background preloader

Articles FRANCE 2015

Facebook Twitter

Rapport Bartolone-Winock : comment inclure les citoyens dans le processus législatif ? Actuellement : les citoyens sont parfois sollicités lors de débats nationaux ou incités à apporter leurs contributions sur certains sujets sensibles.

Rapport Bartolone-Winock : comment inclure les citoyens dans le processus législatif ?

On peut citer le Grenelle de l'Environnement. Le rapport Bartolone propose aux citoyens de répondre à un questionnaire sur les institutions et on suppose que la synthèse des réponses viendra enrichir le travail des parlementaires. Ce qui est proposé : Développer les ateliers législatifs citoyens Le but est de soumettre des textes aux citoyens pour qu'un débat puisse avoir lieu en amont du dépôt du projet devant une assemblée. Vendredi 16 octobre, les citoyens étaient invités par le biais du site saone-et-loire.gouv.fr, à participer à un « Atelier Législatif Citoyen » animé par la ministre de la Justice, Christiane Taubira.

Expérimenter le dépôt d’amendements citoyens. Pourquoi changer ? Limoges, "laboratoire" de la démocratie participative. Séverine Tessier, co-fondatrice et vice-présidente de l’association de lutte contre la corruption et pour l’éthique en politique Anticor était à Limoges ce lundi 1er juin pour l’installation de la première commission éthique et transparence dans une ville de plus de 100000 habitants.

Limoges, "laboratoire" de la démocratie participative

Au terme de treize mois de négociation avec le nouveau maire, Émile-Roger Lombertie élu sous la bannière UMP en 2014, l’association estime qu’il s’agit d’un « pas vers plus de démocratie. » Composée de 18 membres dont 50% de citoyens, celle-ci a obtenu de pouvoir être saisie par n’importe quel citoyen ou élu, mais aussi de pouvoir s’autosaisir d’un éventuel conflit d’intérêt impliquant l’instance municipale et ses membres. Grands projets : après le drame de Sivens, un rapport dessine les contours de la « démocratie environnementale » Démocratie participative. Une boîte à idées numérique - Elven. Démocratie participative, la méthode Juppé. Démocratie participative dans Sainte-Marie-Saint-Jacques: Manon Massé reçoit.

Souhaitant implanter la démocratie participative dans son comté, la députée Manon Massé lancera le 4 mai prochain «Les lundis de Manon».

Démocratie participative dans Sainte-Marie-Saint-Jacques: Manon Massé reçoit

«Je veux susciter l’intérêt de mes concitoyens pour la démocratie, a indiqué l’élue de Québec solidaire dans Sainte-Marie-Saint-Jacques. On rêve de pouvoir construire avec les gens de la communauté pour que la démocratie ne soit pas juste aller voter aux quatre ans.» Un lundi par mois, l’ancienne organisatrice communautaire invitera les résidents dans son bureau de comté, afin de leur «raconter l’Assemblée nationale».

Confiante qu’elle saura rassembler les gens, elle souhaite même devenir leur porte-voix. «Le rêve ultime c’est qu’à chaque session parlementaire, une des questions posées soit écrite par un comité de citoyens.» Dans le cimetière numérique de la démocratie participative. L’UMP relance la démocratie participative avec une application mobile.

Dans le cimetière numérique de la démocratie participative

Mais a-t-elle retenu les leçons du passé ? Retour sur la lente agonie des plateformes lancées en fanfare par les partis politiques. C’est reparti ! L’UMP va lancer dans peu de temps son application pour smartphone. Pas résigné après les bugs du vote électronique aux élections internes, le parti souhaite sonder ses militants connectés et leur permettre de faire des propositions sur le programme politique. Le projet en rappelle d’autres, du début 2010. Dans un élan participatif et marketing, la plupart des partis politiques français ont lancé leur plateforme collaborative ouverte aux citoyens.

Hécatombe chez les sites collaboratifs Mais la technologie et les internautes ne se laissent pas embarquer aussi facilement. Pour tempérer un peu les ambitions de l’UMP, revenons sur quatre grands noms du participatif politique à l’ère numérique. Démocratie participative. Dernier conseil de quartier à la Chaume. "C'était très convivial", confie Michelle Christophe, à la sortie du conseil de quartier de la Chaume, organisé jeudi 23 avril.

Démocratie participative. Dernier conseil de quartier à la Chaume

L'enthousiasme se lit sur les visages de la vingtaine de Chaumois, qui vient de participer à la première réunion de quartier. IdF: La Gontrie veut plus de 'démocratie' Marie-Pierre de la Gontrie, candidate à la primaire socialiste pour la présidence de la région Ile-de-France, souhaite promouvoir une "démocratie participative (...) animée" et "incarnée", assure-t-elle dans une tribune publiée aujourd'hui.

