background preloader

Textes disponibles au CDI

Facebook Twitter

La loi énergie est-elle à la hauteur ? Le projet de loi sur la transition énergétique affiche des ambitions élevées, mais des moyens insuffisants.

La loi énergie est-elle à la hauteur ?

Des ambitions, mais. C'est parti. Le 1er octobre prochain, les parlementaires entameront la discussion du projet de "loi de programmation de la transition énergétique pour la croissance verte", adopté en Conseil des ministres le 30 juillet dernier. Transition énergétique : une batterie de mesures pour une « croissance verte » Le projet de loi « de programmation de la transition énergétique pour la croissance verte » est cadré par des objectifs à moyen et long terme : réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France de 40 % à horizon 2030 par rapport à 1990, et les diviser par quatre d'ici à 2050 ; diminuer la consommation énergétique finale de 50 % d'ici à 2050 ; abaisser la consommation d'énergies fossiles de 30 % pour 2030.

Transition énergétique : une batterie de mesures pour une « croissance verte »

Lire : Ségolène Royal promet 10 milliards d'euros pour « verdir » la France.

Transition énergétique : les Verts dénoncent les « lobbies », y compris au gouvernement. L’avenir des énergies. Des manifestations financées par Leroy Merlin et Castorama. LE MONDE | • Mis à jour le | Francine Aizicovici Réunis dans le collectif "Les bricoleurs du dimanche", quelque 2 000 salariés de Leroy Merlin et de Castorama devaient manifester à Paris, mardi 14 mai, pour défendre, avec le soutien des directions des enseignes, le droit au travail le dimanche.

Des manifestations financées par Leroy Merlin et Castorama

C'est le second rassemblement organisé en 2013 par "Les bricoleurs", après celui du 17 avril, qui n'a réuni que 150 salariés. Agences de communication, tee-shirts marqués, au dos, d'un "Yes, week-end", pancartes, autocars… Tout est prévu, organisé. Les affiches demandent aux "collaborateurs volontaires" de s'inscrire auprès de collègues ou bien sur un tableau, dans la colonne réservée à leur secteur (aménagement, bâtiment, décoration…). Il y est précisé : "16 collaborateurs sur le magasin ; 2 par secteur. " Travail du dimanche, enjeu sociétal... et... Le travail du dimanche hors jeu ?

Travail du dimanche, enjeu sociétal... et...

Pas si sûr. Jeudi dernier, le journal Les Échos a informé des intentions du gouvernement de s'attaquer aux dérogations des cinq dimanches (dont disposent les maires) pour les faire passer à dix ou plus. Le projet de loi à venir sur le travail (accords compétitivité-emploi) pourrait servir de véhicule législatif, a indiqué le quotidien. Travail du dimanche, le « oui mais » du... - Enquêtes sur la consommation en France. La création de nouvelles zones (les périmètres d'animation concertés commerciaux, ou PACC, ou touristiques, pour PACT) va poser de nouvelles limites en termes de territoires et risque de soulever de nouveaux conflits.

Travail du dimanche, le « oui mais » du... - Enquêtes sur la consommation en France

L'échéance (2014) reste floue et lointaine. Deux secteurs, le bricolage et l'ameublement, bénéficient de décisions contradictoires qui devront être résolues d'ici au 1er juillet 2015. Le second pourrait reprocher au premier de pouvoir ouvrir alors que les magasins de bricolage vendent aussi des meubles. Deux pas en avant, un pas en arrière. Sans paraphraser Lénine, c'est l'impression qui se dégage après la remise du rapport tant attendu de l'ex-patron de La Poste, Jean-Paul Bailly, au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le 2 décembre. « Vers une société qui s'adapte en gardant ses valeurs », tout un programme ! Opération déminage pour la loi Macron. Le Monde | • Mis à jour le | Par Patrick Roger L’Assemblée nationale a repris ses travaux, lundi 12 janvier, pour s’attaquer à ce qui constitue probablement le texte phare de la seconde partie du quinquennat : le projet de loi pour la croissance et l’activité porté par le ministre de l’économie, Emmanuel Macron.

Opération déminage pour la loi Macron

Un texte qui a d’ores et déjà cristallisé de multiples oppositions, y compris dans la majorité, soulevé la contestation de plusieurs secteurs concernés, en particulier les professions juridiques réglementées, et nécessité d’innombrables ajustements, loin d’être encore finalisés. Loi Macron : trois motifs de discorde. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Bertrand Bissuel Emmanuel Macron dispute un marathon parlementaire sur un sentier parsemé de chausse-trappes.

Loi Macron : trois motifs de discorde

Depuis lundi 26 janvier, le ministre de l’économie défend à l’Assemblée nationale son projet de loi sur « la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », un long chapelet de mesures protéiformes qui cherchent à briser les « verrous » posés sur les entreprises. Durant les débats en séance publique, programmés jusqu’au 6 février, il va devoir croiser le fer avec des députés incarnant toutes les sensibilités politiques présentes dans l’Hémicycle.

Bien que des concessions aient été faites au cours de l’examen du texte par la commission spéciale de l’Assemblée, plusieurs sujets de friction subsistent. La République doit résister. LE MONDE | | Par Claude Alphandéry Raymond Aubrac Michel Dinet Stéphane Hessel Il y a plus d'un demi-siècle, pendant que l'horreur humaine érigeait en principe la négation des droits humains les plus vitaux, des hommes et des femmes, rassemblés au sein du Conseil national de la Résistance (CNR), écrivaient un nouveau contrat social pour la France.

La République doit résister

Ce contrat était certes incomplet. Il faisait par exemple l'impasse sur l'égalité des droits entre les femmes et les hommes ou encore sur l'émancipation des peuples colonisés... Mais l'histoire n'a pas jugé ces manques, elle a rendu hommage d'abord à un état d'esprit : celui permettant, en dépit de la barbarie humaine qui étouffait l'Europe, d'écrire un nouveau pacte républicain pour notre pays. Un état d'esprit mais aussi une formidable capacité d'initiative nourrie par l'enracinement des maquis au coeur de la société, amplifiée grâce aux réseaux qu'ils ont tissés et consolidés par l'union qu'ils ont bâtie avec opiniâtreté.

La future loi de santé en questions. La ministre de la santé, Marisol Touraine, a dévoilé jeudi 19 juin les orientations de la loi de santé qui sera présentée en conseil des ministres en septembre et discutée au Parlement début 2015 (lire aussi l'entretien avec Marisol Touraine).

La future loi de santé en questions

Le champ d’application est vaste, ce qui pousse certains à considérer ce texte comme une loi « fourre-tout ». « L'action publique était jusqu'à présent principalement orientée vers la prise en charge et le soin, reléguant au second plan la dimension préventive », soulignait un communiqué du Haut Conseil de la santé publique, qui salue la place faite à la prévention dans cette prochaine loi de santé. Il faut désormais transformer ces paroles en mesures concrètes. Les débats sont déjà vifs. Les amendements des députés seront sans doute nombreux.