background preloader

Elysée

Facebook Twitter

Acteurs publics. Affaires des "fuites" : toutes les réactions - Politique. Jean-François Julliard secrétaire général de RSF: "La plainte déposée contre X par le journal Le Monde sur ses sources d'informations devrait tous nous inquiéter. Tout d'abord, il est essentiel de savoir si, oui ou non, l'Elysée à ordonné aux services de renseignements ou à la Direction générale de la police nationale d'enquêter sur les sources du journal Le Monde concernant l'affaire Woerth-Bettencourt. Que l'Etat cherche à savoir comment des informations ont fuité de ses administrations, c'est normal. Mais qu'il le fasse en enquêtant sur un journaliste ou un média, c'est illégal. " (> Lire le blog de Jean-François Julliard ) A gauche : - Martine Aubry , première secrétaire du Parti socialiste : "On change de République.

. - Cécile Duflot La secrétaire nationale des Verts: "A partir du moment où les recettes-mêmes du fonctionnement du cercle sarkozyste c'est le secret et c'est l'entre-soi, le fait de mettre" cette affaire "sur la place publique fout tout à terre. A droite : (Nouvelobs.com) Une affaire d’État ? Où ça ? L'Elysée dément avoir violé le secret des sources du «Monde» dans l'affaire. "Le Monde", l’Elysée et la liberté d’informer. Affaire Woerth : Le Monde accuse le « cabinet noir » de l'Elysée. Le Monde dénonce l’utilisation « irrégulière » de la DCRI par la présidence pour identifier l’une de ses sources.

Affaire Woerth : Le Monde accuse le « cabinet noir » de l'Elysée

Eric Fottorino, PDG du Monde, dans la rédaction le 25 juin 2010 (Philippe Wojazer/Reuters). Le Monde va déposer plainte contre X pour violation du secret des sources d’un de ses journalistes, après la révélation d’une enquête menée par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans l’affaire Bettencourt-Woerth. Dans son éditorial, le quotidien qualifie la DCRI de « cabinet noir » qu’utilise l’Elysée pour « s’affranchir des règles de la simple justice ». Argent liquide, rendez-vous: la campagne de Sarkozy revient au centre de l’affaire. L'art d'étouffer une affaire d'Etat. Jeudi 22 juillet 2010 4 22 /07 /Juil /2010 12:07 Affaire Bettencourt: Me Metzner dénonce «l'intrusion» de Sarkozy dans le dossier Selon l'avocat de la fille Bettencourt, le Président démontre une fois de plus son «immixtion permanente» dans les affaires judiciaires qui le touchent...

L'art d'étouffer une affaire d'Etat

L'avocat de la fille de Liliane Bettencourt, Me Olivier Metzner, a dénoncé ce jeudi «l'intrusion» de Nicolas Sarkozy qui «prendrait la place des magistrats» dans le dossier Bettencourt. Il a également accusé le procureur de Nanterre Philippe Courroye de chercher à «étouffer cette affaire». «Ce qui est extraordinaire, c'est l'intrusion du pouvoir politique dans la justice. «Immixtion permanente» Se défendant d'être un «avocat anti-sarkozyste», le conseil de Françoise Meyers-Bettencourt, qui poursuit le photographe François-Marie Banier pour abus de faiblesse à l'encontre de la milliardaire, a assuré que son seul objectif était de «protéger» Liliane Bettencourt, selon lui «en danger».

Source 20minutes.fr. PDF questions à N. Sarkosy. Affaire Bettencourt: nos questions à Nicolas Sarkozy. Par arrêt du 4 juillet 2013 de la cour d’appel de Versailles, nous avons été contraints de retirer de notre site tous les articles citant les enregistrements Bettencourt, sous peine de 10 000 euros par infraction constatée et par jour de retard.

Affaire Bettencourt: nos questions à Nicolas Sarkozy

Nous avons contesté cette décision devant la cour de cassation. Ci-dessous un extrait du jugement de Versailles: La cour, Statuant publiquement, par arrêt CONTRADICTOIRE et en dernier ressort, INFIRME 1 'ordonnance rendue le 1 «juillet 2010 par le juge des référés du tribunal de grande instance de PARIS, sauf en ce qui concerne le rejet des moyens de nullité et des exceptions de procédure ; REJETTE la demande de sursis à statuer, REJETTE la demande de nullité présentée en cause d'appel, STATUANT à nouveau, Et la crise politique monsieur le president.pdf.

Et la crise politique, monsieur le président? Estrosi et Hortefeux à la tête d'une association de soutien à Sarkozy financée par Bettencourt - Le buzz politique. Edwy Plenel, patron de Mediapart, ne lâche pas le morceau.

Estrosi et Hortefeux à la tête d'une association de soutien à Sarkozy financée par Bettencourt - Le buzz politique

Le journal en ligne qu'il dirige apportait hier un nouvel élément au dossier UMP-Bettencourt dans un article intitulé "Nicolas Sarkozy a aussi son parti de poche, financé par Liliane Bettencourt". Un nouvel épisode dans lequel on apprend que, "présidée par Christian Estrosi, avec Brice Hortefeux comme trésorier, l'«Association de soutien à l'action de Nicolas Sarkozy», basée à Neuilly, a été financée par les Bettencourt. " Toujours selon Mediapart, "le petit parti de poche destiné au Président – Eric Woerth en a également créé un –, a collecté plus de 400.000 euros en 2006 et 2007. " Précisons toutefois que les Bettencourt n'étaient pas les seuls donateurs.

Parmi les éléments publiés "un document montre que Patrice de Maistre a rencontré en 2006 Eric Woerth, trésorier de l'UMP, pour discuter du fait que plusieurs structures permettaient de contourner le plafond théorique de dons de 7 500 euros par an," indique Le Monde. Sarkozy "convaincant" ? NKM s'emmêle dans les chiffres (RTL) Claude Guéant, le cerveau du Président.