background preloader

Informations

Facebook Twitter

Épidémie : les animaux aussi pratiquent la distanciation physique. La distanciation sociale en tant que mécanisme d’immunité comportementale n’est absolument pas une construction humaine unique, nous apprend une étude.

Épidémie : les animaux aussi pratiquent la distanciation physique

Elle est en fait courante dans la nature. Rédigé par Paul Malo, le 20 Feb 2021, à 9 h 39 min Non, les humains ne sont pas les seuls animaux à adopter des mesures de distanciation sociale en cas de risques d’infection… Qui n’a pas entendu parler de la distanciation sociale, qui est en fait, si l’on veut utiliser une formulation plus correcte, une distanciation physique ? En ces temps de pandémie, elle fait partie de ces bons réflexes sanitaires permettant de réduire les risques de contamination par les virus, en l’occurrence le Covid-19. En effet, les humains ne sont pas, loin s’en faut, les seuls animaux à décider d’adopter une telle distanciation sociale en cas d’épidémie. Dès qu’il y a le soupçon d’infection, les abeilles empêchent l’entrée dans la ruche © Kuttelvaserova Stuchelova Une détection olfactive dont l’homme n’est plus capable.

Comment les animaux sont apparus sur terre ? Comment observer les animaux de la forêt ? 7 règles à respecter. Observer un animal sauvage dans son milieu naturel peut apporter beaucoup de bonheur.

Comment observer les animaux de la forêt ? 7 règles à respecter

Si tous les animaux ne s’observent pas de la même manière, dès l’instant que l’on se pose en observateur humble et attentif, la récompense d’un spectacle unique est au rendez-vous. À condition de respecter certaines règles. 1- Se documenter sur les animaux que l’on veut observer Il est important de se documenter en amont sur les animaux que l’on souhaite observer. Vous devez bien entendu savoir si ces animaux vivent la nuit ou le jour, mais aussi en quoi consiste leurs activités quotidiennes, quelle est leur nourriture de prédilection, comment et où ils dorment, quelle est la période de reproduction et la période à laquelle ils élèvent leurs petits, etc. Comment "s'habillent" les animaux ? Oiseaux et mammifères suivent le rythme de la sélection naturelle. Une équipe internationale, menée par des chercheurs du Centre d'Écologie Fonctionnelle et Évolutive (CEFE - CNRS / Univ.

Oiseaux et mammifères suivent le rythme de la sélection naturelle

Montpellier / Univ. Paul Valéry Montpellier / EPHE / IRD) à Montpellier, a compilé et analysé des suivis à long terme de populations d'oiseaux et mammifères, pour étudier comment la sélection naturelle (En biologie, la sélection naturelle est l'un des mécanismes qui guident l'évolution des espèces. Ce mécanisme est particulièrement important du...) sur la date de reproduction varie dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Ils démontrent que pour la plupart des espèces étudiées, la date de reproduction optimale fluctue entre années. Cependant, certaines populations parviennent à suivre ces fluctuations par des ajustements individuels de la date de reproduction, atténuant ainsi leur impact.

Cet article vous a plu ? Quelles différences entre un animal à sang froid et un animal à sang chaud ? Chez les animaux, on entend souvent parler de sang chaud ou de sang froid en fonction des races.

Quelles différences entre un animal à sang froid et un animal à sang chaud ?

Tout néophyte pense que cette différence provient de la température du sang pouvant être l’un ou l’autre. Il n’en est rien et la différence réelle entre le sang froid et le sang chaud est plus complexe qu’il n’y paraît à première vue. De nombreuses espèces d’animaux ne possèdent pas de sang comme par exemple, les méduses ou les éponges de mer. En fait, tout est question de la variation de la température du corps. Distanciation sociale chez les animaux. Animaux rapides, déterminés… Voici les meilleurs chasseurs de la planète.

#AlertePollution Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?

Animaux rapides, déterminés… Voici les meilleurs chasseurs de la planète

Cliquez ici pour nous alerter ! Le faucon pèlerin Ce rapace est l'animal le plus rapide de la planète. Grâce à son regard perçant, il détecte ses proies à une très grande distance avant de plonger en piqué à une vitesse pouvant atteindre 389 kilomètres par heure. Le chat à pieds noirs Sous ses airs de chat domestique, se cache le félin le plus redoutable de la planète. Le lycaon Il n'a pas l'air très féroce. Pour quelles raisons les chauves-souris sont-elles si souvent impliquées dans l'émergence de maladies ? Maladies se transmettant des animaux vertébrés à l’Homme, et vice-versa, les zoonoses sont étudiées par les biologistes depuis des siècles.

