background preloader

Lenahry

Facebook Twitter

Addiction au travail: ces signes qu'il ne faut pas prendre à la légère. Vous travaillez 12 heures par jour sans y être contraint, vous ne vous détendez jamais complètement, à la maison, à la plage, vous avez besoin de rester constamment connectés, vous vous investissez de manière exagérée dans votre travail... vous êtes peut-être un "workaholik" ou "accro au boulot" qui s'ignore.

Addiction au travail: ces signes qu'il ne faut pas prendre à la légère

Mais comme les manifestations de ce "syndrome" - encore largement méconnu - peuvent varier grandement d'une personne à l'autre, l'addiction au travail n'est souvent repérée que tardivement par les médecins, au stade des complications (dépression, burn-out...), selon le Dr Michel Lejoyeux, psychiatre et addictologue. "Elle n'est pas mise en avant spontanément (par les patients). Il faut aller la chercher derrière des symptômes tels que des céphalées, une grosse fatigue, des troubles du sommeil, du stress ou même de l'hypertension", a expliqué le Dr Lejoyeux lors des entretiens de Bichat qui se tiennent à Paris jusqu'à samedi.

Mais tous ne seraient pas des travailleurs compulsifs. "Burn-out": le mal professionnel du XXIe siècle. A force de trop tirer sur la corde, les employeurs finissent par épuiser leurs salariés.

"Burn-out": le mal professionnel du XXIe siècle

Stress, fatigue, dépression: le "burn-out", ce sentiment d'épuisement professionnel, ne cesse de se développer et les cas recensés, de se multiplier. En France, un salarié sur quatre aurait été touché par cette "maladie" au cours de sa carrière, selon une enquête du groupe Cegos, publiée le 20 novembre dernier. Ce chiffre alarmant a d'ailleurs poussé 26 députés à réclamer la reconnaissance de ce phénomène comme maladie professionnelle, dans une tribune publiée dimanche 7 par le Journal du Dimanche (JDD). Ces derniers souhaitent faire payer le "burn-out" aux entreprises. Ce changement de statut permettrait notamment à la collectivité de ne plus indemniser ces conséquences pathologiques. Faire toujours mieux, toujours plus avec moins de moyens est devenu au fil des années une obsession pour certains employeurs.

ESPACES DE DISCUSSION EN ENTREPRISE. Développer le dialogue au sein des entreprises, c’est une des tendances fortes du moment en matière de qualité de vie au travail.

ESPACES DE DISCUSSION EN ENTREPRISE

C’est aussi le sujet que l’Anact (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) a choisi de mettre au cœur de sa douzième semaine pour la qualité de vie au travail, qui s’est déroulée en juin dernier. Pour l'occasion, son directeur général, Hervé Lanouzière, a tenu à préciser : "Aujourd’hui, les salariés et les employeurs sont d’accord pour dire que les espaces de discussion manquent dans les entreprises. Le sujet intéresse à la fois les organisations syndicales et le Ministère du Travail, dans le cadre de la Loi sur le dialogue social.

" Alors qu’il existe déjà dans les entreprises des moments de discussion formalisés (entretiens individuels annuels, réunions du Comité d’Entreprise), que pourraient apporter ces "espaces de discussion" ? Le bien-être au travail. Express Yourself "L'addiction au travail déconnecte des émotions et des sources de plaisir" Le surinvestissement dans son travail peut devenir addictif, prévient notre contributrice Anne-Caroline Moeller, coach, qui attire l'attention sur les risques pour les salariés.

Le bien-être au travail

Comment mieux vivre au travail C'est l'une des demandes fortes des Français: pouvoir s'épanouir dans leur métier. Motivation, reconnaissance... Bien vivre au travail: "L'entreprise s'est construite contre la nature humaine" Le 24 février, Arte diffuse un documentaire, Le bonheur au travail, inspiré des travaux d'Isaac Getz. Comment le patron de Chronoflex a libéré ses salariés A Saint-Herblain, près de Nantes, le patron iconoclaste de Chronoflex a bouleversé l'organisation de son entreprise en donnant une très grande marge de manoeuvre à ses collaborateurs.

Pour s'épanouir au travail, il faut "faire confiance à l'intelligence" Comment redonner du sens au travail? Bien dans leur job, ils témoignent Infographie VIDEO. Risques professionnels : quand le travail fait mal. Les conditions de travail se dégradent.

Risques professionnels : quand le travail fait mal

En cause notamment, l'intensification de l'activité et la persistance de nombreuses tâches pénibles. Les suicides au travail ont régulièrement fait la une des journaux ces dernières années. Ces actes extrêmes restent heureusement assez limités en nombre. Ils sont néanmoins révélateurs de la montée d'un certain mal-être des salariés, lié à des conditions de vie au bureau ou à l'usine en dégradation constante depuis les années 1970. Accès réservé. CP Edenred Barometre 2014 FR.