background preloader

Ressources naturelles / rares / et épuisement

Facebook Twitter

Ressources naturelles / rares / et épuisement

La pénurie de sable, c'est pour bientôt ! (Infographie) Le secteur de la construction est la principale cause de l’épuisement des ressources en sable.

La pénurie de sable, c'est pour bientôt ! (Infographie)

Chaque année, 40 milliards de tonnes de sables sont extraites des fonds marins, des mines et des lacs, afin de nourrir le secteur du bâtiment. Le béton est composé aux deux tiers de sable, et malheureusement, nos ressources en sable ne sont pas infinies. L’Infographie ci-après met en lumière les principaux enjeux de ce problème. Les terres rares, c'est quoi ? Ralentir l'érosion des terres pour enrayer la pénurie de phosphore. Un article publié par la revue Nature Communications s'intéresse à la disponibilité en phosphore au sein des cultures et systèmes agricoles.

Ralentir l'érosion des terres pour enrayer la pénurie de phosphore

Par rapport aux études existantes sur ce sujet qui se concentrent, pour la plupart, sur les moyens d'augmenter l'offre ou de diminuer la demande, cette publication se penche sur un facteur relativement peu étudié, pourtant déterminant pour le solde de phosphore : l'érosion hydrique des sols. Une autre originalité de cette étude est d'évaluer cet impact de manière géographiquement différenciée (figure ci-dessous). La voiture électrique cause une énorme pollution minière. Cet article est le deuxième d’une enquête en trois volets que nous consacrons à la voiture électrique.

La voiture électrique cause une énorme pollution minière

Le premier volet, sur les émissions de gaz à effet de serre : « Non, la voiture électrique n’est pas écologique ». Quelles sont les solutions possibles pour que l’humanité ne vive plus à crédit ? L’humanité demande à la Terre plus que ce qu’elle est en capacité de produire de façon durable c’est-à-dire sans impact pour les générations futures.

Quelles sont les solutions possibles pour que l’humanité ne vive plus à crédit ?

Un constat valable depuis 1971 et dont les raisons sont criantes. La déforestation tout d’abord. Selon une étude américaine publiée dans la revue Sciences, 50 000 km2 de forêts en moyenne ont été perdus chaque année entre 2001 et 2015, entraînant dans son sillage une augmentation colossale du taux de CO2 dans l’atmosphère. La pêche aussi pose problème, puisqu’en 2018, ce sont plus de 171 millions de produits aquatiques qui ont été pêchés. L’humanité surexploite les écosystèmes pour permettre aux près de 8 milliards d’êtres humains de boire, se nourrir, se vêtir, se déplacer, se chauffer et consommer de nombreux biens et services. Limiter l’épuisement des ressources ! Mais aussi… en finir avec les énergies fossiles ? Éoliennes, Terres rares et désastre environnemental : une vérité qui dérange. Par K.

Éoliennes, Terres rares et désastre environnemental : une vérité qui dérange

L’appellation « terres rares » regroupe un ensemble de 17 éléments chimiques comprenant le scandium, l’yttrium et les 15 lanthanides (en gros tous les éléments chimiques allant du numéro atomique 57 au 71). Évidemment, à moins de maitriser la chimie comme un Walter White, ces éléments ne vous disent probablement rien. Pourtant, ceux-ci sont présents en petites quantités depuis longtemps dans la plupart des produits high-tech qui garnissent notre quotidien. Si le développement des nouvelles technologies tend à pousser la demande de terres rares à la hausse, une industrie s’est nettement démarquée du lot pour sa demande exponentielle de terres rares ces dernières années : j’ai nommé l’industrie éolienne ! Pourquoi donc ? Qu’est-ce que les « ressources rares et matériaux critiques » ?

Au commencement était la révolution industrielle… C’est au XIXème siècle en Europe qu’a débuté la révolution industrielle, avec une explosion des volumes et types de biens produits.

Qu’est-ce que les « ressources rares et matériaux critiques » ?

Point commun de ces activités nouvelles ? Elles reposaient généralement sur l’exploitation de plus en plus intensive des vastes réserves de matières premières patiemment emmagasinées dans le sous-sol au fil des millions d’années d’histoire de la Terre – au premier rang desquelles, bien sûr, le charbon et le fer de la sidérurgie, catalyseur de bon nombre d’innovations et industries nouvelles.Cette révolution s’est ensuite propagée tout autour du monde.

Les procédés se sont multipliés et sophistiqués jusqu’à atteindre le degré de raffinement technologique que nous connaissons aujourd’hui. Jour du dépassement : la crise du Covid-19 a donné à peine quelques jours de répit à la planète. Le "Overshoot Day", le jour du dépassement en français, selon son nom anglais, calculé depuis 2003 par l'ONG américaine Global Footprint Network, a pour but d'illustrer la consommation toujours plus rapide d'une population humaine en expansion sur une planète limitée.

Jour du dépassement : la crise du Covid-19 a donné à peine quelques jours de répit à la planète

Si la méthode de calcul est parfois discutée, il n’en reste pas moins un bon indicateur de notre surconsommation. Selon celui-ci, il faudrait cette année 1,6 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale. Le "dépassement" se produit quand la pression humaine dépasse les capacités de régénération des écosystèmes naturels. Il ne cesse, selon l'ONG, de se creuser depuis 50 ans. Le jour du dépassement était tombé le 29 décembre en 1970, le 4 novembre en 1980, le 11 octobre en 1990, le 23 septembre en 2000, le 7 août en 2010. Ce 22 août 2020 est le Jour du dépassement. L'épidémie de Covid-19 a repoussé l'échéance mais en 2020, l'humanité va encore vivre "à crédit".

Ce 22 août 2020 est le Jour du dépassement