background preloader

Mémoire ESS

Facebook Twitter

Maïté

Ces placements solidaires qui rapportent. Épargner solidaire est un acte de générosité.

Ces placements solidaires qui rapportent

Cela conduit en effet à donner une partie de ses gains financiers à une association, ou à financer des entreprises et des organismes qui ne recherchent pas le profit afin qu’ils puissent exercer des missions très sociales (insertion dans le monde du travail, logement de personnes précaires…). Pendant longtemps cette épargne est restée moins rentable que les placements classiques, et était de ce fait réservée à des « militants » qui choisissaient de sacrifier une partie de leur rentabilité en échange d’un impact social.

De tels produits solidaires existent toujours. Mais de plus en plus de produits offrent aujourd’hui un rendement qui n’a pas à rougir par rapport au maigre 1 % du Livret A, ou aux 2,5 % (avant frais et prélèvements sociaux) servis en moyenne par les fonds en euros de l’assurance-vie. En voici 6, tous labellisés par l’association Finansol, qui permettent de combiner générosité et rentabilité. Le Livret A du Crédit coopératif. Page de démarrage de Mozilla Firefox. Page de démarrage de Mozilla Firefox. L'évolution du système bancaire français depuis la fin des années 1960 (Rapport annuel Commission bancaire 2002) - racb2002-evolution-du-systeme-bancaire-francais-depuis-la-fin-des-annees-1960.pdf.

Documents-et-debats-numero-3-integral.pdf. Pourquoi les banques mutualistes sont-elles si nombreuses en France ? En 2012, les quatre réseaux mutualistes généraient 53,4 milliards d'euros de revenus. C'est un « Big Four » à la française. Sur les sept grands réseaux bancaires français (Crédit Agricole, Banque Populaire et Caisse d'Epargne au sein de BPCE, Crédit mutuel, Société Générale, BNP Paribas et La Banque Postale), quatre sont des établissements mutualistes. Cette situation puise ses origines à la fin du XIX e siècle. « Nous avons longtemps été un pays rural sur lequel s'est assis le développement des banques mutualistes », expose Hervé Alexandre, directeur du master 224 banque et finance de l'université Paris-Dauphine. Les banques françaises confrontées à la crise de confiance - Economie. Societaires.caisse-epargne.fr - Son histoire. Quelques deux ans après, une autre Caisse d’Epargne est ouverte dans la région, à Troyes ; une troisième est inaugurée à Reims en 1823.

societaires.caisse-epargne.fr - Son histoire

Ces trois établissements figurent parmi les dix premières Caisses d’Epargne créées en France. Grâce à la nouvelle institution de nature philanthropique à laquelle ils viennent de donner naissance, les fondateurs souhaitent contrer les risques nés de l’essor de l’ère industrielle et notamment le paupérisme qu’il engendre. Ils entendent offrir au plus grand nombre les moyens de bien utiliser leur argent et de s’émanciper de toute dépendance matérielle. À une époque où il n’existe aucun organisme de dépôts ouvert à tous, ils destinent la nouvelle institution aux travailleurs modestes, comblant ainsi un manque dans le paysage économique français.

La création de la Caisse d’Epargne marque l’avènement de la démocratisation financière. La pédagogie de l’argent Le projet est aussi de nature pédagogique. L’ancrage sur les territoires. Recueil général des anciennes lois françaises: depuis l'an 420 jusqu'à la ... - France, A. J. L. Jourdan, Decrusy, F. A. Isambert, Armet, Alphonse-Honoré Taillandier.

Banque - Crédit. L’économie sociale et solidaire n’existe pas. « Jusqu’à présent les hommes se sont toujours fait des idées fausses sur eux-mêmes, sur ce qu’ils sont ou devraient être.

L’économie sociale et solidaire n’existe pas

Ils ont organisé leurs rapports en fonction des représentations qu’ils se faisaient de Dieu, de l’homme normal, etc. La Banque Fédérale Mutualiste fait sa mue. Les parts sociales des banques mutualistes : un placement à prendre avec des pincettes. Afin de gonfler les fonds propres de leurs établissements, les conseillers de banques mutualistes (Banque Populaire, Caisse d’épargne, Crédit agricole, Crédit Mutuel) proposent fréquemment à leurs clients de souscrire des parts sociales.

Les parts sociales des banques mutualistes : un placement à prendre avec des pincettes

Méfiance, car ce produit, a priori simple et sûr, présente aussi un certains nombre de tares. Bien sûr, les parts sociales sont à la portée de tous : le ticket d’entrée oscille entre 15 euros (dans la majorité des caisses du Crédit agricole) et 20 euros (à la Caisse d’épargne). Autre avantage : aucun frais de souscription, de gestion ni de revente n’est ponctionné. Sans compter que, quelles que soient les conditions de marché, la valeur d’une part reste stable dans le temps : les banques mutualistes s’engageant à vous les racheter à leur valeur d’émission.

> Une rentabilité en chute libre Il n’empêche, la rentabilité de ce produit n’a cessé de fondre ces dernières années. Et l’horizon ne paraît guère plus dégagé... Marie Pellefigue. Les Caisses d'Epargne se préparent à l'agence bancaire de demain. Crédit agricole - Trop beau pour être vrai. Banques SA, banque coopératives: des stratégies de développement convergentes ? - Alcide BOUR. L'avenir des banques mutualistes ou coopératives. État des lieux En Grande-Bretagne, the Co-op Bank recourt à la cotation pour résoudre son problème de fonds propres, au détriment de ses sociétaires qui vont perdre une partie de la valeur de leurs parts sociales.

L'avenir des banques mutualistes ou coopératives

Mais la survie de la banque coopérative, née sur les décombres des building societies massivement démutualisées dans les années 1990 et porte-drapeau d’un mouvement coopératif renaissant, est à ce prix. Il lui faut lever 1,5 milliard de livres de fonds propres, et c’est pourquoi elle a demandé à la Prudential Regulation Authority de l’autoriser à émettre des actions sur le marché, à la Bourse de Londres, en octobre prochain.

La première banque de détail française aurait annoncé une réduction de 50 % de son réseau d’agences en France, au profit du multicanal, de la banque à distance, etc. Les pratiques dites coopératives se multiplient sur Internet. La crise, dont l’origine n’est pas financière mais bancaire – quoi de plus ordinairement bancaire que le crédit hypothécaire ? L'avenir des banques mutualistes ou coopératives.