background preloader

Croissance / Travail / Consommation

Facebook Twitter

L'être humain aujourd'hui : état des lieux (la servitude moderne) 1) Épigraphe « Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.

L'être humain aujourd'hui : état des lieux (la servitude moderne)

Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. » »Toute vérité passe par trois stades. En premier lieu on la ridiculise, en deuxième lieu on s’y oppose violemment, enfin on l’accepte comme si elle allait de soi. » L’objectif central de ce texte est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. 2) La servitude moderne »Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles. » La servitude moderne est une servitude volontaire, consentie par la foule des esclaves qui rampent à la surface de la Terre. 3) L’aménagement du territoire et l’habitat À mesure qu’ils construisent leur monde par la force de leur travail aliéné, le décor de ce monde devient la prison dans laquelle il leur faudra vivre.

Détruire pour consommer toujours plus. Cash Investigation - NeuroMarketing on Vimeo - Pentadactyl. La mort programmée de nos appareils. DERNIÈRE ALERTE – 40 ans après les limites à la croissance. En 1972, le Club de Rome, cercle de réflexion international regroupant scientifiques, économistes ou industriels, chargeait quatre jeunes chercheurs du Massachusetts Institute of Technology de se pencher sur l’avenir de la croissance.

DERNIÈRE ALERTE – 40 ans après les limites à la croissance

Leur rapport, intitulé Les limites à la croissance, aura un impact médiatique retentissant. Pour la première fois, on prend la mesure des conséquences dramatiques pour la planète et l’humanité d’une croissance exponentielle dans un monde aux ressources limitées. Leurs conclusions, jugées catastrophistes – voire communistes ! – scandalisent pourtant les économistes libéraux, et ne débouchent sur aucune mesure politique volontariste. Quarante ans plus tard, on commence à peine à prendre au sérieux cette question, qui appelle désormais d’autres réponses. Le rapport Meadows: Halte à la croissance. Voici un passage de l'article que l'on peut aussi lire en version intégrale, avec les tableaux, en format PDF Les données du problème Le document débute par l'explication du caractère exponentiel qui marque la croissance d'une grande partie des activités humaines.

Le rapport Meadows: Halte à la croissance

Familier avec les problèmes reliés à la progression arithmétique, le public ne peut que sursauter lorsqu'il est confronté aux conséquences d'une progression géométrique. Contrairement à la croissance linéaire, celle qui suit une courbe d'évolution exponentielle comporte des effets cumulatifs et implique la possibilité de soudaines et prodigieuses embardées en avant. Or, les cinq paramètres qui ont été retenus comme étant les plus fondamentaux (population, industrialisation, production alimentaire, utilisation des ressources naturelles et pollution) sont précisément de ceux qui évoluent selon une progression géométrique. Le cas des ressources naturelles non renouvelables est encore plus saisissant. J'achète, je jettes - Comment consommer sans piller la planète ? (Capital Terre)

De Paris à Shanghai, de New York à Dubaï, notre mode de vie devient quasiment le même d’un bout à l’autre de la planète : nous achetons, nous jetons, et tout ce que nous consommons a un impact insoupçonné sur la planète.

J'achète, je jettes - Comment consommer sans piller la planète ? (Capital Terre)

Vêtements, objets ménagers, jouets ou écrans plats, pour arriver dans nos rayons, tous ces produits ont réalisé un parcours mondialisé. Il a fallu des matières premières pour les fabriquer et aller puiser dans les ressources de notre planète aux 4 coins du globe. Et après s’en être servis, les produits que nous jetons vont encore connaître un sort en grande partie méconnu. Pour ce deuxième documentaire, Capital Terre décrypte l’impact de notre consommation sur la planète à l’ère du tout-jetable. Le jean par exemple, c’est devenu l’uniforme mondial, il s’en vend 2 milliards par an. Une autre matière a conquis notre époque : le plastique. Nous craquons aussi de plus en plus pour des appareils high-tech : ordinateurs, écrans plats ou téléphones portables. Video Tags. Prêt à jeter. J'ai mal au travail [Film complet]

Les Enfants De La Surconsommation-A VOIR!!! DE LA SERVITUDE MODERNE. Mondialisation : Le travail, pourquoi ? 1/2. L'obsolescence programmé ou la dérive de la société de consommation PDF.