background preloader

Médecine

Facebook Twitter

L’entreprise d’intelligence artificielle Google DeepMind s’attaque au cancer. DeepMind, l’entreprise d’intelligence artificielle rachetée par Google en 2014, n’a jamais caché ses ambitions dans le domaine de la e-santé.

L’entreprise d’intelligence artificielle Google DeepMind s’attaque au cancer

Mardi 30 août, elle a fait un pas supplémentaire dans cette direction en annonçant un partenariat avec le département de radiothérapie des hôpitaux londoniens gérés par le National Health Service (NHS). Objectif : faciliter les traitements du cancer de la tête et du cou. Prudent, Google DeepMind insiste sur le fait qu’il ne s’agit, pour le moment, que de « recherche exploratoire ». Objectif : découvrir si l’apprentissage des machines, sa spécialité, pourrait réduire de façon significative le temps nécessaire pour préparer un traitement par radiothérapie. L’entreprise d’intelligence artificielle Google DeepMind s’attaque au cancer. Des chercheurs américains veulent réécrire le génome humain.

Génération Z : le cerveau des enfants du numérique - 12 février 2015. La génération Z (12-24 ans), qui a grandi avec les jeux vidéo et les téléphones portables, a gagné des aptitudes cérébrales en termes de vitesse et d’automatismes, au détriment parfois du raisonnement et de la maîtrise de soi, explique le professeur de psychologie Olivier Houdé.

Génération Z : le cerveau des enfants du numérique - 12 février 2015

Dans cet entretien accordé à l'AFP, le directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant du CNRS-La Sorbonne (LaPsyDé) et auteur du livre "Apprendre à résister" (Le Pommier), il préconise un apprentissage adapté à ces mutations. Le cerveau des enfants nés à l’heure du digital est-il différent ? CRISPR-Cas9: des ciseaux génétiques pour le cerveau. En permettant d’intervenir sur l’ADN de manière chirurgicale, les ciseaux génétiques CRISPR-Cas9 ne font pas que révolutionner les techniques d’édition du génome, ils ouvrent aussi des opportunités enthousiasmantes pour l’étude du cerveau.

CRISPR-Cas9: des ciseaux génétiques pour le cerveau

CRISPR-Cas9… Derrière cet acronyme barbare se cache une innovation révolutionnaire : remplacer un gène par un autre ou le modifier. La méthode paraît presque trop simple, et pourtant elle est le fruit de près de trente ans de recherche. CRISPR-Cas9 (prononcez « crispère ») fonctionne comme des ciseaux génétiques : il cible une zone spécifique de l’ADN, la coupe et y insère la séquence que l’on souhaite. CRISPR-Cas9 est un complexe formé de deux éléments : d’un côté, un brin d’ARN, de séquence homologue à celle de l’ADN que l’on veut exciser, et de l’autre, une endonucléaseFermerEnzyme capable de couper au milieu d’une chaîne ADN., le Cas9.

Dans la cellule, le brin d’ARN va reconnaître la séquence homologue sur l’ADN et s’y placer. Intelligence multiple. Des chromosomes, il en faut beaucoup ? Des chromosomes, il y en a beaucoup ?

Des chromosomes, il en faut beaucoup ?

Parmi les questions d’élèves souvent posées lorsqu’on aborde la génétique, il y a le nombre de chromosomes des individus d’une espèce ; en associer un grand nombre à des espèces évoluées et peu à des espèces plus primitives étant un raccourci scientifique parfois présent dans leur esprit. Maladie d'Alzheimer : les big data pour enrayer la maladie. "L'usage du big data, c'est important parce que c'est en combinant toutes les informations sur le cerveau des gens avant les symptômes qu'on va pouvoir prédire s'ils sont sur la trajectoire de la maladie", explique Jean-François Mangin, directeur du Centre d'acquisition et de traitement d'images pour la maladie d'Alzheimer (CATI).

Maladie d'Alzheimer : les big data pour enrayer la maladie

Trois fois plus de personnes atteintes d'ici 2050 L'objectif à long terme est de "pouvoir ralentir, voire stopper Alzheimer" poursuit le chercheur qui collabore au sein du Commissariat à l'Energie Atomique au "Human Brain Project", ambitieux projet européen lancé dans des dizaines de laboratoires en 2013 et visant à créer un superordinateur capable de simuler le cerveau d'ici 2023.

