background preloader

Littérature et politique

Facebook Twitter

Poétique et politique du roman. L.

Poétique et politique du roman

Coret-Metzger. Fabula, Atelier littéaire : Polyphonisme, de Bakhtine à Ricoeur. En étudiant le phénomène polyphonique qu'il expose dans Les problèmes de la poétique de Dostoïevski[1](1929/1962), Bakhtine se réfère pratiquement de manière exclusive à l'œuvre de Dostoïevski: "Dostoïevski est le créateur du roman polyphonique.

Fabula, Atelier littéaire : Polyphonisme, de Bakhtine à Ricoeur

Il a élaboré un genre romanesque nouveau. " (Bakhtine, 1970/1998, p. 35). Il considère en tout cas Dostoïevski comme le premier véritable auteur polyphonique. Plus tard dans ce même livre, il nuancera ses propos en soulignant que l'emploi du terme de polyphonie emprunté à la musique et appliqué à la littérature ne peut être que métaphorique: Il faut remarquer que la comparaison que nous établissons nous-mêmes, entre le roman de Dostoïevski et la polyphonie, n'est rien de plus qu'une figure analogique. Nous nous permettrons de commencer par faire ici deux remarques aux affirmations de Bakhtine. 1. Un pas important est ici franchi par Bakhtine: de l'influence du contexte extérieur, on passe à une considération intérieure de l'auteur. La violence en héritage. La violence en héritage.

La violence en héritage. Dossier littérature et politique : présentation. « L’autre jour, je m’amusais, on s’amuse comme on peut, à regarder le programme du concours d’attaché d’administration.

Dossier littérature et politique : présentation

Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d’interroger les concurrents sur La Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu’elle pensait de La Princesse de Clèves... Imaginez un peu le spectacle. En tout cas, je l’ai lu il y a tellement longtemps qu’il y a de fortes chances que j’aie raté l’examen ». Tels sont les propos tenus par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, à Lyon le 23 février 2006. ENGAGEMENT, La littérature engagée. La littérature engagée est un phénomène qui n'appartient pas exclusivement à notre temps.

ENGAGEMENT, La littérature engagée

Mais la prise de conscience, à la fin du xixe siècle, de la spécificité de la « littérature », en opposition avec le langage utilitaire, va conduire le siècle suivant à des attitudes extrêmes. Écrivains et critiques oscillent entre une conception de l'œuvre comme fin en soi et un rêve d'efficacité, de prise directe sur le monde. L'œuvre devient, dans le second cas, une arme idéologique tournée vers la vie sociale, politique, intellectuelle ou religieuse du moment. Au xixe siècle, l'écrivain se voit déjà en « mage » ou en témoin privilégié. Mais, défenseur de valeurs humanistes ou esthétiques intemporelles, il tient le monde réel à distance, la gratuité de l'œuvre étant le garant de sa spiritualité et la manifestation de sa rupture avec le temporel. . • Le culte de l'action Les hommes de lettres ont été attirés vers l'activisme. Simone Weil face aux États totalitaires. Les années 30 ont connu une période de crise profonde et multiforme.

Simone Weil face aux États totalitaires

Chacun à leur manière, le fascisme italien, le nazisme, le communisme soviétique ont prétendu apporter des solutions radicales aux défaillances que connaissait alors le libéralisme. Dès le début de la décennie, Simone Weil, jeune professeure profondément investie dans le militantisme syndical1 et évoluant dans une mentalité révolutionnaire, s'est interrogée sur la nature de ces régimes d'inspiration totalitaire.

Conformément à une attitude de principe chez elle, elle entendait soumettre les idées reçues à un examen sans complaisance en tous les domaines. Elle tint ainsi à se forger une opinion personnelle sur la nature et le devenir du nazisme par un contact direct avec l'Allemagne en proie à l'attraction hitlérienne. Eléments d’introduction à l’influence du politique dans les genres littéraires au XIX siècle. Karine Gros Au siècle où nous vivons, l’horizon de l’art s’est bien élargi.

Eléments d’introduction à l’influence du politique dans les genres littéraires au XIX siècle

Autrefois le poète disait : le public ; aujourd’hui, le poète dit : le peuple.V. Hugo (préface d’Angelo, tyran de Padoue, 1835) Selon Diderot, « la politique et les mœurs se tiennent par la main et conduisent à une infinité de textes intéressants sur lesquels on ne finit point1». Stendhal, quant à lui, affirme un siècle plus tard que « la politique au milieu des intérêts d’imagination, c’est un coup de pistolet au milieu d’un concert2». On peut distinguer culture historique et politique en ce sens qu’est considéré comme historique tout événement qui se produit dans une société donnée.

Sans nul doute, essentiellement à partir de la Révolution française, nombreux sont les textes qui se réfèrent plus ou moins implicitement à des événements ou théories politiques. Qu'est-ce que la littérature ? Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Qu'est-ce que la littérature ?

Qu'est-ce que la littérature ? Est un essai de Jean-Paul Sartre, publié en 1948. Historique[modifier | modifier le code] Depuis 2010, une nouvelle édition des Situations est entreprise par Arlette Elkaim-Sartre afin de publier dans l'ordre chronologique les textes de Sartre dont certains ne figuraient pas dans les Situations. Qu'est-ce que la littérature ? L'essai est un manifeste de la conception sartrienne de la littérature engagée, conception qu'il défend contre ses critiques.

Qu’est-ce qu'écrire ? La première question posée par Sartre concerne la définition de l’acte d’écrire et est formulée de la manière suivante: « Qu'est-ce qu'écrire ?