background preloader

LA METROPOLE ENTRE GRAND PARIS ET REGION

Facebook Twitter

LA METROPOLE ENTRE VILLE ET REGION : c'est le cas de Paris prise entre le Grand Paris et la Région IDF

La métropole du Grand Paris verra le jour le 1er janvier 2016 - Collectivités territoriales. En adoptant le projet de loi Notre, le 16 juillet, le Parlement a donné le feu vert à la création de la métropole du Grand Paris dès le 1er janvier 2016. Dotée de quatre grandes compétences dont deux lui seront transférées avec un an de décalage, elle devrait s’organiser en douze territoires dont les périmètres seront fixés par décret en Conseil d’Etat en décembre 2015.

Alors que de plus en plus de voix s’élevaient pour repousser sa création d’un an, la métropole du Grand Paris verra bien le jour le 1er janvier 2016, conformément à l’article 17 septdecies du projet de loi portant réforme territoriale de la République (Notre), définitivement adoptée le 16 juillet par le Parlement. La métropole du Grand Paris (MGP) sera finalement dotée d’un conseil métropolitain d’environ 210 élus (209 à ce jour), beaucoup plus resserré que dans les premières versions de la loi (près de 350 membres), dont le siège sera situé à Paris. Quatre grandes compétences Deux ans pour définir l’intérêt métropolitain. Paris métropolitain. Paris : ville, capitale et métropole. Clichy, Montfermeil, Grigny ou Sevran : le feu couve dans les quartiers populaires de Paris. La productivité de la région capitale bat certes des records, mais le taux de chômage francilien reste préoccupant.

La grande majorité des sans-domicile en France vit d’ailleurs en région parisienne. Croissance sans développement [1] ? Cette situation économique et sociale suscite des inquiétudes quant à la capacité de la capitale à endurer longtemps ce niveau de tensions sociales en maintenant son statut de métropole mondiale de premier rang. Apporter des solutions opérationnelles aux défis franciliens suppose une approche pragmatique des enjeux et des points de blocages qui verrouillent la situation francilienne. Impossible de faire l’impasse sur la spécificité de la région parisienne qui est à la fois une ville, une capitale nationale et une métropole internationale. Se loger, se déplacer, travailler... des enjeux très pratiques Source : Unedic et calculs de l’auteur. L'économie du Grand Paris. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Michael Storper, professeur de géographie économique à l’Institut d’études politiques, revient sur la place de Paris dans la dynamique des métropoles internationales.

Au delà de la qualité de vie ou du prestige symbolique de la capitale française, l’avenir de la région francilienne repose selon lui sur la diversité de son économie. Michel Storper est professeur à l’Institut d’études politiques de Paris et chercheur au Centre de sociologie des organisations (CSO). Ses recherches portent sur le développement régional et la mondialisation de l’économie. And Communication in Economic Geography, Publication of the Hettner Lectures, Heidelberg, Franz Steiner Verlag, 2003. Entretien avec Michael Storper Vous pouvez également écouter l’entretien : Entretien avec M. Ou télécharger le fichier audio de l’entretien au format mp3 : Note technique : Pour enregistrer le fichier mp3 : clic droit sur PC ou ctrl + clic sur mac et "enregistrer la cible du lien sous". Les gares du Grand Paris Express. De la station à la gare de métro Par Valérie Vernet et l’équipe de l’unité Gares de la Société du Grand Paris. Il y a un siècle, qu’attendait-on des stations du Métropolitain ?

On attendait qu’elles soient des portes d’accès simples et efficaces desservant avec un maillage très fin les différents quartiers d’une ville dense, déjà bien constituée. D’où la grande sobriété de ces stations : des “bouches de métro” discrètes, un espace uniformément blanc et lumineux dans des stations voûtées. Un siècle plus tard, cette logique a perduré, sous une forme modernisée, illustrée par les stations de la ligne 14. Les gares multifonctionnelles liées au RER comme La Défense ou Châtelet-Les Halles sont restées des exceptions en Île-de-France, et la grande majorité des gares de banlieue sont actuellement de simples lieux de passage.

Des gares adaptées à la diversité des territoires Les 57 gares du réseau du Grand Paris s’inscrivent chacune dans un contexte urbain bien particulier. VILLES. Megalopolis magazine (megalopolismag) sur Twitter. Les villes et les régions dans la mondialisation. Discours prononcé par Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE devant le Conseil danois de la croissance Copenhague, Danemark 22 janvier 2007 Monsieur le Président, je me réjouis d'être avec vous aujourd'hui pour évoquer la mondialisation et la nécessité de donner à toutes les régions du Danemark les moyens d'en tirer parti. Une société florissante est une société où toutes les régions sont armées pour mettre à profit les opportunités et la prospérité que la mondialisation peut apporter. Si je comprends bien, c'est précisément à cette problématique que se consacre le Conseil danois de la croissance : ne pas se focaliser uniquement sur les performances de l'économie nationale, mais créer des opportunités pour toutes les parties du Danemark.

Je ne pense pas avoir grand-chose à apprendre à un public danois sur les problèmes soulevés par la mondialisation. La place que votre pays occupe de longue date dans le commerce mondial l'a doté d'une culture du changement. Maintenez le cap. La métropole et la ville vestige. Je parle de la ville, nouveauté d’aujourd’hui et ruine d’après-demain,enterrée chaque jour et chaque jour ressuscitée,…Je parle de la ville, bergère des siècles, mère qui nous engendreet nous dévore, nous invente et nous oublie.

Octavio Paz, Mexico, 5 mai 1986. 1La question urbaine reste ouverte, inquiète1, en projet. L’idée même d’une maîtrise de l’urbain ne semble guère avoir de pertinence au-delà de quelques régulations partielles, préventives ou réparatrices, souvent altérées par des effets imprévus. La compréhension d’un fait social total et mondial2, l’habiter contemporain, demeure fragmentaire : multiplication des descriptions partielles, inflations des doctrines salvatrices, désuétude accélérée des politiques de la ville, des projets et des réalisations. L’autre ville, celle d’hier, celle d’un ailleurs, celle d’un futur déjà là, voire l’autre de la ville et même la « non ville », prennent tour à tour la figure de la promesse, de la repentance ou du désastre.

Inquiétude Nostalgie.