background preloader

Viande

Facebook Twitter

Viande et alimentation

Pourquoi il faut réduire notre consommation de viande Consommer Durable. Le 15/06/12 par Vincent.F Je suis tombé à une heure avancée de la nuit sur la rediffusion d’un documentaire prenant des allures d’un véritable cauchemar… Adieu, veau, vache, cochon, couvée, diffusé mercredi 14 juin sur France 3, est une enquête sur les coulisses de l’industrie alimentaire croisant les témoignages d’un activiste de la cause animale s’étant lancé le défi de travailler en abattoir pour témoigner, d’un ancien éleveur plein de sagesse, d’un couple d’éleveurs bio ainsi que deux éleveurs rompus aux méthodes de l’élevage industriel.

Pourquoi il faut réduire notre consommation de viande Consommer Durable

Le but du documentaire n’est pas de culpabiliser le consommateur, mais plutôt d’éclairer le sujet de toutes les données historiques, techniques et économiques nécessaires pour bien envisager et prendre individuellement conscience de cette réalité, qui est la nôtre. Moins de viande : par quoi la remplacer ? 

En termes d’apport calorique quotidien, le Haut conseil de la santé publique recommande la consommation de légumineuses “au moins deux fois par semaine, une petite poignée de fruits à coque non salés une fois par jour, cinq portions de fruits et légumes par jour, des produits céréaliers tous les jours, deux produits laitiers par jour et de l'eau à volonté”, relève l’Agence de la Transition Écologique.

Moins de viande : par quoi la remplacer ? 

Outre les légumes, que peut-on manger pour trouver des protéines et autres nutriments ? Des légumineuses. La viande bio, vraiment écolo? Qui n’a jamais entendu ses proches ou même des politicien.ne.s et autres personnalités mettre en avant le fait que « Oui mais moi ma viande je l’achète bio et locale!

La viande bio, vraiment écolo?

». Cette phrase est constamment utilisée pour décrédibiliser les personnes adoptant une alimentation végane pour des raisons environnementales. La viande in vitro, une voie exploratoire controversée. Le 2 décembre 2020, Singapour a autorisé la vente de nuggets de poulet produits in vitro par une start-up californienne, une première mondiale.

La viande in vitro, une voie exploratoire controversée

Depuis la présentation en 2013 dans un restaurant londonien du premier steak obtenu à partir de cellules souches, la viande in vitro est souvent présentée comme une solution pour résoudre les problèmes de bien-être animal et de sécurité alimentaire, tout en étant supposée avoir moins d’impacts négatifs sur l’environnement que l’élevage traditionnel. INRAE est un des instituts les plus présents dans les publications scientifiques sur le sujet. En particulier, Jean-François Hocquette, spécialiste de la physiologie du muscle, est coauteur de plusieurs revues récentes. Par quoi remplacer la viande pour adopter une alimentation plus saine ? Infections alimentaires: les bactéries, la menace invisible du poulet. Le lien entre la viande et la déforestation dévoilé dans ce court-métrage d'animation. Les viandes à éviter en supermarché. Steaks hachés bio : les derniers du classement de 60 millions de consommateurs. Le 27 février, la revue 60 millions de consommateurs a dévoilé, dans son nouveau numéro, une étude sur les steaks hachés surgelés ou frais, très présents dans le quotidien des Français.

Steaks hachés bio : les derniers du classement de 60 millions de consommateurs

Au total, 29 produits "100 % pur bœuf" ont été testés et répartis en deux catégories selon leur taux de matières grasses : les 15 % et 5 %. L’analyse a été effectuée à partir de multiples caractéristiques : mesures des paramètres physico-chimiques (taux de collagène, sel, protéines...), analyses microbiologiques (afin d’identifier l'éventuelle présence de souches pathogènes) et histologique (présence de cartilage, d’os ou de graisses). Une note sur 20 a été attribuée à chacun des steaks étudiés. La viande mauvaise pour la santé ? C’est la faute des acides aminés soufrés. Laura Brown est maîtresse de conférences en nutrition et santé à l’université de Teesside (Royaume-Uni) et Kelly Rose chercheuse à la School of health and life sciences dans la même université.

