background preloader

Poissons

Facebook Twitter

Thon rouge : la marque d’un grand voyageur ! Pourquoi le poisson clown et l’anémone de mer sont-ils inséparables ? L'épopée de la reproduction des épinoches. Le blobfish, un poisson vraiment laid : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le blobfish. Le blobfish est un poisson des grandes profondeurs pour le moins étonnant.

Le blobfish, un poisson vraiment laid : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le blobfish

Le poisson-lune ou môle : poisson pouvant peser jusqu’à une tonne ! Le régime alimentaire du poisson-lune est longtemps resté un mystère.

Le poisson-lune ou môle : poisson pouvant peser jusqu’à une tonne !

Aujourd’hui, sa longévité comme sa reproduction gardent leur part d’ombre chez cette espèce à l’allure préhistorique. Gros plan sur la môle, un animal qui grandit toute sa vie et qui ne ressemble à nul autre. Le poisson-lune, rond comme une meule. Les poissons migrateurs, des espèces en danger. #AlertePollution Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?

Les poissons migrateurs, des espèces en danger

Cliquez ici pour nous alerter ! Hier samedi 24 octobre, c’était la journée mondiale des poissons migrateurs, notamment prévue le 25 octobre, mais avancée d'un jour en raison du Covid. L’occasion de comprendre et de protéger ces espèces en danger. On connaît ces poissons qui remontent les cours d’eau après avoir franchi des milliers de kilomètres. Les poissons plats, maîtres en métamorphose. Des poissons supernoirs, rois du camouflage. Dans les océans, à plus de 200 mètres de profondeur, la lumière du soleil est presque totalement absorbée.

Des poissons supernoirs, rois du camouflage

C’est le règne de la nuit permanente… ou presque. Au cours de l’évolution, de nombreux animaux ont développé des sources de lumière biologiques pour traquer ou attirer des proies, à l’image des baudroies. À l’inverse, la sélection naturelle a aussi doté certains poissons d’une peau qui réfléchit extrêmement peu la lumière : moins de 0,5 %, suffisamment peu pour échapper à la vigilance des prédateurs. Alexander Davis, de l’université Duke, aux États-Unis, et ses collègues ont étudié plusieurs espèces dotées de ce camouflage « supernoir ». Dans les abysses, des poissons absorbent 99,5% de la lumière entrante.

Dans les profondeurs océaniques, que les photons peinent à percer, les poissons ont développé toutes sortes d’adaptations pour les aider à se nourrir.

Dans les abysses, des poissons absorbent 99,5% de la lumière entrante

Certains, par exemple, sont devenus experts en camouflage. À l’instar des oiseaux de paradis, dont les plumes absorbent 99,95% de la lumière, et du Vantablack, cet objet créé par l’Homme capable d’en absorber autant, plusieurs espèces de poissons évoluant en eaux profondes ont développé une peau ultra-noire, capable d’absorber le moindre photon disponible (ou presque). Des chercheurs du Smithsonian Museum et de l’Université Duke (États-Unis) en ont répertorié une quinzaine. Coup de chaud pour les poissons… Le réchauffement climatique que nous sommes en train de vivre est rapide et c’est bien là le problème.

Coup de chaud pour les poissons…

Alors évidemment, on cherche à comprendre les effets de la hausse des températures des milieux sur les êtres vivants : quelles espèces sont les plus menacées, pourquoi, et comment l’estimer de façon fiable ? Une publication est sortie tout récemment dans Science (3 juillet) et relate les travaux de chercheurs allemands (Université de Brême, Institut Helmholtz de biodiversité marine fonctionnelle, centre Helmholtz pour la recherche polaire et marine) qui se sont penchés sur la question du réchauffement des eaux et des effets sur les poissons en cherchant : – à déterminer quelles sont les étapes critiques où les espèces sont particulièrement impactées, – à identifier les processus biologiques qui sont les plus sensibles et pourquoi.

Au moment de s'affronter, les poissons combattants synchronisent leurs gènes ! Bien connus pour leur comportement belliqueux, les poissons combattants ont récemment fait l’objet de recherches étonnantes.

Au moment de s'affronter, les poissons combattants synchronisent leurs gènes !

En effet, durant un affrontement entre deux mâles s’opère une synchronisation à l’échelle moléculaire ! L’objectif ? Sur les traces des poissons des glaces. Le 11 janvier 1842, alors que les HMS Erebus et Terror, les deux navires de l’explorateur polaire britannique James Clark Ross, étaient prisonniers de la glace de mer à 66° de latitude sud, aux abords du cercle polaire antarctique, l’équipage eut la surprise de capturer un phoque de près de 4 mètres de long dont l’estomac contenait environ 13 kilogrammes de poissons.

Sur les traces des poissons des glaces

La périlleuse odyssée du poisson - NaturalEvent#2. Voilà aujourd'hui plusieurs semaines que près de la moitié de l'humanité se retrouve confinée.

