background preloader

Neurosciences

Facebook Twitter

A force de frôler le ridicule, on finit par tomber dedans. - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges pédagogiques. Et ça fait mal, surtout aux enfants...

A force de frôler le ridicule, on finit par tomber dedans. - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges pédagogiques

Quand les neurosciences s'emparent de la pédagogie, elles ne sont plus seulement ridicules, elles deviennent dangereuses, scandaleuses, manipulant des enfants comme des cobayes, auxquels on inflige des traitements qui feraient hurler Brigitte Bardot, s'il s'agissait de bébés phoques. Hier soir, au JT de 20h, on a atteint les sommets de l'aberration et du non sens, pour démontrer des contre-vérités ahurissantes. On a surtout eu la démonstration de ce qu'est une "bonne élève", avec cette petite gamine qui nous a expliqué, après avoir lu — à haute voix, et fort bien, preuve qu'elle avait lu des yeux bien avant — les prétendues opérations de déchiffrage qu'elle aurait effectuées pour en arriver là. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene. L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre.

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene

Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Car c’est précisément ce qui nous permet d’apprendre. Pour que les enfants apprennent... - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges pédagogiques destiné aux professionne.

Des collègues, dans un évident désir de (légère) provocation, viennent de m'envoyer une contribution, déjà un peu ancienne (novembre 2013), de Stanislas Dehaene, intitulée "les quatre piliers de l'apprentissage".

Pour que les enfants apprennent... - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges pédagogiques destiné aux professionne

Occasion de réfléchir sur l'existence de ces "piliers" en apportant quelques compléments à l'avant dernier billet sur le métier d'enseignant, métier dont monsieur Dehaene semble avoir une représentation plutôt simple, pour ne pas dire simpliste, et une image des élèves qui donnerait facilement envie de pleurer... Grâce aux neurosciences, et à la connaissance qu'on leur doit des circuits cérébraux, on connaît maintenant, selon notre chercheur, les quatre facteurs principaux de réussite d'un apprentissage : ce sont l'attention, l'engagement actif, le retour d'information et la consolidation de l'acquis. Je ne suis pas sûre que la connaissance de ces quatre "piliers" puisse aider beaucoup l'enseignant dans sa tâche. 2- La dimension cognitive : comprendre. Vous avez remarqué ? 86 septembre 2013. Méfiez-vous des neurosciences. Il n’y a guère une semaine qui se passe sans qu’on n’évoque une nouvelle «découverte» en neurosciences et ses retombées possibles dans le champ de l’éducation: on appelle les neurosciences au secours pour «valider» l’éducation bienveillante, on les institue arbitres du combat des différentes méthodes de lecture.

Méfiez-vous des neurosciences

Ne seraient-elles pas devenues une nouvelle autorité à laquelle on confierait (trop?) Facilement l’éducation de ses enfants? De l’autorité à l’autoritarisme des neurosciences Force est de constater que les neurosciences se posent et s’imposent souvent dans l’espace public à grand renfort d’arguments d’autorité. Un des derniers ouvrages grand public de neurosciences appliquées à l’éducation, Le cerveau de mon enfant du docteur Daniel J. Les neuromythes - Elena Pasquinelli.

Les neuromythes - Elena Pasquinelli. 31 janvier : Neurosciences et numérique éducatif.