IdF: La Gontrie veut plus de 'démocratie'

L'adversaire du président sortant Jean-Paul Huchon "propose que soient organisées durant le mandat régional des séquences participatives pouvant déboucher sur des votations", à l'image de ce qui se passe en Suisse. Pour Marie-Pierre de la Gontrie, si "la Région Ile-de-France s'est dotée d'une mission dédiée à la démocratie participative et de certains outils", elle "peut encore aller plus loin dans ce domaine et mieux, en se saisissant des outils numériques. Ainsi, la Région se dotera d'une véritable plateforme régionale d'expressions en ligne permettant à chaque internaute de donner son point de vue, une plateforme qui sera libre d'accès, simple d'utilisation, et valorisée dans les prises de décisions régionales.

" En politique, la confiance ne se décrète pas, elle se construit  POLITIQUE - Election après élection nous le voyons : un électeur sur 2 ne va pas voter, le Front National s'installe dans le champ politique, certains de nos concitoyens sont désabusés.

En politique, la confiance ne se décrète pas, elle se construit 

Pour répondre à cette situation, notre devoir est de redonner confiance en l'action publique. Associons, consultons, confrontons nos projets avec tous les Franciliens, pour qu'ils participent aux décisions qui les concernent, faisons vivre en Île-de-France une démocratie locale renouvelée avec chacune et chacun d'entre vous pour construire ensemble une région non seulement pour ses habitants mais avec eux. La démocratie participative s’installe. 'est un fait, la création de comités de quartier est en marche à Châteauneuf, comme il en existe déjà à Barbezieux, à La Couronne, à Cognac… Il y en aura six au départ.

La démocratie participative s’installe

Leur délimitation suivra l'environnement géographique naturel de la commune. Ce projet figurait au programme de l'équipe municipale qui vient d'être élue. À l'initiative de la mairie, environ 200 personnes se sont réunies mercredi dernier, à la salle des fêtes. Le Conseil des sages vient d’être installé. Ans le cadre de la démarche de démocratie participative initiée par la nouvelle équipe municipale, le Conseil des sages a été officiellement installé vendredi 17 avril.

Le Conseil des sages vient d’être installé

Pour leur première rencontre, les 14 membres (un excusé) ont été accueillis par le maire, ainsi que par le maire honoraire, Jean-Louis Rouet, et des élus de la commission communication et démocratie participative. Les sages étaient entourés de Jean-Claude Constant et Robert Antony, respectivement vice-président et responsable régional de la FVCS (Fédération des villes et Conseils de sages), ainsi que de Bernard Coulom et Claudine Deschamps, membres du Conseil des sages de Peyrehorade, créé il y quelques mois. Après le mot d'accueil du maire, les sages se sont présentés, en exprimant les motivations qui les ont conduits à faire acte de candidature dans cette instance de concertation qui se veut force de réflexion et de propositions. Un « trait d'union » Claude Paucton. Démocratie sociale, ça ne veut rien dire !

Démocratie sociale, ça ne veut rien dire !

Démocratie sociale, ça ne veut rien dire !

La démocratie, c'est le gouvernement du Peuple par le Peuple et pour le Peuple.Elle est née dans la cité d'Athènes, d'où son nom qui nous vient du Grec : Dèmos Kratos. Dans la mesure où cela concerne l'organisation de la société c'est social.Mais dans la mesure où le Peuple n'a pas le pouvoir et ne l'a jamais eu, nous sommes peut-être dans un état de droit, mais pas dans une démocratie. Les révolutionnaires de 1789, riches bourgeois et marchand, qui ne voulaient plus supporter le poids et le coût et les contraintes de la monarchie n'étaient pas des démocrates. Dans leurs débats le mots démocrate était une insulte comme on se traiterait "populiste" maintenant. Le débat, l’éthique, la démocratie. Mettre en débat le débat, c’est interroger l’une des conditions essentielles de la démocratie. Le point de vue est ici celui de l’éthique. Une éthique participative, si elle peut exister, implique une pensée du sujet et du social. Armentières: les habitants du Bizet – Léo-Lagrange attentifs à la mutation du quartier.

