background preloader

Solutions intergénérationnelles (quartier, immeuble, logement)

Facebook Twitter

MamyRoom reçoit le Prix de la Ministre Pascale Boistard aux Trophées SilverEco 2017 - 24/03/17. Europe : une plateforme numérique pour favoriser la solidarité intergénérationnelle - 27/03/17. De nos jours, la situation économique des seniors vivant seuls n’est pas toujours facile… Entre solitude et petites retraites, le quotidien des anciens n’est pas rose tous les jours. De plus, l’allongement de l’espérance de vie en bonne santé (paradoxalement) pose plusieurs problèmes : celui de l’angoisse de vivre seul d’une part, et les frais de logement parfois élevés pour de faibles pensions d’autre part. Surtout dans les grandes villes. Il existe pourtant une solution ! La cohabitation ou colocation entre seniors et étudiants. Une pratique encore relativement méconnue, qui depuis une dizaine d’années a du mal à se développer… Voici donc une excellente initiative.

Interview d’Anaïs Legras, co-dirigeante de MamyRoom, un site de cohabitation jeunes/seniors - 06/02/17. A Bordeaux, Concert'ô met l'intergénération en musique - 12/12/16. Ouverte en juillet 2015, Concert’ô n’est pas une résidence intergénérationnelle comme les autres. Chaque mois, les résidents se retrouvent autour d’une passion commune, la musique. De concerts en quiz, d’ateliers en sessions de découverte, les habitants apprennent à mieux se connaître, tissent des liens et, pour certains d’entre eux, amplifient le mouvement en se rendant ensemble à des concerts en ville.Quoi de plus universel, fédérateur que la musique ?

Même si en la matière, les goûts, les sensibilités de chacun peuvent grandement différer… A l'écoute de toutes les générations Pour aider les habitants de la résidence à se rejoindre, l’association Ricochet sonore, missionnée par le bailleur Logévie, a tout d’abord procédé à un diagnostic. En moyenne, il se passe quatre événements par mois, dans l’une des trois salles dédiées à la musique. Et certains d’entre eux profitent de ces nouvelles amitiés centrées sur la musique pour se rendre ensemble à la salle de spectacle du quartier. BEAUVAIS Des logements pour personnes handicapées bientôt en chantier au centre-ville - 04/12/16. Une résidence intergénérationnelle en construction à Rennes – 02/12/16. Rennes : le Cours des Arts, projet de résidence intergénérationelle - 02/12/16. En 2013, la société Neotoa a été désigné lauréat de l’appel à projets de Rennes Métropole pour la réalisation d’une résidence intergénérationnelle innovante et reproductible.

Avec ce projet, cette entreprise souhaite rester fidèle à son engagement en faveur de la création de lien social et de la lutte contre l’isolement. Véritable projet de vie et concept de vie innovant, le Cours des Arts a été pensé pour favoriser le bien vivre ensemble, grâce à ses espaces partagés, générateurs de liens entre les habitants (salle commune, jardins partagés, ateliers d’artistes...). Par exemple, l’association de deux logements, l’un adapté à une personne âgée et l’autre familial, reliés par une pièce commune, permettra de favoriser l’entraide intergénérationnelle et de créer des liens entre personnes âgées et familles. Sinceny : la secrétaire d’État inaugure un lotissement de 20 logements - 25/11/16. La secrétaire d’État chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, Pascale Boistard, a inauguré, jeudi matin rue des Faïences, un nouveau lotissement tout en mixité. « J’ai gagné une chambre, un garage, un jardin pour 40 euros de plus par mois !

C’est plutôt pas mal, non ! » Laëtitia Hamelle, 40 ans, fait partie des huit locataires à s’être installés dans cet ensemble de 20 logements, rue des Faïences. À Chauny où elle vivait jusqu’à peu, elle disposait d’une surface de 130m2 environ, contre 85 aujourd’hui. Le maire de la commune a dû faire face à de multiples sollicitations sur ce programme immobilier, composé de 6 logements sociaux accueillant des familles et de 14 autres dédiés aux personnes âgées. Un chantier à 2,8 millions d’euros « On a reçu deux fois plus de demandes qu’il n’y avait de logements. Et pour cause, à côté de ces habitations, sortiront bientôt de terre des maisons destinées à de futurs propriétaires.

Intergénération : se rencontrer, faire ensemble et transmettre - 14/11/16. Les vertus de l'intergénération sont nombreuses. Encore faut-il les rappeler et dépasser les propos et activités gadgets comme "les bébés sur les genoux des mémés" disait Geneviève Laroque de la FNG.Lors du colloque du réseau francophone Villes amies des aînés ce 10 novembre au ministère de la santé, l'anthropologue Bernadette Puijalon, marraine de la semaine bleue 2016/2017 "A tout âge, faire société", a décrypté les enjeux des actions intergénérationnelles. Selon elle, malgré leurs différences d'âges, de valeurs, de références identitaires (génération X, Y, 13 novembre), malgré leurs divergences, toutes les générations sont attachées aux solidarités intergénérationnelles.

A côté du registre économique, qui échange "du bien et non du lien", les initiatives intergénérationnelles parlent du rapport au temps. "Les plus vieux donnent l'avenir aux plus jeunes en montrant que la vie est longue. Les plus jeunes donnent le passé aux vieux (qui ont tous les âges)" explique Bernadette Puijalon. Logement : quand seniors et étudiants cohabitent - 16/11/16. Logement : quand seniors et étudiants cohabitent C'est une solution aux loyers trop chers pour les étudiants et à la solitude des personnes plus âgées. Aujourd'hui, une vingtaine d'associations mettent en relation des étudiants et des personnes âgées pour cohabiter.