La viande mauvaise pour la santé ? C’est la faute des acides aminés soufrés

Les régimes alimentaires à base de plantes sont populaires dans les médias, mais les recherches montrent que devenir végétarien ou végétalien n’est pas seulement bon pour l’environnement, mais aussi pour notre santé. Les régimes riches en viande sont liés à une série de problèmes de santé, allant des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux au diabète de type 2 et à certains cancers. La viande rouge ne serait pas mauvaise pour la santé ? Vraiment ? La grande majorité des médias se sont emparés des nouveaux avis nutritionnels du consortium NutriRECS qui semblent bouleverser les recommandations alimentaires en vigueur concernant la viande rouge et la viande transformée.

La viande rouge ne serait pas mauvaise pour la santé ? Vraiment ?

C'est en tout cas ce que laissent penser les titres sensationnels de la presse écrite. Mais ces derniers se sont peut-être laissé aller à un traitement hâtif de l'information et nous allons voir pourquoi. Si vous ne vous intéressez pas à la science, vous devez avoir l'impression qu'elle retourne constamment sa veste.

Un coup noir, un coup blanc. Pour une meilleure santé et celle de la planète : il est urgent de manger moins de viande. Si on ne le savait pas déjà, le dernier rapport du Groupe international d'experts sur l'évolution du climat (Giec) nous l'affirme de nouveau : les habitants des pays développés devraient manger moins de viande.

Pour une meilleure santé et celle de la planète : il est urgent de manger moins de viande

Parce que oui, on peut manger moins de produits carnés sans pour autant ne plus en consommer du tout. La première option relève du futur que l'on souhaite vivre, puis laisser derrière nous. La viande rouge : mauvaise pour la santé ? Viande blanche contre viande rouge L’Organisation mondiale de la santé a semé la confusion chez les consommateurs en annonçant que la viande rouge et la charcuterie étaient « cancérogènes pour l’homme [1] ».

La viande rouge : mauvaise pour la santé ?

Depuis, on ne parle plus que de la « viande blanche », soudain parée de toutes les vertus. Ainsi, la côte de porc élevé en batterie, dont on dénonce par ailleurs constamment les conditions d’élevage atroces, serait meilleure pour notre santé que le bœuf ?? Pas du tout ! Car les scientifiques n’ont pas la même définition de la « viande rouge » que nous et nos bons vieux manuels de cuisine !! Dans notre tradition, manifestement « dépassée », la viande rouge regroupe le bœuf, l’agneau, plus rarement le mouton et le cheval. La viande blanche désigne la volaille, le porc, le veau. Nous appelons même « viande noire » le gibier sauvage : sanglier, cerf, chevreuil… Cela fait partie de notre patrimoine franchouillard, dira-t-on, à abandonner au plus vite car inadaptée aux normes anglo-saxonnes.

Régime carnivore - focus sur la nouvelle tendance alimentaire. Bien-être animal : un étiquetage pour « continuer à manger de la viande sans se sentir coupable » 3 gros producteurs de viande polluent autant que la France entière. Les chiffres laissent sans voix.

3 gros producteurs de viande polluent autant que la France entière

Une étude publiée en novembre dernier par l’organisation internationale GRAIN et la Fondation Heinrich Böll dénonce « l’empreinte climatique démesurée des grandes entreprises du secteur de la viande et des produits laitiers ». Ainsi, les trois plus gros producteurs de viande dans le monde émettent autant de pollution que la France entière. Pour espérer pouvoir atteindre les objectifs climatiques fixés par l’accord de Paris, des efforts importants sont à réaliser dans le secteur sous l’impulsion des États, seuls à pouvoir soutenir les modèles agricoles alternatifs qui peinent à se développer sans une intervention politique. Chacun le sait aujourd’hui, l’élevage industriel est l’un des secteur les plus polluants parmi les activités industrielles humaines. Les enfants mangent bien trop de viande et de protéines à la cantine. "Cantines scolaires : deux fois trop de viande ! " C'est l'alerte choc de Greenpeace qui interpelle le gouvernement français sur la composition, manifestement inappropriée et dangereuse pour la santé, des repas des enfants dans les cantines scolaires.

L'annonce peut surprendre alors que la grande majorité des Français croit encore que nous manquons de protéines pour être en pleine forme, sans savoir ce que sont vraiment les protéines et encore moins la quantité dont nous avons réellement besoin.