange, en Moselle, porte plainte à la gendarmerie et une procédure de licenciement est engagée contre cette employée. "Presque modèle", les médias précisent qu’elle gagne 940 euros, qu’elle est mère de famille et travaille chez Cora depuis 10 ans.

Communication de crise Cora vient de connaître ce que beaucoup de marques vivent quand leur comportement attire l’attention des médias et fait preuve d’un "manque d’humanisme informationnel". La Poste épinglée aux infos insolites: comment réagir? L’été 2014 débute.

La Poste épinglée aux infos insolites: comment réagir?

Pour autant, les médias ne s’intéressent pas qu’à la Coupe du Monde ou aux prévisions météo sur le littoral. On l’a déjà évoqué ici ou là, les petites infos insolites, les anecdotes qui font écarquiller les yeux sont très prisées par les journalistes. Ils savent bien que ces « petits événements » à la marge, moins sérieux que les derniers chiffres du chômage, vont agrémenter de belle manière l’actualité estivale et donc les contenus papiers, radio ou web. Il est rarement bon, pour une entreprise, d’être à l’honneur dans les rubriques « insolite » ou « faits divers ». Gérer l’après-crise : l’exemple de Domino’s Pizza. Bien communiquer en temps de crise, c’est bien.

Gérer l’après-crise : l’exemple de Domino’s Pizza

Poursuivre l’action une fois le gros de l’orage passé, c’est encore mieux. Victime d’un cyber-chantage qui a mis en péril son image, Domino’s Pizza a tenu bon dans sa communication de crise. Communication de crise. Licenciements « injustes » : une exposition médiatique néfaste et évitable le 24 août 2016 16h22 | par l-entreprise-et-les-medias | 3 commentaires L’affaire du licenciement d’un lanceur d’alerte chez CTPO, une filiale du groupe Transdev, a fait grand bruit.

Communication de crise

Pour rappel, un informaticien de l’entreprise a été mis à pied. Sa faute lourde ? Avoir dénoncé un agent de maîtrise de la société qui avait entassé dans son disque dur de nombreuses photos pédopornographiques.... Ligue 1 - Comment Lyon a réussi sa communication de crise. L’OL est au bord de la crise.

Ligue 1 - Comment Lyon a réussi sa communication de crise

Après un début de saison encourageant (qualification facile en Ligue Europa contre le Mlada Boleslav, victoire contre Rennes en Ligue 1), les Lyonnais connaissent un gros coup de mou. Ils restent sur trois défaites en Championnat (Toulouse, Lens et Metz), se retrouvent à la 17e place et se font sortir de la C3 par les Roumains du FC Astra Giurgiu. A l'infirmerie, Les blessés s’accumulent (Bedimo, Bisevac, Fekir, Fofana, Gourcuff, Grenier, Umtiti et Yattara), l’impression visuelle laissée contre Lens (0-1) est désastreuse, le nouvel entraîneur, Hubert Fournier, et Maxime Gonalons remettent en cause la préparation physique estivale («Je pense qu'il y a un souci physique, nous ne sommes pas très bien, la préparation n'a certainement pas été en adéquation avec le haut niveau», lance le capitaine de l’OL).

Sans surprise, comme à chaque fois que le club rhodanien est en difficulté, Jean-Michel Aulas prend la main. Zara : regrettable erreur ou marketing de la honte? Il aura suffit d'un tee-shirt enfant à l'incroyable design pour secouer violemment la marque-enseigne de mode Zara en ce mercredi 27 août.

Zara : regrettable erreur ou marketing de la honte?

Rayé et orné d'une étoile jaune cousue au niveau du coeur, le vêtement, repéré dans la nouvelle collection, a déchaîné une tempête de protestation telle sur les réseaux sociaux que la marque a, en quelques heures, retiré l'article de son site de vente en ligne et de ses points de vente. Communication de crise maîtrisée. La SNCF a-t-elle déraillé? Durant les douze jours de la grève contre la réforme ferroviaire à l'appel de SUD-Rail et de la CGT-Cheminots qui a réuni à son démarrage, le 10 juin, environ 27% du personnel de la SNCF, la cellule de crise de l'entreprise publique - accompagnée par TBWA Paris- a déployé un dispositif considérable à destination des médias et de ses clients.