La périlleuse odyssée du poisson - NaturalEvent#2

Pendant ce temps, la faune sauvage, elle, bouge au grès de ses envies et profite même de cette situation inédite pour fréquenter des zones qu'elle fuyait jusqu'à présent à cause des activités humaines. D'ailleurs, du fait de la saison, nombreuses sont les espèces animales à entamer une migration. Mais la migration c'est quoi exactement ? La perche d'Amérique, chasseur d'alligators. Le silure, ce poisson géant qui étonne encore les chercheurs ! Le silure n'en finit plus d'étonner les chercheurs.

Le silure, ce poisson géant qui étonne encore les chercheurs !

Connu pour sa taille qui fait de lui le plus gros poisson de nos eaux douces, il a aussi défrayé la chronique par ses comportements alimentaires surprenants, comme sa technique « d'échouage » pour capturer des pigeons sur la berge. Aujourd'hui ce sont ses comportements sociaux complexes qui intéressent les scientifiques. Le silure est un poisson du groupe des siluriformes, les « poissons-chats », un groupe très vaste comprenant plus de 3.000 espèces présentes sur tous les continents, sauf l'Antarctique.

Truite. L'appellation truite regroupe plusieurs espèces de la famille des salmonidés qui vivent dans les eaux douces ou salées. Elle se distingue du saumon par des points noirs sur le corps, un museau plus large et une base de queue plus robuste. Endémique en Europe et en Asie, la truite Salmo trutta se divise elle-même en différentes espèces, comme la truite commune (Salmo trutta trutta), la truite de lac ou truite argentée (Salmo trutta lacustris) ou truite fario (Salmo trutta fario). Originaire des États-Unis, la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) a été introduite en Europe au XIXe siècle et c'est aujourd'hui l'une des plus répandues. Certaines passent leur vie dans des lacs ou des rivières, d'autres vivent en mer et remontent les rivières pour se reproduire.

À l'état sauvage, la truite est principalement carnivore et se nourrit d'insectes, de vers et de petits poissons. Pêche et élevage de la truite en France. La vie secrète du poisson-clown. Du rôle de ses bandes blanches à sa lutte pour la reproduction en passant par son hermaphrodisme, le poisson-clown n’a pas fini de nous étonner. Retour sur la véritable histoire de cette star des récifs. Livrée à elle-même dans l’immensité marine, une larve dérive au milieu de l’océan. L’œuf qui l’abritait a éclos quelques jours plus tôt sur un récif, où elle s’apprête à retourner. De larve transparente, elle va se transformer en un juvénile aux couleurs chatoyantes et aux bandes blanches verticales. Celui-ci entame alors la phase de « recrutement », à la recherche d’une anémone de mer où s’abriter pour passer le reste de son existence.

Les poissons-clowns se zèbrent de la tête à la queue – DAILY SCIENCE. Les poissons des récifs coralliens sont connus pour leur grande diversité de couleurs et de motifs. Toutefois, les mécanismes qui orchestrent la mise en place de ces caractéristiques sont encore mal connus. Une équipe internationale de chercheurs, dont Bruno Frédérich, chercheur au Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle et Evolutive de l’Université de Liège (ULiège), s’est penchée sur la question.

Elle s’est intéressée à l’évolution et au développement des rayures blanches du poisson-clown. Une trentaine d’espèces. Chez les poissons, être moche, c'est être utile : une étude montpelliéraine le prouve. Une étude du CNRS de Montpellier a démontré que les poissons moches, pourtant moins protégés, sont plus utiles pour l'écosystème que leurs congénères chatoyants. En matière d’écologie, nous faisons de la discrimination au faciès. Le public tend à vouloir préserver les jolies espèces, sans considérer leur utilité. Une étude menée à Montpellier par le CNRS, la faculté de sciences, celle de Moyotte et Andromède Océanologie a mesuré la valeur esthétique que le public accorde aux poissons. Conclusion: les espèces perçues comme belles remplissent des rôles écologiques peu variés, contrairement aux moches. Mesurer la perception du beau Les photos de 116 espèces communes de poissons vivant dans l’océan Indien ont été présentées à 8 000 personnes, âgées de 3 à 80 ans.

Via GIPHY. Ce poisson peut reconnaître les visages humains. Le poisson rouge, ce terrible prédateur qui sème mort et désolation dans nos rivières. Pour se reproduire, les baudroies fusionnent... totalement ! Quel est le plus grand poisson vivant ? Fascinant : cette étude a prouvé que les saumons étaient capables de modifier des paysages entiers. Restez curieux. Suivez nous ! Eh oui, vous avez bien lu le titre : lorsque les saumons copulent, la Terre bouge ! Des poissons économes en énergie. Les ébats bruyants d'un poisson peuvent rendre sourds ses voisins mammifères. L'amour peut rendre sourd... les voisins : l'acoupa du golfe (Cynoscion othonopterus), un poisson du Golfe de Californie produit des sons si puissants en période de reproduction que le chœur qu'il forme avec ses congénères est à même d'endommager l'ouïe de certains mammifères marins comme les dauphins, révèle une étude parue le 20 décembre 2017 dans la revue Biology Letters.

Un son qui ressemble à celui d'une mitraillette C'est "le poisson le plus bruyant jamais documenté au monde", déclare à l'AFP Timothy Rowell, chercheur à l'Université de Californie à San Diego (Etats-Unis) et co-auteur de la recherche.