Près de cent cinquante riverains ont répondu à l’appel et ont pu interroger maire et adjoints sur de nombreux sujets de leur vie quotidienne. En présence de Michèle Lebleu, leur conseillère déléguée, et de Michel Plouy, conseiller départemental assis parmi eux, les Armentiérois ont tour à tour évoqué des problèmes de stationnement, de sécurité routière, une desserte de la Citadine qui ne s’arrête pas au cimetière, un débit internet très faible, certains parterres non fleuris, un squat permanent à la ferme Gadenne avec des incendies à répétition, des files d’attente interminables en mairie pour inscrire à chaque trimestre ses enfants en accueil périscolaire, un manque de service après-vente du bailleur Vilogia ou encore des tapages nocturnes au nouveau city-stade. Montpellier: avec les conseils de quartiers, le pouvoir des habitants doit être renforcé.

Tirage au sort et politique de la démocratie. Le débat sur le tirage au sort (TAS) prend une certaine ampleur et il faut s’en réjouir. Ainsi le numéro de Marianne de cette semaine (du 17 au 23 avril) lui consacre un article stimulant de Clément Sénéchal. Ici sur Mediapart, Théophile Penigaud a publié en février dernier un long texte sur le sujet. Ce débat traverse des formations comme le Front de Gauche qui a beaucoup soutenu l’idée à partir de son projet d’assemblée constituante. Au-delà, il est devenu une auberge espagnole où l’on trouve le pire comme le meilleur. Montpellier : Philippe Saurel prône la démocratie participative Anticor et à cri.

Écrit par Rémy Cougnenc vendredi 17 avril 2015 07:0 Le tirage au sort a eu lieu hier matin à la mairie de Montpellier en présence d'un huissier. photo rc L'utilisation de l'article, la reproduction, la diffusion est interdite - LMRS - (c) Copyright Journal La Marseillaise Le maire de Montpellier a fait procéder au tirage au sort des citoyens qui siégeront dans les sept conseils de quartiers.C'était l'une de ses 15 promesses phare de campagne.

Et selon ses propres mots, « la plus difficile » à mettre en place. Alors hier matin, au moment de faire procéder au tirage au sort des représentants des conseils de quartier qui remplacent les comités de quartier, Philippe Saurel n'a pas fait les choses à moitié pour promouvoir la « démocratie participative ». Signataire de la charte Anticor, association qui défend la transparence de la vie politique, Philippe Saurel estime avoir pris davantage de mesures que celles sur lesquelles il s'était engagé. "Démocratie Ouverte ": une renaissance politique - Le blog de la ménagère. Le débat organisé par Démocratie Ouverte à l'Assemblée nationale le 30 mars - le lendemain des élections départementales - commençait par ce constat : « à l'échelle locale,à l'échelle européenne, le besoin d'un renouveau démocratique se fait de plus en plus pressant.

Des mouvements spontanés naissent grâce aux réseaux, qui pourraient bien se révéler en 2017, à l'occasion des présidentielles et des législatives. Le 31 mars, se réunissait à Paris à l'Archipel les Barbares. Ce nom mystérieux regroupe des individus bien décidés à faire valoir leur conviction via les réseaux sociaux. Ce soir là, ils ont pitché leurs projets, échangé des témoignages, partagé des expériences « inspirantes » à partager pour changer le monde. Et une nouvelle démocratie... Janique Laudouar L'analyse très lucide de Loïc Blondiaux, professeur chercheur à Paris I en ouverture permet de mieux comprendre ce que les politiques s'obstinent à ne pas voir. Patrick Raimbourg, député, Cyril Lage "Parlement & Citoyens" Le débat public creuse son sillon - L'Est Républicain.

Le lancement du débat sur l’A31 bis, hier, au palais des congrès du Grand Nancy, sous la double présidence de Christian Leyrit et Michel Morin. Le budget communal définitivement rejeté - 16/04/2015 - ladepeche.fr. Kingersheim (68) : la démocratie participative selon Jo Spiegel - France 3 Alsace. E-militant, big data... L'UMP veut faire sa révolution numérique. L oeil de vincent carry democratie le peril apathique - paroles de lyonnais, humeur. ©Olivier Chassignole Le bilan des récentes élections départementales est triplement évocateur de l’affligeante situation politique de notre pays : participation chroniquement en berne, niveau stratosphérique (et stabilisé à la hausse) du Front national, enfin – et surtout – atonie maladive et quasi totale des médias et des républicains face à cet état de fait. Qu’un électeur sur deux ait structurellement déserté les urnes et qu’un votant sur quatre choisisse désormais systématiquement le FN n’est même plus de nature à inquiéter qui que ce soit.

Cette apathie fataliste ouvre la porte à de bien sombres perspectives. Cinq expériences de démocratie 2.0. Les réseaux sociaux, médias en ligne, blogs redonnent-ils du pouvoir aux citoyens ? Le débat public creuse son sillon.