Pour quelles raisons les chauves-souris sont-elles si souvent impliquées dans l'émergence de maladies ?

Au cours des dernières décennies, leur nombre a toutefois augmenté ; la déforestation, la destruction d’écosystèmes et les perturbations des chaînes alimentaires n’étant que quelques-uns des facteurs impliqués dans cette recrudescence. Les chauves-souris sont notamment souvent pointées du doigt comme origine de nombreuses zoonoses. Pour quelles raisons ces animaux sont-ils si souvent impliqués dans l’émergence de telles maladies ? De nombreux virus passent des animaux aux humains, un phénomène connu sous le nom de « débordement zoonotique ». Bien que les chercheurs ne sachent toujours pas avec certitude quel animal était à l’origine de la pandémie actuelle de coronavirus, l’attention se porte particulièrement sur les chauves-souris.

La transmission de virus des chauves-souris aux humains ne se résume pas à une morsure de chauve-souris. L'influence de la lune sur les animaux sauvages et domestiques. La lune, à l’origine des marées et qui influence la croissance des végétaux, a-t-elle un impact sur la vie des animaux ?

L'influence de la lune sur les animaux sauvages et domestiques

Chez certaines personnes, la lune a indéniablement un effet sur nos organismes. Chez les uns, elle influence le sommeil ; d’autres vont attendre le bon moment du cycle lunaire pour aller se faire couper les cheveux. Quid de l’effet pleine lune sur les animaux ? Chenilles processionnaires : 5 animaux qui les mangent ! Depuis quelques années, les chenilles processionnaires des pins envahissent nos régions dès l’arrivée du printemps.

Chenilles processionnaires : 5 animaux qui les mangent !

Ces chenilles, qui se déplacent en file indienne, ne constituent pas vraiment un danger pour les humains. En revanche, elles affaiblissent considérablement les pins en se nourrissant de leurs aiguilles. D’où l’importance de limiter leur développement afin de protéger les arbres. Heureusement, malgré leurs poils urticants qui peuvent en rebuter plus d’un, elles possèdent tout de même quelques prédateurs. Voici lesquels ! 1. C’est le prédateur principal de la chenille processionnaire. Pour attirer les mésanges dans votre jardin, c’est simple : il suffit de leur aménager des nichoirs, de planter des fruits et des arbres feuillus. 2. Quelles différences entre le pingouin et le manchot ?

Le pingouin et le manchot sont deux oiseaux marins.

Quelles différences entre le pingouin et le manchot ?

Ils ont un plumage noir et blanc qui se ressemble, ils se nourrissent de poissons qu’ils pêchent en nageant sous l’eau et ils se regroupent chaque année pour se reproduire. Chaque terme correspond pourtant bien à des animaux complètement différents. Pour clarifier vos idées, nous vous présentons les différences entre le pingouin et le manchot. Deux familles différentes. Certains animaux pratiquent aussi la distanciation sociale pour éviter les maladies. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, un seul mot d'ordre : distanciation sociale.

Certains animaux pratiquent aussi la distanciation sociale pour éviter les maladies

L'objectif est de réduire les contacts entre les personnes infectées et les autres, afin de minimiser la propagation de la maladie. Mais si nous avons parfois bien du mal à appliquer cette stratégie, celle-ci est utilisée depuis longtemps dans la nature par certaines espèces animales. Les individus contaminés sont alors rejetés par le reste de la troupe. "C'est difficile car les individus infectieux ne sont pas toujours faciles à voir, explique au National Geographic Joseph Kiesecker, scientifique à The Nature Conservancy. Cependant, grâce à des sens spécialisés, les animaux peuvent détecter certaines maladies - parfois avant l'apparition des symptômes visibles - et modifier leur comportement pour éviter de tomber malade. " C'est notamment le cas des abeilles. Cette stratégie est un peu similaire à celle du têtard de grenouille-taureau. Quels sont les animaux les plus rapides au monde sur terre, mer et air ?

Dans la nature, la règle est simple. Plus on est rapide, moins on a de chances de se faire capturer par un prédateur. Pour cette raison, il existe de nombreux animaux sur terre, en mer et dans les airs qui filent à très grande vitesse. Les voici. Sur terre, les animaux les plus rapides Sur terre, aucun animal aujourd'hui ne peut détrôner le guépard. Encore 10 millions d'expériences sur les animaux en Europe tous les ans. Le nombre d’expériences sur des animaux ne baisse pas vraiment en Europe. De plus, 23 % des cobayes sont utilisés pour de la recherche appliquée, des expériences qui ne sont pas légalement obligatoires.

