background preloader

13octobre

Facebook Twitter

MS_1985_7_363.pdf. Mer-2.pdf. Secrets des profondeurs - De nouveaux médicaments venus de la mer. Février 2009 Des colonies d’Ecteinascidia turbinata, l’ascidie dont est extrait le Yondelis® (Photo: PharmaMar, SA) Par Dolores García Grávalos Les scientifiques du monde entier sont à la recherche du prochain médicament miracle, celui qui permettra de guérir le cancer ou de soigner la tuberculose. Dolores García Grávalos, l’auteur de cet article, est coinventrice du Kahalalide F, un composé dérivé d’une algue marine actuellement en phase II des essais cliniques pour le traitement du cancer de la prostate et qui fait l’objet d’un brevet1 aux États-Unis d’Amérique.

La découverte de la pénicilline en 1928 a déclenché une recherche systématique visant à trouver d’autres micro-organismes terrestres pouvant donner lieu à de nouveaux antibiotiques, ce qui a conduit à la découverte de médicaments tels que la streptomycine, la néomycine, le chloramphénicol et la chlorotétracycline. La vie est apparue dans la mer, et les trois-quarts de la surface de la Terre sont couverts par les eaux. 1.

Secrets des profondeurs - De nouveaux médicaments venus de la mer. La mer : un Eldorado pour les médicaments de demain. Mer_135.pdf. Page. PharmaSea. The PharmaSea project focuses on biodiscovery research and the development and commercialisation of new substances from marine organisms. Its primary goal is to collect samples from some of the hottest, deepest and coldest places on the planet. These samples will be screened to uncover marine microbes and new bioactive compounds to evaluate their potential as novel drug leads, antibiotics or ingredients for nutrition or cosmetic applications.

PharmaSea is funded by the European Union under its FP7 programme. The collaborative project will build upon a highly interdisciplinary consortium of 24 partners from 13 countries from industry, academia and non-profit organisations. World-leading experts from Belgium, UK, Norway, Spain, Ireland, Germany, Italy and Denmark as well as partners from China, South Africa, Chile, Costa Rica and New Zealand are taking part in the PharmaSea project. Home. Le prochain Prix Nobel de Médecine dans le Finistère ? | Le Francofil' Alors que les ressources terrestres ont tendance à s’épuiser, les richesses maritimes sont le nouvel eldorado de la recherche.

A l’extrême pointe occidentale de l’Europe, sur les côtes bretonnes, le département du Finistère accueille une cinquantaine de PME actives dans le secteur des biotechnologies marines. Ces recherches pionnières, en partie soutenues par l’Etat français, trouvent des applications dans les secteurs de l’énergie, de l’agro-alimentaire, de la cosmétique mais également de la santé, la pharmacie et la médecine en partenariat avec les entreprises, les laboratoires, les établissements d’enseignement supérieur que compte le Finistère.

Parmi elles dans le nord du département, deux jeunes entreprises: ManRos à Roscoff et Hemarina à Morlaix. Avec l’éponge de mer, ManRos Therapeutics découvre de nouveaux médicaments. Les deux co-fondateurs de ManRos Therapeutics se donnent quatre ans pour aboutir à une application thérapeutique permettant de traiter la maladie d’Alzheimer. TRIAD : caractériser un candidat-médicament issu de molécules marines pour lutter contre la trisomie 21 et la maladie d’Alzheimer | A la une - Pôle Mer Bretagne. Retour au sommaire de la newsletter Thème 4 : « ressources biologiques marines / biotechnologies » Le projet TRIAD prend appui sur les résultats du projet PHARMASEA labellisé par le Pôle Mer Bretagne qui a permis, à partir de substances naturelles, de sélectionner deux familles de molécules inhibitrices de kinases DYRKs/CLKs, les Leucettines et les RCZ pour la prévention et le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Plus de 550 Leucettines (toutes dérivées du produit naturel issu d’éponge marine, la Leucettamine B) ont été synthétisées et évaluées sur kinases purifiées, puis sur modèles cellulaires. Le projet TRIAD vise, à partir de ces molécules naturelles actives d’origine marine, à caractériser un candidat-médicament issu des bio-ressources et capable d’inhiber l’activité de la protéine kinase DYRK1A, dont l’activité excessive est impliquée à la fois dans les déficits cognitifs associés à la trisomie 21 et à la maladie d’Alzheimer. Les partenaires de TRIAD Les entreprises : PoPuPS | Les médicaments peptidiques : mythe ou réalité ? Le prochain Prix Nobel de Médecine dans le Finistère ? | Le Francofil' Traitements du futur : les promesses de la mer. La pharmacopée issue de la terre est explorée depuis les débuts de la médecine.

Aujourd'hui, les chercheurs se tournent vers le monde marin. Ils y découvrent des molécules nouvelles possédant des modes inédits d'actions contre les tumeurs. Le Professeur Jean-Pierre Bazureau, chimiste chercheur à l'Institut des Sciences Chimiques de Rennes, nous guide dans cette exploration maritime. Que la mer constitue une mine de futurs médicaments pour traiter diverses maladies comme le cancer ou les maladies neurodégénératives, personne n'en doute et surtout pas Jean-Pierre Bazureau.

Cependant certains malades ont déjà pu bénéficier des traitements issus de la mer. Ainsi, par exemple, depuis 2008, la poudre de Yondélis, extraite d'un tunicier, l'Ecteinascidia turbinata, vivant aux fonds des océans, est prescrite pour limiter le développement des cancers des tissus mous ou des ovaires évolués. Des molécules phares • Les oméga 3. . • La roscovitine. . • La famille des dispacamides. Isabelle Palacin. Seaweeds, a natural source of bioactive peptides, shown to improve heart health. Témoignages | Grand Luminy Technopôle. Coral Biome, une start-up biotech aux accents marins Coral Biome, c’est l’histoire d’une start-up biotech qui cherche les médicaments de demain au fond des océans.

Accompagnée puis hébergée par Grand Luminy Technopôle, après deux ans d’existence l’entreprise connaît ses premiers succès et ses premiers développements significatifs. Rencontre avec Fréderic Gault et Olivier Detournay. Que s’est-il passé depuis l’arrivée d’Olivier Detournay, il y a un an? FG : Nous nous sommes réorganisés. Olivier a pris en charge tout le développement des biotechnologies : c’est lui qui définit les projets, met en place les réseaux, rencontre les interlocuteurs pour que nous puissions avancer sur la recherche de composés actifs. Il a plutôt bien travaillé puisque quand il est arrivé l’an dernier, nous avons isolé une molécule qui a été testée et donne des résultats prometteurs. Donc, vous vous concentrez sur l’activité de biotechnologie ?

Quelle est cette stratégie ? Qu’en est-il de la partie aquariophilie ? Présentation - Biotechnologie et Molécules Marines.