background preloader

5812 - ASYMETRIE ET LATERALISATION

Facebook Twitter

Cazals' Images Concepts #CIC.

58120 - GAUCHERS

58121 - LES INVENTEURS AMBIMANES. Droitiers-gauchers l'anatomie du cerveau. Depuis plusieurs années, on voit beaucoup d'articles mettant en évidence l'avantage d'être gaucher dans certaines circonstances et particulièrement dans le sport.

Droitiers-gauchers l'anatomie du cerveau.

Etre gaucher est presque devenu une lettre de noblesse à tel point que certaines personnes, droitières, se posent la question de la réalité de leur latéralisation. Ne seraient-elles pas des gauchères contrariées ? , question humble qui cache peut-être une autre question, moins modeste, : ne seraient-elles pas plus géniales qu'elles ont en l'air ?. Alors question bête: qu'est ce qu'un gaucher. Réponse générale : un gaucher, c'est quelqu'un qui écrit de la main gauche. D'un point de vue scientifique, ce n'est pas si simple que cela. Quand on compare l'anatomie d'un cerveau de gaucher prédominant avec celui d'un cerveau de droitier prédominant, on constate comme principale différence un volume accru du corps calleux chez les gauchers. Le cerveau est donc une structure très souple, qui s'adapte.

Hémisphère dominant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hémisphère dominant

En neuropsychologie, on désigne par hémisphère dominant l'hémisphère cérébral qui est responsable du langage chez un individu donné. L'autre hémisphère est dit hémisphère non-dominant, ou hémisphère mineur. Dans la population générale, l'hémisphère dominant est en général l'hémisphère gauche. Par extension, on parle d'hémisphère dominant pour d'autres fonctions que le langage (comme, par exemple, le calcul mental), mais, sans précision, c'est du langage qu'il s'agit.

Une autre acception est qu'un hémisphère acquiert une dominance potentielle sur l'autre. Après avoir prouvé l'asymétrie cérébrale chez l'homme (ce qui lui a valu un prix nobel), Roger Sperry l'a exprimée de la manière suivante : Détermination de l'hémisphère dominant[modifier | modifier le code] Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle[modifier | modifier le code] La latéralisation des fonctions du cerveau - Wikipedia, l'encyclopédie libre. Latéralisation et dominance cérébrale - introduction historique et définitions  Dominance, latéralité, latéralisation, hémisphère droit ou gauche, asymétrie cérébrale… Ces termes font désormais partie du langage courant et chacun d’entre nous a eu l’occasion de les découvrir au hasard de lectures ou de conversations.

Latéralisation et dominance cérébrale - introduction historique et définitions 

Parfois utilisées à mauvais escient pour justifier le mythe des cerveaux droit (intuitif) et gauche (analytique), ces expressions se réfèrent à l’un des plus passionnants domaines des neurosciences, l’étude de l’asymétrie fonctionnelle et anatomique des hémisphères cérébraux. Quelques définitions La latéralisation du cerveau fut évoquée une première fois dans les travaux de Paul Broca (1961-1965), elle indique le fait que certaines fonctions du cerveau vont être préférentiellement prises en charge au cours du développement, par l’un ou l’autre des hémisphères.

Comme la liberté ou la méchanceté, la latéralité désigne un état, un résultat statique. On distingue au sein de l’étude de la dominance hémisphérique (ou cérébrale) : Contexte historique Sources : Latéralisation cérébrale inversée. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Latéralisation cérébrale inversée

Modèle initial de Levy et Reid[modifier | modifier le code] Dans la littérature anglo-saxonne il est fait référence à la « Levy-Reid hypothesis ». Ce modèle se résume ainsi: Les droitiers qui écrivent avec le stylo au dessous de la ligne d'écriture ont les aires du langage dans l'hémisphère gauche. (latéralisation la plus fréquente; ex.: Leonard Bernstein)Les gauchers qui écrivent avec le stylo au dessus de la ligne d'écriture ont les aires du langage dans l'hémisphère gauche.

Controverse[modifier | modifier le code] Certains chercheurs ont tenté de montrer que les méthodes qui permettent d'établir le lien entre la position de la main et la latéralisation cérébrale ne sont pas fiables - Cohen 1991. Confirmation du modèle[modifier | modifier le code] En 1993 Duckett, Gibson et Salama étudient le lien entre latéralisation cérébrale et position de la main pour une cohorte de patients affectés par un accident vasculaire cérébral.

S.