background preloader

Arctique - Copie

Facebook Twitter

Site Das Fraulein Kompanie. ANNE-CÉCILE VANDALEM. C’est en 2003 qu’Anne-Cécile Vandalem commence son travail d’écriture de spectacles avec ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ (2003) et HANSEL ET GRETEL (2005) en collaboration avec Jean-Benoît Ugeux. Dès lors, la fiction est la forme de prédilection de l’autrice. De 2008 à 2013, l’habitation y joue le rôle principal. Elle y est considérée comme le lieu de confinement par excellence, par lequel et avec lequel tout arrive. Partant d’un univers ultra-réaliste, elle a défini le cadre de tragédies domestiques à la fois individuelles avec (SELF)SERVICE (2008), familiales avec HABIT(U)ATION (2010) et collectives avec AFTER THE WALLS (Utopia) (2013). Ces spectacles constituent la Trilogie Des Parenthèses. Parallèlement, elle crée MICHEL DUPONT réinventer le contraire du monde (2011), un spectacle sonore pour adultes et adolescents.

En 2016, elle crée un diptyque sur la tristesse d’où sont issus l’installation vidéo STILL TO SAD TO TELL YOU et le spectacle TRISTESSES. Facebook - Das Fräulein Kompanie. Dossier du spectacle. ARCTIQUE - Das Fraulein Kompanie. Direction artistique, écriture et mise en scène: Anne-Cécile VandalemPremière le 23 janvier 2018 au Théâtre National Wallonie-BruxellesGÉNÉRIQUE & DISTRIBUTION AvecFrédéric Dailly Guy Dermul Eric Drabs Véronique Dumont Philippe Grand’Henry Epona Guillaume Zoé Kovacs Gianni Manente Louisa Nguyen Duy Jean-Benoit Ugeux / Antoine Herniotte Mélanie Zucconi Remerciements : Michel Van Slype, Benoit Hennaut, Stéphane Olivier, Dominique Roodthooft, Françoise Vandalem, Walter Vos, Benoît Roland, Jennifer Fernandez, Xavier Van Aerssen, Joren De Cooman, Florian Vuille, Anne-Pascale Clairembourg, Arié van Egmond, Vincent Pinckaerts, Vincent Lécuyer, Marianne Pousseur, Selma Alaoui, Julien Béchara, Patrick Corillon, Sébastien Tixier, Groupe Pierre, Lady Monsters, Greenpeace, SDWorks +++

Arctique (Teaser)

Photos

Dossier pedagogique Arctique. Télérama: Anne-Cécile Vandalem, un théâtre total. Au festival d’Avignon 2018, la metteuse en scène crée “Arctique”, un thriller écolo-politico-futuriste mêlant théâtre, vidéo et musique en direct. Si le public français l’a découverte à Avignon en 2016, Tristesses — spectacle décortiquant par la fiction la montée du populisme en Europe — était déjà le septième spectacle de l’auteure et metteuse en scène belge Anne-Cécile Vandalem, 39 ans.

Une femme de poigne. En témoigne le nom ironique et provocant de la fabrique artistique qu’elle fonda en 2008 — Das Fräulein (Kompanie) : « Les directeurs de théâtre étaient alors tous des hommes de l’âge de mon père ! Je devais sans cesse me battre contre leur paternalisme. Jeune, j’y allais de manière frontale. Aujourd’hui, j’ai plus de distance, c’est plus intéressant. » Visage volontaire sur silhouette gracile, paroles affirmées avec une élégance riante, Vandalem est devenue diplomate. Dans Arctique, 50 % du jeu des acteurs ne seront pas visibles à l’œil nu par le public mais via les écrans. France culture : Théâtre climatique. PREMIÈRE PARTIE : Théâtre climatique Sept personnages sont sur un bateau, qui tombe à l’eau ? Après le succès de Tristesses, Anne-Cécile Vandalem nous embarque à nouveau pour le Grand Nord, avec sa nouvelle création Arctique, présentée au festival d’Avignon jusqu’au 24 juillet.

A bord du paquebot Arctic Serenity, le futur semble aussi glacial que les mers polaires. Un huis clos théâtral, un écran vidéo, un orchestre sur scène et voilà que l’imaginaire angoissant s’étend au-delà des murs de la salle. Du Danemark au Groenland, une fiction d’anticipation qui entreprend de faire grincer les enjeux politiques, écologiques et financiers du changement climatique. A bord du maudit bateau, se joue un thriller palpitant porté par des anti-héros, tout droit sortis des frères Coen… "Le Groenland est un des derniers territoires de l'imaginaire et du fantasme, et il est en train d'être vendu.

" Avec Anne-Cécile Vandalem, comédienne, auteure et metteuse en scène Références sonores : Théâtre contemporain.net - Espace critiques - Arctique.