La SNCF a-t-elle déraillé?

Pour la première fois, les points presse avaient lieu dans le centre de crise à Saint-Denis, où le siège a déménagé en août 2013, et étaient retransmis sur You Tube, «afin de montrer comment la SNCF pilote toutes les décisions stratégiques liées à la gestion de la grève pour les clients», explique Priscille Garcin, directrice de la communication médias.

Du contenu prêt à diffuser par les médias était fourni en continu sur la newsroom: plan de transport, capsules son et vidéo, cartographie, tracking image, dossier, etc. La fonction et le sens en question. Kiabi accusé de racisme : encore une crise évitable. Le meilleur moyen de gérer une crise est encore d’éviter qu’elle ne survienne. C’est parfois possible, à moindre frais, en s’inspirant des épreuves traversées par d’autres entreprises dans le passé. L’enseigne Kiabi, clouée au cyber-pilori pour avoir présenté dans son catalogue des déguisements « zoulous », aurait pu faire l’économie d’une volée de bois vert de la part des internautes et usagers de Twitter. Rappel des faits : la marque Kiabi, spécialisée dans le vêtement à prix doux, a provoqué en début de semaine l’indignation sur le web et les réseaux sociaux à cause d’un déguisement intitulé « zoulou ».

Un simple déguisement de carnaval. Zara : un #fail 5 étoiles inexcusable et une communication de crise zéro pointé. L'étoile était donc censée symboliser une étoile de shérif (capture). Très tôt dans la journée de mercredi 27 août, les commentaires indignés commencent à pleuvoir sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, la page officielle de la marque est prise d’assaut par des internautes scandalisés qui se défoulent sarcastiquement dans toutes les langues contre la dernière création enfantine de Zara : un étrange maillot rayé et orné d’une énorme étoile jaune. Sur Twitter et ailleurs, les messages assassins et contempteurs essaiment pareillement pour jeter l’opprobre sur la marque de vêtement et lui enjoindre d’agir illico.

Réaction minimaliste et tardive. L’affaire Kerviel, antimanuel de l’art de la communication de crise. Tribune A trop vouloir mettre en scène l’innocence de Jérôme Kerviel, ses communicants l’ont transformé en un parfait manipulateur aux yeux de la presse et en un parfait coupable aux yeux de l’opinion. L’auteur Florent Silnicki est consultant en stratégie d’information, gestion de la réputation et communication de crise. Rue89 Ses spin doctors ont réussi à mobiliser les médias, c’est vrai. Lui qui, pendant toute la phase judiciaire, a affirmé qu’il accepterait sa peine est venu expliquer à l’opinion qu’il n’est plus sûr de vouloir répondre à la convocation de la police. Lui qui, pendant toute la phase de sa « marche », a expliqué vouloir retrouver les valeurs de son enfance, a publiquement tenté de mettre en place un chantage public au chef de l’Etat. Ni lisible, ni crédible Jérôme Kerviel est le symbole d’une communication inefficace parce que dévoyée. Jérôme Kerviel à Vintimille (Italie), le 18 mai 2014 (Claude Paris/AP/SIPA) Un tableau saisissant de notre époque.

« Si possible, pas juif » : une faute lourde et une comm de crise désastreuse. Une communication de crise hasardeuse et maladroite suite à une faute grave massivement exposée dans les médias : le combo est redoutable et destructeur en terme d’image. L’entreprise parisienne NSL Studio en fait la douloureuse expérience. Cette société de graphisme a posté une annonce, recherchant un candidat “si possible pas juif(ve)”. Relayée ce mardi par Les Inrocks, puis reprise rapidement par tous les médias, l’information a provoqué un very bad buzz et une indignation générale sur les réseaux sociaux. L’entreprise tranquille et anonyme se retrouve sous les projecteurs aveuglants d’une médiatisation dont on elle se serait bien passée. Apple : une entreprise mythique... mais jusqu'à quand ? - Les Echos. Aéronautique - Défense Rafale en Egypte : accord entre Paris et Le Caire Le Caire, qui a baissé ses prétentions, veut acheter 24 Rafale et une frégate pour 5 milliards, armement inclus.

Bercy a accepté de garantir, via la Coface,... Europe Ukraine : "On est près du but", estime Hollande.