background preloader

Brother

Facebook Twitter

BROTHER | Marco da Silva Ferreira (teaser) Entretien Marco Da Silva Ferreira, Brother. Propos recueillis par Wilson Le Personnic. Publié le 16/03/2018 Dans le cadre d’un focus sur la création chorégraphique portugaise organisé par le festival DañsFabrik à Brest, le chorégraphe Marco Da Silva Ferreira a présenté sa dernière création Brother au Quartz. Danse tribale et urbaine pour sept danseurs, la pièce prolonge un travail autour des danses urbaines amorcé avec sa précédente création Hu(r)mano, notamment à travers des concepts d’héritage et de mémoire.

Avec votre nouvelle création Brother, vous retrouvez une partie des interprètes de votre précédente pièce Hu(r)mano. Quels liens peut-on tisser entre ces deux pièces ? Dans Brother, je prolonge un travail sur la culture urbaine déjà entrepris avec Hu(r)mano, cette fois ci à travers un prisme plus historique, notamment lié aux origines de ces danses. Comment s’est déroulé le processus de création de Brother ? Comment ces « négociations » se sont-elles mises en pratique en studio ? En effet.

Photos

Affiche Brother. France culture. Découvert en 2017 lors du festival Chantiers d’Europe, sa dernière création Brother opère de nombreuses hybridations entre des danses tribales et urbaines, pour en souligner toutes leurs puissances collectives et fédératrices. On reçoit le chorégraphe Marco da Silva Ferreira. Du Portugal il arrive le voyageur, le danseur, qui a découvert aussi les contrées de la danse de la terre promise, du jeune chorégraphe israélien installé à Londres Hofesh Shechter, désormais il tient la barre de son propre navire, de sa propre histoire, chorégraphe et danseur de ses pièces nourries de références urbaines et souterraines telles que le Kuduro, le Pantsula, le voguing.

Découvert en 2017 lors du festival Chantiers d’Europe, sa dernière création Brother opère de nombreuses hybridations entre des danses tribales et urbaines, pour en souligner toutes leurs puissances collectives et fédératrices. On reçoit le chorégraphe Marco da Silva Ferreira. Sceneweb. Les Echos Week-end. Danseur repéré chez Hofesh Shechter, Paulo Ribeiro ou Tiago Rodrigues, Marco Da Silva Ferreira présente désormais le visage d'une relève chorégraphique venue du Portugal.

Déjà soutenu par la Biennale de la danse de Lyon ou Chantiers d'Europe à Paris, toutes les fées de la création européenne semblent avoir un faible pour ce garçon doué. « Hu(r)mano », créé en 2014, avait braqué les projecteurs sur un talent neuf. « Brother » est visiblement parti pour doubler la mise. Dévoilée en 2017, acclamée depuis, cette pièce pour sept interprètes est bien dans l'air du temps avec ses emprunts aux danses urbaines ou son vivre-ensemble mis en scène.

Mais il y a plus chez Marco Da Silva Ferreira. On sent une véritable empathie avec la culture des villes, et souvent de ses banlieues, que la gestuelle saccadée ou découpée dans l'espace raconte plus que tout autre. Langue neuve En voyant « Brother », on sent les influences comme le voguing ou la danse venue d'Afrique du Sud. Theatreonline.