background preloader

TPE clonage et ethique

Facebook Twitter

Clonage : tout savoir sur le clonage. Les progrès de la médecine sur le clonage partagent l’opinion publique et provoquent des débats sur la bioéthique.

Clonage : tout savoir sur le clonage

Le mot clone vient du grec klon et désigne une petite branche ou une jeune pousse. Aujourd’hui le terme clone décrit un individu génétiquement identique à un autre, donc par définition les vrais jumeaux (« jumeaux monozygotes ») sont des clones naturels car ils sont génétiquement identiques. Définition du clonage. Reproduction asexuée : Création d'organismes à partir d'un organisme parental unique, sans apport de matériel génétique nouveau.

Définition du clonage

Tous les organismes obtenus par reproduction asexuée d'un organisme particulier ont un ensemble de gènes identiques dans le noyau de leurs cellules : ils forment un clone. Dans la nature, la reproduction asexuée est observée dans le règne végétal et chez certains animaux invertébrés ; elle donne naissance à des individus génétiquement semblables. Au contraire, la reproduction sexuée produit des individus qui sont génétiquement différents. Cette diversité, qui est à la source de l'évolution et de la sélection naturelle, a une telle importance qu'on la trouve chez presque tous les animaux, vers, insectes et vertébrés. Pourquoi est-on arrivé à effectuer des expériences de reproduction asexuée sur des êtres vivants qui normalement sont issus de reproduction sexuée ? Comment est perçu le clonage humain ? 1.

Comment est perçu le clonage humain ?

Opinion des scientifiques et personnalités vis à vis du clonage humain On a distingué 2 types d'avis : Avis favorables au niveau social Joshua Lederberg, prix nobel de médecine, a défendu le clonage humain comme moyen de reproduire « les individus supérieurs ». Joseph Flechter, université de Virginie, écrivit que « la société pourrait avoir besoin de clones humains spécialisés pour remplir certains rôles particuliers, par exemple des individus spécialement résistants aux radiations, ou dotés d'une toute petite taille pour les vols à haute altitude et les vols spaciaux. MacFarlane Burnet, prix nobel de médecine en 1960, publia en 1978 un livre pour expliquer l'intérêt qu'aurait la société à mettre en œuvre une sélection génétique systématique des individus.

Avis favorables au niveau médical Simon Fishel (embryologiste anglais) est favorable à l'idée de faire un clone d'un malade pour produire des cellules souches embryonnaires pouvant être utilisées pour réparer des tissus endommagés. Clonage : quelques clés pour comprendre... Ethique et clonage. Les grandes dates du clonage. Cloner : l'idée ne date pas d'hier.

Les grandes dates du clonage

Mais on a longtemps cru que le clonage resterait du domaine de la science fiction. De la publication du roman le "Le meilleur des mondes" à l'annonce de la naissance de Eve, découvrez les grandes dates de cette histoire scientifique. Aldous Huxley publie "Le Meilleur des mondes" dans lequel il imagine une société utilisant la génétique et le clonage pour conditionner et contrôler des individus. Le scientifique Hans Sperman est le premier à évoquer le clonage. Il développe la théorie selon laquelle il serait possible de greffer des noyaux de cellules à des ovocytes énuclées.

Les scientifiques Pinkus et Shapiro a fait naître trois femelles lapines par parthénogénèse, c'est-à-dire en excitant l'ovule pour qu'il initie un développement sans l'intervention de spermatozoïde. Les scientifiques Roberts Briggs et T.J. James Watson et Francis Crick découvrent la structure en double hélice de l'ADN ou acide désoxyribonucléique. Législation. La question du clonage touche à la bioéthique.

Législation

Apparue en 1982-83, le mot bioéthique désigne l'étude des préceptes moraux qui doivent ou devraient accompagner toute pratique médicale, toute intervention biologique sur l'être humain depuis sa conception. Des commission se réunissent régulièrement pour étudier une multitude de thème ou de cas concrets. En France la législation en matière de bioéthique est récente et particulièrement délicate. L'urgence des lois en la matière s'est faite au cours des dernières année du fait des progrès dans certains domaines de la biologie et de la recherche médicale qui ont amené le développement de certaines pratiques dangereuses en matière de reproduction, génétique... Le dispositif législatif majeur s'articulait jusqu'à présent autour de 3 grandes lois : 1975 : loi Veil (IVG) 1976 : loi Caillevet (Prélèvement d'organe) Pour et contre. Les scientifiques espèrent que les cellules souches humaines ouvriront des voies totalement nouvelle pour soigner des affections incurables comme la maladie de Parkinson, les maladies cardio-vasculaires, la maladie d'Alzheimer, les paralysies, les attaques cérébrales et le diabète.

Pour et contre

A l'heure actuelle, les cellules souches sont prélevées sur des embryons humains quelques jours seulement après la fécondation. Premier clonage d’embryon humain. Dimanche 25 novembre 2001, la firme américaine Advanced Cell Technology annonce la création du premier clone d'embryon humain.

Premier clonage d’embryon humain

Pas question pour autant de cloner des bébés, mais plutôt d'obtenir des cellules souches potentiellement capables de traiter des maladies incurables. Cette première mondiale suscite autant d'intérêt de la part des sociétés de biotechnologies que de controverses éthiques. Retour sur cet événement. Le gynécologue italien Antinori promettait le premier embryon cloné avant fin 2001. Et bien, ces "cloneurs" de l'extrême se sont finalement fait coiffer au poteau par la firme américaine Advanced Cell Technology. Un Clone à Durée Déterminée qui ne passe pas sa période d'essai Depuis quelques années, on peut dire que les chercheurs clonent et "déclonent" à plein tube à essai. 1.Qu'est-ce que le clonage ? - Le clonage. 1) Définition clonage thérapeutique et clonage reproductif.

1.Qu'est-ce que le clonage ? - Le clonage

Tout d'abord l'étymologie du mot clone vient du grec "klon" qui signifie "jeune pousse". Ce therme scientifique fut employé pour la première fois en 1903,par le botaniste H.J Webber,pour désigner des plantes reproduites de manière asexuée.