background preloader

Actualités jan. 2016

Facebook Twitter

Haldimand 4 : Pétrolia vise un essai longue durée au printemps. Mercredi matin, la compagnie Pétrolia a exprimé par voie de communiqué son désir de mener un test d'exploitation longue durée au printemps prochain à son puits Haldimand 4, malgré la grogne que suscite toujours le projet chez une partie de la population de Gaspé.

Haldimand 4 : Pétrolia vise un essai longue durée au printemps

La compagnie souhaitait débuter plus tôt son test longue durée, mais une autre phase de nettoyage aura été nécessaire. À la suite de cette étape supplémentaire, Pétrolia a extrait 360 barils de pétrole sur le site entre le 12 et le 20 décembre 2015. Il s'agit d'une quantité plutôt faible, mais le test sur 240 jours permettra d'avoir une idée plus précise du potentiel réel du puits.

La compagnie Junex, qui explore elle aussi le sous-sol gaspésien en quête d'hydrocarbures, avait procédé à un test similaire l'an dernier. Plus de 2 000 barils de pétrole avaient été sortis du sol en 14 jours. Fracturation hydraulique: un panel scientifique critique une étude de l'EPA. En 2010, le Congrès a chargé l'Environmental Protection Agency (EPA) de vérifier si l'extraction de pétrole et de gaz de schiste entraînait une contamination des eaux.

Fracturation hydraulique: un panel scientifique critique une étude de l'EPA

Dans un rapport préliminaire qui a fait grand bruit lors de sa parution en juin, l'agence a conclu que la technique utilisée par cette industrie, la fracturation hydraulique, « n'entraîn[ait] pas d'impact étendu, général, sur les ressources en eau potable aux États-Unis ». Or, selon un panel de 31 scientifiques chargés par l'EPA de réviser l'étude, cette vaste conclusion est « ambiguë » et « incompatible » avec les observations et données colligées pendant la recherche. « Particulièrement préoccupante est la déclaration sur l'absence d'impact étendu, général, sur les ressources en eau potable », peut-on lire dans un document produit par le panel. Ontario First Nation takes Line 9 pipeline fight to Supreme Court. An Ontario First Nation is taking its fight against a controversial pipeline that runs through one of Canada’s most populous corridors to the country’s top court.

Ontario First Nation takes Line 9 pipeline fight to Supreme Court

The legal battle over Line 9 — which runs between Sarnia, Ont., and Montreal — pits the Chippewas of the Thames First Nation against Enbridge Inc., the National Energy Board and the Attorney General of Canada. The aging pipeline drew spirited opposition when Enbridge sought to reverse its flow and increase its capacity in 2012. The company has since won the National Energy Board’s approval, cleared regulatory obligations and has begun operating the pipeline in its new configuration. At the heart of its legal case is a question over the duty of the Crown to consult and accommodate First nations on concerns related to the potential effects of the pipeline on their aboriginal and treaty rights.

The First Nation argues it wasn’t consulted properly over the pipeline that runs through its traditional territory. Une petite ville secouée par 367 séismes en un an. L'Agence de réglementation de l'énergie de l'Alberta a indiqué que Repsol Oil and Gas avait interrompu mardi ses activités d'exploitation en attendant que les autorités approuvent son plan d'atténuation des risques de tremblements de terre. L'épicentre du nouveau séisme de mardi, d'une magnitude de 4,8 sur l'échelle de Richter, était situé à quelque 35 kilomètres de Fox Creek. Le tremblement de terre n'aurait causé ni blessures ni dommages. Les activités sismiques à Fox Creek ont commencé à inquiéter les résidants en décembre 2014, après 18 tremblements de terre d'une magnitude variant entre 2,7 et 3,7.

En janvier 2015, plusieurs autres secousses, atteignant jusqu'à 4,4 sur l'échelle de Richter, ont été enregistrées. Projet Énergie Saguenay : une quinzaine de demandes d’évaluation environnementale déposées. La Colombie-Britannique dit non à un important projet de pipeline. Le gouvernement de la Colombie-Britannique compte s’opposer au projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, de la pétrolière Kinder Morgan.

