background preloader

1799-1804

Facebook Twitter

Le Sacre de Napoléon à la loupe. Le sacre de Napoléon. Contexte historique En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte.

Le sacre de Napoléon

Au début de 1803, on avait vainement tenté d’obtenir de Louis XVIII une renonciation à ses droits sur la couronne de France. Devant son refus, on évoqua le mythe de l’empire carolingien, moins choquant que la monarchie pour les partisans de la république, d’autant que la notion d’empire s’entendait aussi de manière plus abstraite : Bonaparte ou la France révolutionnaire étendaient leur empire sur l’ensemble des territoires conquis.

L'exécution du duc d'Enghien. Contexte historique La légende « noire » napoléonienne De son vivant déjà, Napoléon Ier faisait l’objet d’un mythe que sa chute en 1814 puis sa mort sept ans plus tard ne feront qu’amplifier.

L'exécution du duc d'Enghien

Depuis lors, le personnage nourrit une véritable légende et cristallise les passions les plus contradictoires, suscitant aussi bien l’admiration que la haine. L’exécution du duc d’Enghien appartient aux épisodes de la face « noire » du futur empereur. Unanimement condamné par des personnalités de bords politiques très divers, ce meurtre s’inscrit dans le contexte bien particulier de l’ascension de Bonaparte vers un pouvoir souverain absolu.

En 1803, la double opposition des Anglais qui déclarent la guerre à la France et des royalistes émigrés déclenche une série de conspirations à travers l’Europe entière, dont la plus célèbre est celle de Georges Cadoudal. Analyse des images L’exécution du duc d’Enghien Aussi sommaire qu’arbitraire, cette exécution souleva une vague d’indignation en Europe. 21 mars 1804 - Exécution du duc d'Enghien. Dans la nuit du 20 au 21 mars 1804, à deux heures du matin, le duc d'Enghien (32 ans) est fusillé dans les fossés du château de Vincennes.

21 mars 1804 - Exécution du duc d'Enghien

Louis Antoine Henri de Bourbon, prince de sang royal, est le dernier rejeton de la lignée prestigieuse des Condé. Réfugié dans le grand-duché de Bade, un pays neutre, il n'a rien tenté contre la France révolutionnaire. Bonaparte glorifié. Coup d'État du 18 brumaire. « Coup d'État du 18 brumaire » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior Le coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799) permet au général Napoléon Bonaparte et à ses soutiens politiques, financiers et militaires de renverser le Directoire (régime républicain mis en place en 1795 par la bourgeoisie française), qui n'arrive pas à faire face à ses nombreux ennemis intérieurs et extérieurs.

Coup d'État du 18 brumaire

Bonaparte et ses complices s'emparent alors du pouvoir et établissent le Consulat (régime dictatorial qui doit assurer la tranquillité économique et sociale de la bourgeoisie républicaine). De nombreux historiens considèrent que ce coup d'État met fin à la Révolution française de 1789. Edification de la légende napoléonienne. Contexte historique La campagne d’Egypte (1798-1799) relève de ce qu’on a appelé le « rêve oriental » de Bonaparte, dont l’une des premières manifestations fut l’annexion des îles Ioniennes lors du traité de Campo Formio (18 octobre 1797).

Edification de la légende napoléonienne

Dépendance du sultan, l’Egypte était sous le gouvernement théorique de beys dominés par la milice des Mameluks. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa le 11 mars 1799. Le peintre Antoine-Jean Gros a peint le courage du général Bonaparte visitant en mars 1799 les soldats malades de la peste à Jaffa, en Syrie.

Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa le 11 mars 1799

Comme le Christ, Bonaparte impose sa main sur un pestiféré. Cette grande toile, présentée avec succès au Salon de 1804, constitue le premier chef-d'oeuvre de la peinture napoléonienne. Si les nus héroïques rappellent l'oeuvre de David, le maître de Gros, le coloris chaud, l'éclairage contrasté et le décor oriental annoncent la peinture romantique. 24 décembre 1800 - L'attentat de la rue Saint-Nicaise. Le soir du 24 décembre 1800, la capitale française est secouée par une violente explosion.

24 décembre 1800 - L'attentat de la rue Saint-Nicaise

Le Premier Consul Napoléon Bonaparte a été visé par une «machine infernale» en se rendant à l'opéra. La bombe a explosé à l'instant où son cortège s'engageait dans la rue Saint-Nicaise, sur le chemin qui mène du palais des Tuileries à l'opéra, place Louvois, dans le quartier du Sentier (le passage Saint-Nicaise et l'opéra ont aujourd'hui disparu). Le Premier Consul est miraculeusement épargné mais l'attentat fait autour de lui vingt-deux morts et cinquante-six blessés. «Le fracas du coup, les cris des habitants, le cliquetis des vitres, le bruit des cheminées et des tuiles pleuvant de toutes part, firent croire au général Lannes, qui était avec le Consul, que tout le quartier s'écroulait sur eux», racontera Pierre Louis Desmaret, chef de la division de la police secrète.

Un coup à gauche Fouché mène par ailleurs son enquête. Un coup à droite Qu'à cela ne tienne. Attentat de la rue Saint-Nicaise. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Attentat de la rue Saint-Nicaise

Gravure représentant l'attentat parue en 1883. L’attentat de la rue Saint-Nicaise, également connu sous le nom de conspiration de la machine infernale, est une conjuration royaliste qui eut lieu le (3 nivôse an IX), à 20 h, pour assassiner Napoléon Bonaparte, Premier Consul de France depuis le coup d'État du 18 brumaire, à Paris le 9 novembre 1799. Il survient peu après la conspiration des poignards du (18 vendémiaire an IX) et représente l'un des nombreux complots royalistes et catholiques de l'époque. Les conspirateurs[modifier | modifier le code] Georges Cadoudal, portrait réalisé peu avant sa mort. 2 août 1802 - Napoléon Bonaparte devient Consul à vie. Le 2 août 1802, les citoyens français se rendent aux urnes pour répondre à la question qui leur est posée par plébiscite : « Napoléon Bonaparte sera-t-il Consul à vie ?

2 août 1802 - Napoléon Bonaparte devient Consul à vie

». Reconnaissance populaire.