background preloader

L'alimentation

Facebook Twitter

De l’eau Sinon Rien. De l’eau Sinon Rien Posted by MissBrownie on 6 octobre 2012 · 16 Commentaires Avoir un 3ème enfant plusieurs années après les aînés, c’est une occasion d’éviter les erreurs d’éducation faites pour les premiers… Ou d’en faire de nouvelles… En ayant un 3ème enfant 5ans après le 2ème, je pensais réellement pouvoir éviter les erreurs de parents débutants, être plus vigilantes et attentives, mais en fait, avec 2 grands devant, il est bien difficile de ne pas faire d’erreurs, notamment concernant l’alimentation. Mon p’tit dernier a en effet une alimentation bien différente de ses aînés au même âge. Il mange de tout, comme nous. Là où j’ai lamentablement échoué, c’est pour la boisson. Depuis toute petite, je suis accro aux boissons sucrées. Il m’est très difficile de boire de l’eau nature, sans sirop. Si mes aînés ont longtemps eu le sirop en horreur, ainsi que les boissons gazeuses, pour mon dernier, c’est tout le contraire.

Le sevrage risque d’être très dur pour moi ! Like this: J'aime chargement… Lait infantile : on nous prend pour des quiches ? Je voudrais que mon enfant mange plus { Vacances des VI } Je voudrais que mon enfant mange plus { Vacances des VI } Posted by MissBrownie on 4 août 2012 · 8 Commentaires A l’heure où nos enfants sont matraqués au coeur de leurs émissions télés préférées par des "manger bouger" ou des "5 fruits et légumes par jour" pour lutter contre l’obésité, nous pouvons nous interroger sur la légitimité de s’inquiéter devant une enfant qui ne mange pas ou peu, devant un enfant frôlant avec les courbes les plus basses des carnets de santé.

L’obésité infantile semble la seule raison d’avoir le droit de s’inquiéter pour son enfant. Pourtant combien de repas se transforme en bagarre familiale face à un enfant jouant avec la nourriture ? En mars 2012, Sandrine S comm C publiait un billet intitulé "Mon enfant ne mange rien" qui m’avait fortement intéressé et sur lequel j’ai envie de revenir pour les vacances des VI. Et pourtant, j’ai un jour écrit un billet intitulé "Y a t’il une méthode pour faire manger les enfants ? " L’éducation.

Like this: J'aime chargement… Probiotiques et obésité. Probiotiques et obésité Posted by LunedeSable on 24 juin 2012 · 7 Commentaires L’article de Miliochka, "question de flore", aborde la question très complexe de l’impact de l’allaitement sur la mise en place de la flore intestinale, appelée aujourd’hui microbiote. J’ai fait cette semaine une analyse d’un article qu’elle cite en conclusion, sur l’impact des probiotiques sur l’apparition de l’obésité. En l’état actuel de la science, rien de permet de dire que les probiotiques favorisent l’apparition de l’obésité. Bref, on peut manger nos yaourts tranquillement. Le terme de "probiotique" regroupe un ensemble de micro-organismes aux effets très différents selon l’espèce considérée.

Un peu comme les vitamines : la vitamine C est anti-oxydante, la vitamine A a une action sur la vision, la vitamine D sur les os… Les probiotiques c’est un peu la même chose : certains ont une action sur le système immunitaire, d’autres sur le transit intestinal… La diversification alimentaire gérée par bébé ou le baby-led weaning. La diversification alimentaire gérée par bébé ou le baby-led weaning Au cœur de l’actualité de La Bulle en ce moment, la diversification alimentaire. J’en discutais encore ce matin avec mon pédiatre adoré (avec 3 loulous ton pédiatre, tu le vois tellement souvent, que rapidement il devient un ami;)) en terme de nutrition on peut lire tout et son contraire; et concernant la nutrition des enfants c’est pire.

