background preloader

C) Une puissance sur le déclin ?

Facebook Twitter

La France a perdu sa place de cinquième puissance économique mondiale. INFO LE FIGARO - Notre pays a été dépassé en 2014 par le Royaume-Uni, dont le PIB est supérieur au nôtre.

La France a perdu sa place de cinquième puissance économique mondiale

Voilà une bien triste nouvelle pour François Hollande et l'orgueil national: «La France, c'est un grand pays ; elle est la cinquième puissance économique du monde», avait affirmé le président de la République le soir de la Saint-Sylvestre lors de ses vœux aux Français. Le propos se voulait roboratif, «un message de confiance et de volonté», avait-il lui-même annoncé. Le déficit commercial français se dégrade. Le déficit commercial de la France s'est creusé en août à 5,8 milliards d'euros, ce qui représente la deuxième plus mauvaise performance de l'année après celle de janvier (5,9 milliards), selon un communiqué des douanes paru jeudi 9 octobre.

Le déficit commercial français se dégrade

Ce déficit est publié en même moment que les mauvais chiffres en provenance d'Allemagne, où les exportations ont affiché en août leur plus fort recul depuis janvier 2009. L'aggravation du déficit commercial français s'explique par un recul des exportations (– 1,3 % par rapport à juillet) plus prononcé que celui des importations (– 0,6 %), selon les douanes, qui précisent qu'en données cumulées, depuis le début de l'année, la France accuse désormais un déficit commercial de 40,3 milliards d'euros. Le lent déclin de la France. 1.

Le lent déclin de la France

La crise perpétuelle La crise récente est née de l’éclatement des bulles financières, de l’immobilier et des produits dérivés. Elle met à mal le système bancaire mondial. La destruction monétaire massive a assommé la demande des ménages, elle a ensuite mis en péril l’industrie par l’augmentation des stocks et sous utilisation des outils de fabrication. La production et l’investissement industriel ont capitulé immédiatement. Les mêmes experts “ex-pairs” qui ont étés incapable de prévoir la situation sont chargés de nous prédire la durée du phénomène. Il apparaît à l’évidence que leurs performances passées donnent peu de poids a leurs nouvelles prévisions. Il est probable qu’ils pêcheront encore par un excès d’optimisme notable.

Les conséquences de cette crise continueront à créer une destruction massive d’emploi avec les drames sociaux collatéraux. La France du déclin tranquille. Jean Peyrelevade, ancien conseiller du gouvernement de Pierre Mauroy et ancien président du Crédit Lyonnais, livre un constat sans appel: «Nous sommes en train de consommer les derniers restes d'une prospérité passée.»

La France du déclin tranquille

Comment se dessine l'avenir du pays? Une longue décennie de croissance anémique, de chômage persistant, d'horizon bouché pour les jeunes. Une «japonisation». Les élections verront, à Paris comme à Tokyo, les gouvernements valser les uns après les autres, sans que cela ne change jamais rien au lent délitement. «La France est passée de l’idée de déclin à celle de décadence» Avant la Grande Guerre, la France ne doute pas qu’elle est une grande puissance.

«La France est passée de l’idée de déclin à celle de décadence»

Depuis, ce sentiment de rayonnement a chuté, au point d’avoir apporté un mot nouveau au dictionnaire - le déclinisme - pour désigner la résignation face à un recul inéluctable. Une vogue toujours montante, selon l’historien Robert Frank, qui vient de publier une réédition augmentée de son premier ouvrage sur le sujet (paru en 1994) : la Hantise du déclin. Une angoisse très française qui montre un pays obsédé, depuis la défaite de 1940 et la décolonisation, par l’idée de retrouver son rang. Notamment grâce à l’Europe, envisagée comme tremplin. Les scores de Marine Le Pen tiennent pour beaucoup à cette méfiance permanente dans l’Hexagone.

Manuel Valls aime achever ses discours par un couplet sur la grandeur de la France qui frise le ridicule. Gilles Le Blanc "Il n'y a pas de déclin de l'industrie en France" Gilles Le Blanc, directeur du centre d'économie industrielle et professeur à l'école des Mines de Paris, a réalisé une étude ambitieuse sur l'industrie dans l'économie française ces vingt-cinq dernières années.

Gilles Le Blanc "Il n'y a pas de déclin de l'industrie en France"

Et remet en cause beaucoup d'idées reçues. « L'Usine Nouvelle » : Quels sont les objectifs de votre étude ? Gilles Le Blanc : Il est indispensable de redéfinir ce qu'est aujourd'hui l'industrie en France, car tout le débat qui semble se rouvrir sur une politique industrielle, sur la création de pôles de compétitivité, démarre à partir d'hypothèses qui ne sont plus vraies.

L'industrie présente un nouveau visage, de nouvelles caractéristiques. Le déficit commercial français se réduit, petit à petit. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Claire Guélaud Le déficit commercial français s’est réduit en 2014, pour la troisième année consécutive.

Le déficit commercial français se réduit, petit à petit

Après avoir battu des records historiques en 2011 (- 74,5 milliards d’euros), le solde a été ramené à - 53,8 milliards d’euros fin décembre, soit une baisse de 7 milliards d’euros (11,5 %) par rapport à 2013, selon les statistiques des douanes, rendues publiques vendredi 6 février.