background preloader

Oeil

Facebook Twitter

Chap. 17 : Enophtalmie CHU Saint-Etienne. Dr Florian Tchaplyguine / Pr Philippe Gain Responsable du document : Pr Philippe Gain Dernière mise à jour : 4 février 2003 1) Les moyens du diagnostic étiologique 2) Les causes d’énophtalmie L’énophtalmie est une rétrusion en arrière du globe oculaire à l’intérieur de l’orbite, avec un globe oculaire de volume normal.

Chap. 17 : Enophtalmie CHU Saint-Etienne

C’est le symptôme inverse de l’exophtalmie. Trachome : Évolution. Evolution de la maladie Le trachome évolue de deux manières.

Trachome : Évolution

Au début, après une période d'incubation de quelques semaines, on constate l'apparition d'une inflammation. L'incubation est la période silencieuse correspondant au développement dans l'organisme de germes à l'origine d'une maladie qui ne se manifeste pas encore par des symptômes. Cette période se situe entre la contamination (contact avec le germe : contagion) et l'apparition des premiers symptômes de cette maladie (invasion). Chez l'enfant de moins de deux ans, on constate la survenue d'une conjonctivite, plus précisément d'une inflammation de l'intérieur des paupières, s'accompagnant : D'un oedème.D'un larmoiement.Une photophobie (gêne à la lumière).Puis la conjonctive devient rouge, épaisse et rugueuse.Ensuite apparaît la phase inflammatoire proprement dite et la conjonctivite devient granuleuse autrement dit constituée de relief plus important avec apparition d'une vascularisation accrue.

Chap 14 : Uvéïtes - Faculté de Médecine Saint-Etienne. Responsable du document : Pr Philippe Gain Dernière mise à jour : 18 février 2003 Les uvéites sont des affections assez fréquentes et de diagnostic urgent (relatif…).

Chap 14 : Uvéïtes - Faculté de Médecine Saint-Etienne

Chap. 4 : Pathologie de la conjonctive et de la cornée Faculté de médecine Saint-Etienne. Chapitre 4 Responsable du document : Pr Philippe Gain Dernière mise à jour : 17 février 2003 1 - Tumeurs de la conjonctive 2 - Dystrophies cornéennes coniques ou opacifiantes 3 - Greffe de cornée Pr Philippe Gain, Dr Gilles Thuret Dans la conjonctivite, la rougeur prédomine dans les culs de sacs conjonctivaux (tombe en QCM) qui sont rouges, parfois parsemées de petites surrélévations (follicules) ou carrément de gros pavés au niveau des 2 paupières (geste à connaître : retourner une paupière supérieure).

Chap. 4 : Pathologie de la conjonctive et de la cornée Faculté de médecine Saint-Etienne

Chap 18 : Pathologie palpébrale Faculté de Médecine Saint-Etienne. Chapitre 18 Dr Damien Grivet, Pr Philippe Gain Responsable du document : Pr Philippe Gain Dernière mise à jour : 17 février 2003 1 - Généralités il s’agit d’une infection généralement à staphyloccus aureus du follicule pilo-sébacé du cil, sorte de furoncle du cil. 2 - Signes et diagnostic positif.

Chap 18 : Pathologie palpébrale Faculté de Médecine Saint-Etienne

Entropion, retournement de la paupière vers l’intérieur: définition. L’entropion se caractérise par l’enroulement de la paupière vers l’intérieur.

Entropion, retournement de la paupière vers l’intérieur: définition

Les cils touchent alors l’oeil, causant divers symptômes et complications. L’entropion affecte principalement des personnes âgées. OEIL ET MALADIES GENERALES. Dernière mise à jour : 14 janvier 2003 Préambule : nous exclurons de ce chapitre les atteintes ophtalmologiques liées au diabète, abordées dans le chapitre « œil et diabète ».

OEIL ET MALADIES GENERALES

L’esprit de ce cours est un peu « catalogue » mais permettra à l’étudiant (ou au médecin généraliste) de s’y référer dans la pathologie générale Nous le classerons en 3 grands chapitres : œil et HTA, œil et maladies générales diverses (classées pas spécialité) enfin les effets secondaires oculaires de certains médicaments généraux, ainsi que les effets secondaires généraux de certains médicaments oculaires.

La transparence des milieux oculaires et l’innocuité de l’examen du FO permettent en routine, un examen précis (quasi histologique !). Une maladie de la rétine guérie grâce à la recherche. Les études de chercheurs d'une université du Michigan aux Etats-Unis ont permis récemment de trouver un remède aux troubles de la vision de malades atteints de rétinopathie auto-immune.

Une maladie de la rétine guérie grâce à la recherche

Cette maladie rare de la rétine, n'est pas aisée à déceler et fait perdre la vue aux personnes qu'elle touche. Mais une expérience sur des patients a fonctionné : leur vision s'est améliorée lorsqu'ils ont pris un médicament qui supprime leur défenses immunitaires, un immunosuppresseur. Blépharite - Inflammation du bord de la paupière. Oeil rouge. Affections inflammatoires de l’orbite. Introduction : Pendant longtemps, les inflammations orbitaires ont été appelées « pseudotumeurs inflammatoires ».

Affections inflammatoires de l’orbite

Ce terme imprécis désignait des processus intraorbitaires d’aspect inflammatoire, variés et de pronostic différent, allant d’une simple dacryoadénite aux manifestations parfois très sévères d’une granulomatose de Wegener. Leur grande variété expliquait la réponse parfois très favorable à la corticothérapie, et la résistance ou la corticodépendance dans d’autres cas.

Les progrès de l’imagerie orbitaire, ainsi que la meilleure compréhension des processus immunopathologiques sous-jacents aux maladies inflammatoires, et l’accès à des traitements immunomodulateurs efficaces sont à l’origine de la nouvelle classification plus précise et plus pragmatique. La tendance actuelle est de distinguer les inflammations orbitaires spécifiques (étiologie connue) et les inflammations orbitaires non spécifiques. La biopsie orbitaire joue un rôle fondamental dans cette démarche. Enseignement d’ophtalmologie - Niveau deuxième cycle. Sections Sous-sections 18.1 Généralités.

Enseignement d’ophtalmologie - Niveau deuxième cycle

Epidémiologie Véritable atteinte auto-immune spécifique d’organe, l’ophtalmopathie dysthyroïdienne correspond aux atteintes ophtalmologiques rencontrées dans diverses maladies thyroïdiennes. L’ophtalmopathie se voit principalement dans la maladie de Basedow (85 à 90 % des cas) mais peut parfois être liée à d’autres atteintes thyroïdiennes : thyroïdite lymphocytaire de type Hashimoto, ou anomalies auto-immunes biologiques sans maladie thyroïdienne apparente. La fréquence des atteintes oculaires dans le cadre des maladies thyroïdiennes est diversement apprêciée selon les auteurs.

Tout comme l’hyperthyroïdie, l’ophtalmopathie est retrouvée de façon prédominante chez la femme. L’ophtalmopathie peut soit survenir en même temps que l’hyperthyroïdie ou au décours de celle-cisoit, parfois, précéder la survenue de l’hyperthyroïdie de quelques mois ou années. 18.2 Physiopathologie 18.3 Classification 18.4 Signes cliniques 18.4.2 Atteinte des tissus mous.