Du coup j’avais décidé de faire confiance à mon bébé. Il a su se nourrir convenablement au sein, le reste suivra. Et là je tombe sur un site qui reprends complètement cette idée. C’est ce que l’on peut appeler le baby-led weaning. “Les enfants nés à terme et en bonne santé, qu’ils soient allaités ou pas, sont parfaitement aptes, pour peu que leurs parents les assistent comme il le faut, à apprendre à s’alimenter de manière indépendante et cela sans que les aliments leur soient présentés sous forme de purée ou de compote à la cuillère.” Le plus important est que chaque enfant est unique. Mangera…Mangera pas… C’est un sujet qui a déjà été traité, de nombreuses fois, chez les VI. Mais j’ai quand même envie d’y mettre mon petit grain de sel… La crainte du moment des repas. Mangera, mangera pas aujourd’hui???? Et quand le nombre d’enfant autour de la table augmente, les tensions vont de pair.

Pourquoi tant d’inquiétudes autour de ce moment de plaisir, de convivialité, de calme? Je suis tombée par hasard sur ce site : et j’ai pu y lire ceci: "Chaque jour, l’heure de passer à table est synonyme de bataille pour les parents dont l’enfant ne mange que très peu. Alors bien sûr ces mots m’ont parlé un langage plutôt familier. Tout d’abord, tout comme les adultes les enfants n’ont pas toujours le même appétit. Lorsqu’un adulte se sert d’un plat, la ration choisie n’est pas le fruit du hasard mais exactement celle dont il a besoin pour être rassasié. Sauf qu’un enfant, en général ne se sert pas tout seul. Si vous avez encore faim c’est ici. Like this: J'aime chargement… L’équation du brocoli. Finis ton assiette ! Finis ton assiette ! Posted by nadinbox on 2 mars 2012 · 15 Commentaires Notre chère Mme Déjantée proposait cette semaine, sur la page Facebook des Vendredis Intellos, de commenter un article qui m’a beaucoup intéressée.

Un article qui traite du "problème" des repas, de la nourriture, du comportement alimentaire de nos chères têtes blondes. L’article en question est disponible ici. J’avoue que l’article m’a ramenée quelques années en arrière, à la table familiale, je me souviens avoir passé quelques têtes à têtes avec mon assiette froide et un réveil car il fallait absolument que je termine le contenu de la dite assiette ! J’en ai gardé de très mauvais souvenirs et j’ai toujours eu un rapport particulier avec la nourriture, je suis toujours dans l’excès, soit trop, soit trop peu mais j’ai du mal à atteindre un juste milieu. Geneviève Dulude a donc menée une étude sur une centaine de familles et les résultats sont assez édifiants. Like this: J'aime chargement…

L’alimentation des touts-petits et l’enjeu relationnel avec les parents. L’alimentation des touts-petits et l’enjeu relationnel avec les parents Posted by sissietlalaloutte on 17 février 2012 · 13 Commentaires La semaine dernière, j’évoquais déjà les débats organisés par une association dans ma commune. Mardi soir, a eu lieu un autre débat: l’alimentation des enfants et l’enjeu relationnel avec les parents. Vaste débat qui m’intéressait d’autant plus que la laloutte mange de tout mais en très petite quantité et que son poids ne décolle pas depuis août dernier (toujours et encore 8.6 Kg lors de la dernière pesée à 15 mois) et que le fait de peu manger entraine souvent une constipation.

Tout l’intérêt de ses débats, en plus d’être encadrés par des psychocliniciennes, est que chaque maman (et un papa) rapporte son vécu et apporte pour certaines des solutions. Une maman expliquait que son fils de 4 ans et demi ne mangeait toujours pas tout seul, et surtout mettait 1h00 à manger. Sissi ( Like this: J'aime chargement… Regarder dans la bonne direction… Regarder dans la bonne direction… Posted by Madame Koala on 3 février 2012 · 21 Commentaires J’en ai déjà parlé plus d’une fois sur mon blog, j’ai des enfants qui mangent peu, qui sont très difficiles. En cherchant sur internet, j’ai découvert une maladie que je ne connaissais pas (et je tiens à préciser, dont mes enfants ne sont pas atteints, heureusement).