Expérimentation sur des animaux : la France, numéro trois du palmarès européen Les années passent, mais l’expérimentation sur des animaux ne recule pas. 9,78 millions d’expériences ont été menées en 2015 et légèrement moins en 2017 (9,58 millions), mais la hausse à 10,03 millions enregistrée en 2016 ne permet pas de parler d’une tendance à la baisse, peut-on conclure à la lecture d’un rapport de la Commission européenne sur le sujet. L’utilisation des singes de laboratoire en hausse de 15 % ©tlorna. Baleines, serpents, poules... Ce que les animaux peuvent nous apprendre. Exit l’illusion de la suprématie humaine, l’homme n’est pas le seul être vivant à être dûment cortiqué ! L'annotation des génomes animaux domestiques made in France. Annoter le génome d'une espèce d'intérêt, c'est établir le rôle des différents éléments de celui-ci. Cette cartographie fonctionnelle permet ensuite de mieux comprendre les liens entre les gènes et les phénotypes (1).

Des chercheurs d'INRAE ont lancé le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) pilote français FR-AgENCODE afin d'enrichir l'annotation du génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce codé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est porté par des molécules d'ARN)....) de quatre espèces animales d'élevage (vache, poule (Poule est un nom vernaculaire ambigu en français. Une « poule » est une femelle de plusieurs espèces de galliformes, en particulier la poule domestique. . © Nathalie IANNUCCELLI - INRAE Référence publication: Foissac, S., Djebali, S., Munyard, K. et al. Sait-on comment les animaux voient en couleurs ?

Que d’idées circulent sur la façon dont les animaux voient les couleurs ! Les chats et les chiens ne verraient pas en couleurs, les taureaux seraient excités par la couleur rouge, etc. Il n’en est rien ! Avec des expériences judicieuses, on sait tester dans certains cas la réaction des animaux aux couleurs qu’on leur présente. Il est en outre possible d’extraire les photorécepteurs de leur organe visuel et ainsi d’en recenser les types et de cerner les domaines de longueurs d’onde dans lesquels ils sont sensibles.

Il est toutefois difficile d’avoir une idée précise de leur vision colorée, car la couleur est une sensation que procure le cerveau ; or, c’est avec notre cerveau et non avec le leur que nous évaluons la fonction visuelle des animaux. Quels sont les prédateurs les plus meurtriers dans le règne animal ? Si l’Homme a su se sédentariser et industrialiser sa production alimentaire, les animaux sauvages doivent toujours chasser pour leur survie. Mais certaines espèces ont un avantage sur les autres, qu’il soit physique ou neuronal. Les rassemblements de gazelles de Mongolie. Les rats de plus en plus résistants. Une étude menée par vingt chercheurs français et publiée début septembre 2017 dans la revue scientifique PLOS One révèle que les rats sont bien plus mobiles et bien plus adaptables aux raticides qu’on ne le pense, ce qui explique le manque d’efficacité des méthodes de dératisation actuelles.

Sur les 86 rats capturés dans un parc francilien, la moitié ont ingéré du raticide, mais n’en sont pas morts pour autant. 10 % des rats recelaient jusqu’à quatre résidus différents. Vers une remise à plat des dispositifs de dératisation ? L’étude menée par des chercheurs de l’Inra, de VetAgroSup et de l’Institut Pasteur sur les rats capturés dans le parc des Chanteraines (Hauts-de-Seine) risque d’inquiéter les amateurs des parcs et jardins mais surtout les autorités locales chargées de veiller à la salubrité de l’espace public. En images - 8 espèces invasives en Europe. Plantes et animaux : des complices insoupçonnés. Herisson d’Europe – Photo Xavier Japiot. Quelle est la place de l’animal dans un monde qui s’urbanise. Comment reconnaître des empreintes d’animaux.

Comment voient les animaux. Existe-t-il une conscience animale ? (vidéo) De la mouche à la baleine, la vitesse est une question de taille. Quand les animaux se mettent à l’agriculture intensive et utilisent des pesticides. Animaux en ville : une place à réconsidérer dans les politiques publiques. Quelle place accorder aux animaux, en particulier ceux qui de plus en plus nombreux vivent en ville non seulement dans les foyers, mais également à l’extérieur ? Si en France, les animaux sont désormais considérés comme des êtres vivants à part entière, la question de la place et de l’intérêt que l’on doit leur accorder, notamment dans nos villes, se pose.