URGENT. On sait depuis quelques années qu'Alzheimer se développe au moins 20 ans avant l'apparition des premiers signes visibles. MEMENTO. Les premiers résultats de ce projet prévu sur le long terme seront publiés en 2015. État de Santé : Médecine du futur : les progrès médicaux profiteront-ils à tous ? Que nous promettent les sciences du cerveau ? Faire le tour à 360° et de façon ludique de toutes les questions qui se posent aujourd’hui dans nos sociétés en pleine mutation : Questions de science, de société, de technologie, de psychologie, d’écologie ou d’économie… Le monde évolue vite et nous avec, au nord comme au sud de la planète.

Que nous promettent les sciences du cerveau ?

Alors comment on s’adapte ? Pourquoi c’est comme ça ? D’où ça vient ? A quoi ça sert ? En quoi ça nous touche ? Une prothèse offre un troisième bras à un batteur. Une prothèse de main qui procure des sensations tactiles. Pour guider leurs mouvements, les amputés équipés d’une prothèse ne pouvaient jusqu’ici compter que sur leur regard : une main artificielle ne leur procurait aucune des sensations naturelles qui permettent d’ajuster intuitivement le mouvement de saisie ou de manipulation d’un objet.

Une prothèse de main qui procure des sensations tactiles

Une équipe internationale de chercheurs a créé une prothèse qui exécute les mouvements décidés par le patient, mais qui en plus lui procure en temps réel des sensations tactiles. C’est une avancée importante, publiée dans la revue Science Translational Medicine, car elle tend à rendre l’utilisation des prothèses plus efficace et plus naturelle. Des vaisseaux sanguins artificiels imprimés en 3D. Une équipe de chercheurs est parvenue à fabriquer des vaisseaux sanguins artificiels à l'aide d'une technique d'impression 3D.

Des vaisseaux sanguins artificiels imprimés en 3D

Ces travaux pourraient conduire à des avancées dans la bio-ingénierie de précision. La création de vaisseaux sanguins artificiels est particulièrement difficile, notamment à cause de leur petite taille, de leur fragilité et de la complexité de leur disposition dans les tissus vivants. Une équipe de chercheurs du centre de R&D du Brigham and Women's Hospital vient d'effectuer une avancée dans le domaine en utilisant une technique d'impression 3D. Un oeil bionique en nanotubes de carbone. Extension du code génétique : une entreprise explorera la création de nouvelles protéines. Les lois de la nature ne sont pas aussi absolues qu'on a pu le penser.

Extension du code génétique : une entreprise explorera la création de nouvelles protéines

Après 14 ans de recherches, une équipe de scientifiques américains est parvenue à créer un organisme vivant composé d'un code génétique partiellement synthétique, dont l'ADN est augmenté d'une paire supplémentaire de nucléotides. Une avancée qui pourrait avoir d'importantes retombées pour la création de molécules par biologie synthétique. Les organismes vivants sont définis par les informations codées dans leur génome. CRISPR-Cas9, une révolution génétique qui promet beaucoup (et pose de nombreuses questions) SCIENCE - Modifier génétiquement un embryon, éradiquer des maladies héréditaires, ou encore faire revivre les mammouths, de la science-fiction?

CRISPR-Cas9, une révolution génétique qui promet beaucoup (et pose de nombreuses questions)

Plus pour très longtemps. Depuis quelques années, le monde scientifique est bousculé par une nouvelle méthode révolutionnaire permettant de modifier l'ADN de tout être vivant avec une facilité déconcertante. Son nom? Technologies NBIC, la techno-médecine et le séquençage intégral de l'ADN. Avenir de l'emploi du système CRISPR-Cas9 en génétique. Ceci par suppression et insertion de gènes.

Cependant si l'outil peut à terme permettre d'éliminer certaines maladies, notamment génétiques, des inquiétudes se sont faites jour quant à son utilisation en génétique humaine. CRISPR/Cas9 : Emmanuelle Charpentier futur prix Nobel ? (source image : ici) CRISPR. Le mot (enfin l’acronyme) est lâché. Si, en tant que biologiste, vous n’en n’avez jamais entendu parler, c’est que vous hibernez depuis 2 ans ou que vous êtes sur le terrain au fin fond de l’Amazonie à récolter des échantillons pour votre prochain papier.

Derrière cet acronyme un peu barbare (CRISPR pour ‘Clustured Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats’) se cache l’une des plus importantes révolutions technologiques que la biologie moléculaire a connu ces 40 dernières années, au même titre que le clonage ou la PCR. Le principe : programmer une endonucléase bactérienne (protéine qui coupe l’ADN) appelée Cas9 avec des petits ARN non codants (qui agissent comme guide) pour permettre le clivage de manière spécifique à l’endroit désiré du génome. Un bref historique Et pourtant, la découverte initiale aurait pu rester totalement anecdotique.