Il s’agit de l’anorexie de l’enfant. Je pensais qu’il s’agissait d’une maladie d’adolescent lié à cette période difficile qui chez certains prend une dimension beaucoup plus dramatique. L’année dernière, j’ai gagné sur internet un livre intitulé "Libérons l’assiette de nos enfants" écrit par Laurence Haurat (Psychologue-Nutritionniste) et Laura Annaert (Mamanchef). Autant l’anorexie du nourrisson et celle de l’adolescente sont bien décrites, autant on fait peu de cas de l’anorexie de l’enfant. Certains trouveront peut être cet article très culpabilisant pour la mère. Images : Sophie Lenaerts / Cédric Simon Like this: J'aime chargement… Les additifs alimentaires et l’hyperactivité. Où en est-on ? Les additifs alimentaires, ces fameuses molécules au nom de code commençant par le célèbre « E » font régulièrement parler d’elle. Il y a pas si longtemps, j’ai encore vu passer des « rumeurs » sur leur dangerosité, en particulier sur leur possible cancérogénicité.

Ce n’est pas de ce soucis là dont je vais parler, mais des liens supposés entre ces additifs et l’hyperactivité. Relançant une hypothèse datant de 1975, une équipe de chercheur a publié en 2007 un article dans la prestigieuse revue The Lancet, mettant directement en cause des cocktails de ces additifs dans l’hyperactivité d’enfants de 3-4 ans, et de 8-9 ans. CoraRoZ, dans sa participation aux Vendredis Intellos du 9 décembre, relaie ainsi deux éléments d’importance. Ces deux points sont intéressants. Revenons sur ces additifs, et les études qui les mettent en cause. Entrons dans le vif du sujet. Voici la liste des biais relevées, (mal) traduite en français : Enfin, deux éléments supplémentaires vont dans le même sens : Poupouce, Doudou and Co… » Ma Vie de Maman » Diversifier, oui ! Mais quand ? Ce billet intervient dans le cadre des Vendredis Intellos de Mme Déjantée, et pour vous présenter l’idée, j’ai trouvé plus simple de la citer directement, voilà donc le principe: « L’idée de ces Vendredis Intellos serait de permettre à tous de partager leurs lectures dans le vaste domaine de l’éducation, de la psychologie enfantine mais aussi plus largement, de l’enfance…et ainsi d’alimenter tous les vastes débats qui y sont associés, sur la base concrète d’un extrait de texte…Voilà ce que [elle] je vous propose:Tous les vendredis Vous présentez sur votre blog un petit extrait d’un bouquin ou d’un article, portant sur le vaste domaine pré-cité… Libre à vous de le commenter, de l’analyser, d’en donner votre interprétation… ou de le laisser tel quel (les commentateurs se feront alors une joie d’alimenter le débat!!!)

… l’idée est que cela ne soit pas du tout contraignant pour que le rythme hebdomadaire puisse être suivi…même pendant les vacances!!! Cette addiction aux colorants | Les 7 pêches et Capito. Certains colorants atterrissent dans nos assiettes alors qu’ils seraient responsables d’une hyperactivité chez l’enfant. Les colorants en question sont pointés du doigt depuis plus de 35 ans. J’ai envie de dire « que fait la police »… Je souhaite l’interdiction de ces colorants dans l’industrie agroalimentaire.

C’est également le vœu de Test-Achats, le magazine belge à la source de cette brève analyse. [...] La suggestion que certains colorants alimentaires auraient un impact négatif sur le comportement des enfants fut énoncée pour la première fois en 1975, par le pédiatre américain Ben Feingold. Depuis, diverses études ont été menées, donc (sic) certaines semblent confirmer que la consommation de colorants peut conduire à des comportements hyperactifs chez les enfants. Par ce billet, ce n’est pas la présence des colorants alimentaires en général que je dénonce mais celle de ces additifs suspects.

Il s’agit de l’équivalent du Que Choisir français. Image pêchée sur WeHeartIt. Quand bébé mène la danse. Quand bébé mène la danse. Posted by Dame Praline. on 4 novembre 2011 · 14 Commentaires Bien le bonjour chères collègues mam’neuroneuses ! J’espère que le changement d’heure vous a pas trop déglingué… Ou devrais-je dire, que votre très chère bambin ne vous a pas trop déglinguées à cause du changement d’heure. Cette fois, j’ai choisit de vous "moter" (paske parler ben c’est pas vraiment ça) concernant la DME. Kezako? La sauterelle a trop dansé tout l’été? Non, c’est un truc que j’ai découvert via un groupe sur Face de Bouq (Maternons Lait), et curieuse, je me suis penchée sur le sujet (mais pas trop, j’ai mal au dos.)