La Colombie-Britannique dit non à un important projet de pipeline

Une situation qui risque d’accroître la pression en faveur d’un feu vert du fédéral pour le projet Énergie Est, de TransCanada. Pipeline Northern Gateway : victoire majeure des Premières Nations contre Victoria. Le canal Douglas, vu des airs, à Kitimat le 10 janvier 2012.

Pipeline Northern Gateway : victoire majeure des Premières Nations contre Victoria

Emplacement prévu pour la fin du pipeline Northern Gateway d'Enbridge. Photo : PC/Darryl Dyck Le gouvernement de la Colombie-Britannique n'a pas respecté son devoir de consultation des Premières Nations dans le cadre du projet d'oléoduc Northern Gateway au nord de la province, a décrété un juge de la Cour suprême provinciale. Les membres de la communauté autochtone saluent « une immense victoire ». La bataille a commencé en 2010, lorsque le gouvernement libéral provincial a estimé que son évaluation environnementale du projet porté par la compagnie Enbridge pouvait être combinée à celle du fédéral afin d'éviter « des pratiques bureaucratiques byzantines ».

En 2014, Ottawa a approuvé le projet controversé devant transporter le pétrole albertain jusque sur la côte nord de la Colombie-Britannique. Toutefois, plusieurs communautés autochtones de la côte, dont la Première Nation Gitga'at, opposées au pipeline, se sont senties lésées. Oléoduc de Northern Gateway: les Autochtones gagnent leur cause en cour. Des recommandations sur le développement des hydrocarbures.

Gaspé émet ses recommandations sur l'exploitation des hydrocarbures. 70 000 litres d'acide dans le sol dans un forage de Pétrolia. L'injection d'acide fait partie de travaux de nettoyage d'Haldimand n° 4, menés du 18 novembre au 20 décembre 2015, au cours desquels de l'azote a aussi été utilisé.

70 000 litres d'acide dans le sol dans un forage de Pétrolia

Le centre-ville de Gaspé et 300 résidences qui puisent leur eau à même des puits se trouvent dans un rayon de deux kilomètres du forage, souligne le conseil municipal. Le maire Daniel Côté dénonce le système «deux poids, deux mesures» accordé à l'industrie des hydrocarbures par rapport aux autres industries. Le ministère de l'Environnement exige un certificat d'autorisation pour un salon de coiffure lié à une installation septique, mais pas pour un forage pétrolier ou gazier, fait remarquer la Ville dans son mémoire.

L'acide utilisé pour nettoyer les forages exploratoires Haldimand no 4 inquiète Gaspé. Le reportage de Martin Toulgoat La Ville de Gaspé s'inquiète des produits chimiques qui ont été injectés dans le puits Haldimand numéro 4, sans que Pétrolia n'ait eu besoin d'une autorisation du ministère de l'Environnement.

L'acide utilisé pour nettoyer les forages exploratoires Haldimand no 4 inquiète Gaspé

La Ville en a fait part dans son mémoire déposé au comité de l'Évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures. Un texte de Jean-François Deschênes Le camion-citerne transporte Photo : Radio-Canada/Jean-François Deschênes Gaspé dit être très préoccupé par les travaux de nettoyage qui ont eu lieu en novembre et décembre dernier. La CMM s'oppose à l'Oléoduc Énergie Est. Les maires de la CMM disent non au pipeline Énergie Est. La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui représente 82 villes de la région montréalaise et près de 4 millions de personnes, oppose un non catégorique au projet de pipeline Énergie Est.

Les maires de la CMM disent non au pipeline Énergie Est

En conférence de presse jeudi matin, les maires Denis Coderre, de Montréal, Marc Demers, de Laval, Caroline St-Hilaire, de Longueuil, ainsi que plusieurs élus de la région de Montréal, ont rejeté le projet controversé d’oléoduc que l’entreprise TransCanada compte construire sur le territoire québécois. La CMM a adopté cette position à la lumière des commentaires entendus lors d’une consultation menée à l’automne dernier. Le maire a aussi souligné que le projet, qui traversera des boisés métropolitains, des milieux humides et la zone agricole, ne respectait pas le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) et ferait disparaître 130 hectares de couverts forestiers, soit l’équivalent de 260 terrains de football. Évaluation environnementale Cette opposition était prévisible.