background preloader

Complotisme, post-vérité, crise de l'information

Facebook Twitter

Le journal de France 2 caution du complotisme ? Michel Field Directeur exécutif de l'information France Télévision.

Le journal de France 2 caution du complotisme ?

Faits alternatifs, fake news, post-vérité… petit lexique de la crise de l’information. Théorie selon laquelle l'émotion et la croyance comptent désormais plus que les faits Post-truth, en anglais, fut le mot de l'année 2016, selon l'Oxford Dictionnary.

Faits alternatifs, fake news, post-vérité… petit lexique de la crise de l’information

Il se rapporte, explique la publication britannique, aux « circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d'influence sur l'opinion publique que ceux qui font appel à l'émotion ou aux croyances personnelles ». Si Ralph Keyes consacrait déjà un livre au sujet en 2004 (The Post-truth Era), c'est véritablement avec la campagne britannique sur le Brexit et la campagne présidentielle américaine que l'expression s'est démocratisée.

Politique post-vérité ou journalisme post-politique ?, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 22 novembre 2016) Un système qui, le lendemain de l’élection de Donald Trump, fait commenter l’événement par Christine Ockrent — sur France Culture… — et le surlendemain par BHL interviewé par Aphatie, n’est pas seulement aussi absurde qu’un problème qui voudrait donner des solutions : c’est un système mort.

Politique post-vérité ou journalisme post-politique ?, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 22 novembre 2016)

On ne s’étonnera pas que le thème des morts-vivants connaisse un tel regain d’intérêt dans les séries ou dans les films : c’est l’époque qui se représente en eux, et c’est peut-être bien le sentiment confus de cette époque, à la fois déjà morte et encore vivante, qui travaille secrètement les sensibilités pour leur faire apparaître le zombie comme le personnage le plus parlant du moment. Les morts-vivants. La «post-vérité», nouvelle grille de lecture du politique - Le Temps. Le terme n’est pas encore entré dans le lexique courant de la langue française, mais pour la vénérable institution du dictionnaire d’Oxford c’est le mot de l’année: post-vérité, «post-truth» en anglais.

La «post-vérité», nouvelle grille de lecture du politique - Le Temps

Inventé par l’auteur américain Ralph Keyes en 2004 («The post-truth era»), il a lentement fait son chemin dans les médias anglo-saxons avant de s’imposer comme une grille de lecture des bouleversements politiques en cours. Les victoires surprises du Brexit au Royaume-Uni, puis de Donald Trump aux Etats-Unis expliquent son succès. L’usage de «post-vérité» a augmenté de 2000% entre 2015 et 2016, note l’Oxford Dictionnary qui ajoute qu’il est devenu un «pilier du commentaire politique» désormais largement compris.

(20+) «Qui a peur de la post-vérité ?» Suivez le débat en direct avec Libération. «Qui a peur de la post-vérité ?»

(20+) «Qui a peur de la post-vérité ?» Suivez le débat en direct avec Libération

Suivez le débat en direct avec Libération l y vt pls d mnd l’nvsttd d’bm q’ cll d Dnld Trmp, c’st n ft. Q’mprt, l nv prsdnt mrcn dmnt, t rffrm s pplrt n vqnt ds «fts ltrntfs». Mrcrd, c’st Mrn L Pn q ccs rp 1 d «fk nw». Srns ns ntrs dns n nvll èr ù l’ntrprttn, l sbjctvt, l mvs f vr l mnsng nt pls d’mprtnc q l rlt ll-mêm? Post-vérité : «Les gens vont devoir commencer à traiter les contenus numériques avec plus de scepticisme» Will Davies (photo DR) est professeur agrégé en économie politique à l’université Goldsmiths, à Londres.

Post-vérité : «Les gens vont devoir commencer à traiter les contenus numériques avec plus de scepticisme»

Il est notamment l’auteur de L’industrie du bonheur : Comment le gouvernement et les grandes entreprises nous ont vendu le bien-être. Comment définiriez-vous brièvement le concept de post-vérité ? Le terme s’est imposé en 2016 [C’est le mot de l’année, selon le dictionnaire britannique d’Oxford ndlr], dans le cadre de divers mouvements populaires, tel que la campagne de Donald Trump ou celle pour le Brexit. Les risques de la société « post-vérité » Editorial.

Les risques de la société « post-vérité »

En 2016, plusieurs personnalités ont annoncé sciemment des fausses nouvelles. Un défi pour les médias, les personnalités politiques et les entreprises technologiques. Editorial du « Monde ». Le très respectable dictionnaire d’Oxford a choisi comme mot de l’année 2016 l’adjectif « post-truth » – en français, « post-vérité ». Cette expression qui signifie « relatif aux circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence sur la formation de l’opinion que l’appel aux émotions et aux croyances personnelles », n’est pas nouvelle. Conversation avec Gérald Bronner : ce n’est pas la post-vérité qui nous menace, mais l’extension de notre crédulité. Entretien avec Gérald Bronner, professeur de sociologie à l’université Paris Diderot, auteur de plusieurs ouvrages sur les croyances collectives et la cognition dont notamment « L’empire des croyances » (PUF, 2003), « La pensée extrême : comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques » (Denoël 2009) et « La démocratie des crédules » (PUF, 2013).

Conversation avec Gérald Bronner : ce n’est pas la post-vérité qui nous menace, mais l’extension de notre crédulité

M.H. : Le mot « post-vérité », en anglais post-truth, a été désigné par Oxford Dictionaries comme mot de l’année 2016. Cela veut-il dire que nous vivons dans des sociétés où la distinction entre le vrai et le faux n’a plus d’importance ? Un complot mondial serait à l’origine de nombreuses théories du complot.

L’information est venue se répandre sur internet et les réseaux sociaux comme une traînée de poudre.

Un complot mondial serait à l’origine de nombreuses théories du complot

De nombreuses théories du complot seraient en fait orchestrées par une conspiration encore plus importante et d’envergure internationale. La vérité est ici C’est le site Hoaxbuilder.fr, spécialisé dans la diffusion de rumeurs sur la toile qui a en premier relayé un article détaillant les rouages de cette nouvelle conspiration. « Depuis plus de 50 ans, ce sont les mêmes personnes qui créent et entretiennent toutes les théories du complot, dans le but de cacher la vraie vérité » affirme David Bani, le créateur du site.