DME = Diversification Menée par l’Enfant. Pourquoi ça m’a interpellé? Je me suis donc documentée via le net, sur le site Néerlandais : et voici ce que j’en ai retiré : Il s’agit d’un (je cite) Guide pratique pour la mise en application d’une approche par laquelle l’introduction de la diversification alimentaire est laissée à l’initiative du bébé Like this: Les troubles alimentaires. Les troubles alimentaires Posted by Conseils éducatifs on 28 octobre 2011 · 3 Commentaires Déjouer les troubles alimentaires, ça veut dire savoir en observer les signes avant-coureurs, entendre la détresse engendrée ou révélée par ce trouble, être vigilent, et prendre en main la guérison de son enfant, en allant voir médecin, psy ou pédopsychiatre, et mettre l’enfant ou l’ado face à son problème. Les troubles de l’alimentation se révèlent à l’adolescence, mais ont le plus souvent une origine dans la petite enfance, et peuvent être déclenchés par un événement particulier (divorce, décès d’un proche) ou par une transformation progressive du corps vers l’âge adulte.

Les troubles les plus fréquents sont les suivants : - Anorexie mentale : volonté de perdre du poids, dégoût de la nourriture - Anorexie – boulimie : alternance de périodes de jeûne et de « goinfrage », sans nécessairement perte de poids. Déjouer les troubles alimentaires : Obésité, anorexie, boulimie de Karine Bernfeld Like this: Les Vendredis Intellos: enfants placés par les services sociaux pour cause d’obésité | French Girl In London. L’article de mamanpoussinou sur le casse-tête de l’alimentation des enfants m’a rappelé le cas de cette famille britannique qui risque la perte de la garde de ses enfants à cause de leur obésité. Quatre des sept enfants de cette famille de Dundee risquent d’être placés à cause de l’incapacité des parents à contrôler leur poids malgré de nombreuses interventions des services sociaux.

“The couple, who have been married for nearly 20 years and are not being named to protect their children’s identities, were given a ‘draconian’ ultimatum three years ago … Warned that the children must slim or be placed in care, the family spent two years living in a council-funded ‘Big Brother’ house in which they were constantly supervised and the food they ate monitored. But despite subjecting them to intense scrutiny, social workers did not impose rules on what food the children should eat, and there was apparently little or no improvement” Source: Daily Mail, Jane Simpson 05 Septembre 2011. L'alimentation et le poids de nos enfants, un casse tête ? - Les Vendredis intellos n°4 - un Poulet, une Poulette, un Poussin. Vendredi 9 septembre 5 09 /09 /Sep 14:00 Depuis que je suis devenue maman, une de mes préoccupations premières est l'alimentation de mon Poussin, et donc son poids puisque les deux sont quand même liés. Ca a commencé le jour de sa naissance, quand, à peine sorti de mon ventre, je l'ai mis au sein et que j'ai constaté qu'il avait du mal à téter.

Je voyais bien qu'il avait faim mais il n'y arrivait pas ! Mes tétons étaient peut être trop petits (c'est ce que j'ai pensé) et puis ma montée de lait n'avait pas encore eu lieu... Je me suis dit la même chose le lendemain, puis le sur-lendemain, mais mon bébé avait toujours faim et j'étais incapable de le nourrir comme il se doit (il faut dire aussi que je n'ai eu aucun conseil ni soutien à la maternité, personne pour m'aider et j'ai galéré !)

J'ai beaucoup souffert psychologiquement de cette situation ! A chaque visite chez le pédiatre, encore maintenant, ma 1ère question est "est ce que Poussin est dans les normes niveau poids ? ". L'anorexie du nourrisson : si si, ça existe ! (Vendredi Intello) - Le blog de maman-mais-pas-seulement.