background preloader

Propriété intellectuelle IKEA

Facebook Twitter

Ikea s’en prend aux « Ikea hackers » Il y a HUIT ans, Jules Yap (pseudonyme), jeune blogueuse, créait le blog de DIY (« Do It Yourself ») IKEAHackers, pour détourner/customiser les produits Ikea.

Ikea s’en prend aux « Ikea hackers »

Très populaire, elle a décidé de se faire financer par la publicité pour se consacrer à plein temps à son blog, d’abord amateur. Mais les avocats du géant suédois lui ont reproché il y a peu de voler leur propriété intellectuelle, car Yap utilise leur marque à des fins commerciales. Yap a alors expliqué lundi à ses internautes que pour conserver son blog en l’état : « J’ai jusqu’au 23 juin pour retirer toutes les pubs, ne plus avoir aucun revenu et promouvoir quand même leur marque sur ce site. Merveilleux ! Tabouret, classe-magazines et panier transformés en table basse (Emerjadesign) Jules Yap a donc préféré céder et changer le nom du blog pour mieux le rouvrir sur un autre serveur, pas encore connu. IKEA entre conflit avec sa communauté de fans IKEA Hackers. [Article mis à jour : Affaire IKEA Hackers : Inter IKEA Systems BV revoit sa position] La nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre dans l’univers plein de Njutitude dans lequel bercent habituellement tous les vrais fans d’IKEA.

IKEA entre conflit avec sa communauté de fans IKEA Hackers

Affaire IKEA Hackers : Inter IKEA Systems BV revoit sa position. C’était l’émoi dans la communauté de fans d’IKEA depuis quelques jours.

Affaire IKEA Hackers : Inter IKEA Systems BV revoit sa position

Inter IKEA Systems BV, le détenteur des droits de propriété de la marque IKEA, s’attaquait à la communauté numéro 1 mondialement connue pour ses détournements originaux à partir d’articles de la marque : IKEA Hackers [lire l'article sur IKEADDICT]. La créatrice du site web était sur le point de choisir entre la fermeture de son site, ou son hébergement sur un autre serveur, ce qui l’aurait éloignée du concept glorifiant exclusivement les produits IKEA. Après une mobilisation sans pareille, des milliers de commentaires de soutien sur Facebook, par email et par communautés de fans interposées, nous apprenons aujourd’hui par le biais de la créatrice du site IKEA Hackers, que Inter IKEA Systems BV est entré en contact avec elle pour revoir sa position.

Suite affaire Ikea Hackers : explication Jules Yap. Ikeahacker Published on June 14th, 2014 | by Jules IKEAHacker Updated 19 June: Read latest development (New talks).

Suite affaire Ikea Hackers : explication Jules Yap

I am afraid I have a bit of bad news. Some months ago I received a Cease and Desist (C&D) letter from the agent of Inter IKEA Systems B.V., citing that my site IKEAhackers.net has infringed upon its intellectual property rights. In that letter they asked that I agree to voluntarily transfer the domain name IKEAhackers.net to them, failing which they reserve the right to take any legal action it deems necessary against me. Long story short, after much negotiation between their agent and my lawyer, I am allowed to keep the domain name IKEAhackers.net only on the condition that it is non-commercial, meaning no advertising whatsoever. I agreed to that demand.

Needless to say, I am crushed. IKEAhackers.net was set up in 2006 and truly not with the intent to exploit their mark. IKEA entre en conflit avec une autre communauté de fans : IKEA Fans. La marque IKEA nous avait habitué à faire parler d’elle autrement qu’à cause de ses récents coups d’éclat contre ses Communautés de Fans.

IKEA entre en conflit avec une autre communauté de fans : IKEA Fans

Après l’affaire IKEA Hackers, qui a secoué le web et la communauté des fans IKEA pendant quelques jours le mois dernier (lire notre article) – l’affaire s’est (provisoirement ?) Calmée face à la vague de soutien en faveur du site – c’est maintenant au tour de la communauté IKEA Fans, d’être dans l’oeil du cyclone… Tout comme IKEA Hackers, la fondatrice IKEA Fans a reçu il y a quelques semaines, une « Cease and Desist Letter » ordonnant l’abandon du nom de domaine www.ikeafans.com en faveur des propriétaires de la marque IKEA.

Les similitudes avec l’affaire IKEA Hackers s’arrêtent là. Fort de l’adage que la meilleure des défenses reste l’attaque, les fondateurs du site IKEA Fans sont bien décidés à faire valoir leurs droits. L’argumentaire est très intéressant (lire ici). Argumentaire Ikea fans. A cause de ces protections : des meubles open-source pour concurrencer Ikea. Le mois dernier, nous expliquions que la véritable révolution des imprimantes 3D était moins dans le matériel et la technologie que dans le logiciel et ses usages.

A cause de ces protections : des meubles open-source pour concurrencer Ikea

Pour la première fois dans le domaine créatif, le partage des oeuvres et autres objets se base en effet beaucoup moins sur la reproduction de créations pré-existantes (le piratage) que sur le partage d'objets créés par la communauté. Grâce à des sites comme Thingiverse ou GrabCAD, les possesseurs d'imprimantes 3D trouvent facilement des objets librement imprimables et modifiables, dont les créateurs n'ont pas souhaité conserver l'exclusivité.

Mais cette révolution culturelle peut-elle s'étendre à d'autres domaines que les objets plastiques ? Sans doute. C'est en tout cas le pari du site américain OpenDesk, qui propose en quelques sortes de devenir une plateforme de partage de meubles Ikea, à partir de créations originales placées sous licence libre. Autre atteinte à propriété intellectuelle : un faux magasin Ikea a ouvert ses portes en Chine. Dans un quartier paisible de la ville de Kunming, dans le sud de la Chine, une nouvelle enseigne de mobilier a vu le jour, "11 Furniture".

Autre atteinte à propriété intellectuelle : un faux magasin Ikea a ouvert ses portes en Chine

Un point de vente qui ressemble étrangement aux magasins de la firme suédoise Ikea. Même code couleur bleu et jaune, mêmes meubles, mêmes sacs, et jusqu'aux petits crayons de bois, identiques eux aussi à ceux que la fime suédoise met à la disposition de ses clients dans tous ses magasins. Des maquettes de pièces meublées, l'agencement, avec le circuit imposé aux clients, la copie chinoise a repris toutes les recettes qui font Ikea. Seule entorse au modèle, la cafétéria. Si elle ressemble en tous points à l'original, mêmes tables en bois minimalistes, et même décoration, le menu diffère.

Le magasin de 4 étages, sur une superficie de 10 000 mètres carrés vend des copies "made in China" des meubles de la marque suédoise. Site de l'Inpi : Protéger son nom de domaine. Si vous décidez de créer un site Internet, que ce soit pour vendre “en ligne” ou simplement vous faire connaître, vous, votre entreprise ou votre association, vous devez donner à ce site ce que l’on appelle un “nom de domaine”.

Site de l'Inpi : Protéger son nom de domaine

Le nom de domaine, qui prend la forme désormais bien connue www.nomdedomainechoisi.fr (ou .com, .org, .net, etc.), est un moyen technique de localisation et d’accès aux pages web : il se distingue de la marque car ce n’est pas un titre de propriété industrielleil se distingue de la dénomination sociale ou du nom commercial car il n’identifie pas nécessairement la société ou le fonds de commerce qui lui est rattaché(e).

Mais, au même titre que la marque ou le nom d’une entreprise, le nom de domaine a acquis une valeur commerciale évidente et son utilisation représente, dans certains cas, un enjeu stratégique majeur.