background preloader

À trier !

Facebook Twitter

"Si Hermione était noire",ou la responsabilité des auteur-e-s (with images, tweets) · mrsxroots. Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran. Vos guerres, nos morts. Ce sont les nôtres qui sont morts la nuit dernière.

Vos guerres, nos morts

À la terrasse d’un restaurant, dans un bar, dans la rue, dans une salle de concert. Morts parce que des assassins ont décidé de frapper en plein Paris et de tirer dans la foule, avec pour objectif de faire le plus de victimes possible. 11h30. Vous avez dit « race sociale » J’écris cet article pour enfoncer le clou.

Vous avez dit « race sociale »

Hommes noirs, femmes noirtes : une misogynoir née avant la honte. Dans ce grand système qu’est le racisme et ses dominants, il y a toujours des impacts dans les communautés concernées.

Hommes noirs, femmes noirtes : une misogynoir née avant la honte

D’une fausse querelle incessante entre les Africains et les Antillais en passant par le colorisme, les problèmes intracommunautaires sont multiples – surtout quand ces derniers sont également applaudis par certaines personnes blanches. J’ai déjà parlé brièvement de la misogynoir mais comme certains se font un plaisir d’en faire un sport journalier, une petite mise au point s’imposait. Juger est un acte politique, par Matthieu Bonduelle (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Parmi les nombreux discours tenus sur la justice et ceux qui la rendent, deux représentations émergent.

Juger est un acte politique, par Matthieu Bonduelle (Le Monde diplomatique, septembre 2014)

D’un côté, l’image d’un juge automate, indifférent aux affects humains, étroitement soumis au droit ; de l’autre, celle d’un magistrat omnipotent, démiurge faisant et défaisant les destinées à sa guise. A en croire la première perception, la neutralité serait la vertu cardinale du juge, dont le rôle se bornerait à « appliquer la loi ». De l'urgence d'en finir avec le « racisme anti-blanc » Gamergate: the community is eating itself but there should be room for all. There is a war going on in video games right now.

Gamergate: the community is eating itself but there should be room for all

Not on the screen for once, but on forums and in the comments sections of specialist games news sites like Kotaku and Polygon. It is a war between self-identifying “gamers” and video game critics. And like most wars it is chaotic, damaging and depressing. It has been brewing for years, and for a number of reasons. The key is that over the last decade, games have progressed from being seen as a geeky pastime for adolescent boys, to being understood and appreciated as a complex and significant artform. But then two things happened. The other thing was the rise of smartphones. Then Nintendo released Wii, we had the fascinating and violent Grand Theft Auto series, and games were the big subject, rich with interest and possibilities. L’intersectionnalité en question (2) : face à la dépolitisation quelles solutions envisager pour les post colonisé-e-s ? Identitaires: la plongée inédite d'un chercheur infiltré. Sous la dette publique, l'arnaque néolibérale.

Pour un savoir engagé, par Pierre Bourdieu. Quand l’ignorance part en guerre au nom du savoir. Passons sur la franche poilade que nous inspirent les tentatives maladroites de quelques fidèles amis pour essayer de nous faire croire qu’il n’a pas réellement dit tout ça : Claude Askolovitch, dans Le Nouvel Observateur, reproche aux journalistes israéliens de Haaretz de n’avoir pas « interprété à son avantage les subtilités de son verbe » (sic), mais de l’avoir livré « brut de décoffrage (1) » ; et Elisabeth Lévy, dans Le Point, écrit : « Certains de ses amis pensent qu’il a “pété les plombs”, mais la majorité comprend immédiatement que sa pensée a été trahie, déformée, tronquée (2). » Claude Imbert, lui, dans son éditorial, parle d’une « interview tronquée », avant d’en vanter le contenu !

Quand l’ignorance part en guerre au nom du savoir

Non : ce qui étonne le plus, dans l’affaire des confidences d’Alain Finkielkraut à Haaretz (pour ceux qui y auraient échappé, voir de larges extraits sur le site du Monde diplomatique), c’est qu’elles puissent susciter de l’étonnement. Réveil en sursaut Réalité vs. Finkielkraut : 1-0 Mona Chollet. Ernst Jünger, vulnérable et reconnaissant. Une transmission épigénétique de caractères complexes. L'auteur.

Une transmission épigénétique de caractères complexes

Peut-on enseigner les mathématiques à tous ? The truth about Eureka. (I say bollocks… A lot!) Comment l’obsession sécuritaire fait muter la démocratie, par Giorgio Agamben. Beatlesian sarcasm. A Million Miles Away, tedx: Does money make you mean? In a talk at... Pourquoi les Français n’ont rien à craindre de l’immigration. Modifier le vivant pour sauver la planète : la bioingénierie peut-elle protéger la nature. Et si les deux frères ennemis, la préservation écologique et la biologie synthétique, réunissaient leurs efforts pour sauver notre planète ?

Modifier le vivant pour sauver la planète : la bioingénierie peut-elle protéger la nature

L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ? 13 décembre 2013 - Face aux inégalités sociales, l’école ne peut pas tout.

L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ?

L'effondrement des empires. Recherche pédagogique guidée par les enfants. L’Etat s’attaque à la presse en ligne - Prolonger. Rappel chronologique 2009 – 2013.

L’Etat s’attaque à la presse en ligne - Prolonger

«Fashion or Porn»: vous allez vous tromper à ce jeu, et cela montre que la mode a un problème. Vous avez sans doute vu passer ce jeu NSFW (de grandes images de vulves et de pénis en érection sont susceptibles de s'afficher sur votre écran si vous cliquez sur le lien) sur les réseaux sociaux depuis le lundi 16 décembre. Explicitement intitulé «Fashion or porn» (sur le modèle d'autres jeux récents comme l'excellent «Serial killer or hipster»), il propose à l'internaute innocent que vous êtes des détails de photos d'hommes et de femmes dénudés.

Nelson Mandela, les chemins inattendus, par Achille Mbembe. Obliger les Etats à tenir parole, par Monique Chemillier-Gendreau. L’un des fruits les plus étonnants et les plus inattendus du « printemps arabe » est sans doute le projet d’une Cour constitutionnelle internationale. Cette idée est née de l’amertume ressentie par M.