Franceinfo Mis à jour le , publié le Elles cohabitent depuis deux mois à peine et la complicité est déjà là. "Moi, j’ai 68 ans et quand ma mère est là, elle a 94 ans, alors que Marine a 18 ans donc c'est vrai que des fois il y a des échanges", explique Catherine Selit, loueuse pour "Le Pari Solidaire". Marine Beauvais loue une chambre à Catherine 350 euros par mois. 600 à 700 conventions d'hébergement seniors-étudiants Moins cher qu'un appartement et surtout plus convivial pour l'étudiante en diététique.

Le JT. Étudiant et personne âgée : et si on cohabitait ? - 10/11/16. Publié le jeudi 10 novembre 2016 à 18:30 par Édith GESLIN. . L'association Le temps pour toiT accompagne la cohabitation intergénérationnelle depuis 11 ans. Quotidien plus rassurant d'un côté, solution de logement de l'autre : les deux y gagnent en liens. C'est quoi, la cohabitation intergénérationnelle ? D'un côté, l'hébergeur, une personne âgée, qui propose une chambre contre une présence régulière, en particulier la nuit, de menus services comme réchauffer un repas, vérifier qu'il ne manque rien ou que tout va bien. De l'autre, un hébergé, étudiant, jeune en CDD ou en formation, ou adulte en reconversion professionnelle. « La cohabitation est rassurante pour les familles et les aidants des personnes âgées, c'est une des réponses au vieillissement. En onze ans, combien de duos hébergeur-hébergé ? Le temps pour toiT cumule un peu plus de 1 000 cohabitations.

L'automne est-il une période de forte demande ? La mise en relation réclame pourtant un peu de temps. Combien ça coûte ? Édith GESLIN. Au Pollet à Dieppe, le nouveau visage de la résidence pour personnes âgées -03/11/16. Cliquez sur l'image pour l'agrandir Née au début des années 80, elle avait fini par prendre quelques rides. Le temps avait laissé son empreinte sur sa façade. Mais aujourd’hui, c’est un véritable lifting qu’elle est en train de vivre. La résidence pour personnes âgées Marcel-Paul, au Pollet, est au cœur d’un grand chantier, qui va véritablement changer son visage. Au total, le coût des travaux s’élève à près de 1,8 million d’euros. Sodineuf Habitat normand s’est penché sur la réhabilitation de ce bâtiment de quatre étages qui compte 49 logements T1 et huit T2. Travaux dans les salles de bains Depuis quelques jours, de grands échafaudages ont été installés le long de sa façade côté Grand-rue du Pollet, à deux pas du pont Colbert.

Benoît Martinet, responsable du service amélioration du patrimoine chez Sodineuf Habitat normand explique : Nous avons débuté les travaux en mars dernier. Ces travaux dans les logements devraient être achevés pour décembre. Économies d’énergie. Lunéville : étudiants et personnes âgées des résidences de la ville cohabitent - 05/11/16. 05/11/2016 à 05:04, actualisé à 08:46 Vu 122 fois « Ce sont les valeurs de la Croix-Rouge : la solidarité, l’entraide », a rappelé l’un des trois représentants de l’organisme aux seniors comme aux étudiants. Louer des studios de 33 m² vacants dans les résidences pour seniors à des étudiants n’est pas nouveau pour le centre communal d’action sociale (CCAS). « Dès qu’un appartement se libère, pourquoi se priver d’accueillir des jeunes qui ont besoin d’un hébergement à Lunéville ?

», note Bernard Recouvreur, vice-président du CCAS deuxième adjoint au maire, délégué aux affaires sociales. Depuis le début des années 2000, des étudiants venus notamment du Sénégal et du Bénin, ont trouvé à la résidence Saint-Jacques un appartement le temps de leurs études. Les jeunes sont de futurs anciens Depuis quelques années, ce sont des jeunes qui étudient à l’institut de formation de la Croix-Rouge qui les ont remplacés. Étudiants à la Croix-Rouge « Les étudiants ont une formation théorique pour l’instant. BREUIL-LE-VERT (60) Des logements en chantier - 04/11/16. Oise Habitat a démarré, début octobre, la construction de 33 logements dans la rue des Grives à Cannettecourt, hameau de Breuil-le-Vert. Ils sont répartis en trois bâtiments, comprenant huit appartements de type 2, 19 de type 3 et six de type 4 à usage locatif, aux côtés desquels sont réservés deux terrains à bâtir en accession à la propriété.

Cet ensemble sera édifié sur un terrain de 8 000 m2, entre la rue des Grives et la rue de Paris. Le bailleur a réalisé aux rez-de-chaussée des appartements destinés aux personnes âgées ou handicapées ; les étages seront attribués aux plus jeunes. Logique au niveau de l’accessibilité mais aussi souhait des élus locaux de réaliser une mixité pouvant évoluer vers des échanges et de l’entraide entre les générations. Dans la même optique, les élus ont voulu la création d’une petite salle de réunion dans l’un des bâtiments, dont la gestion sera confiée au centre communal d’action sociale.

« Tiouban » ou l’habitat intergénérationnel - Ardèche - 31/10/16. Tiouban est le mot désignant la case sénégalaise. Ce nom choisi par les membres de l'association tournonaise est à comprendre dans le rapport d'intense respect qu'entretien le peuple africain avec ses ancêtres. Tiouban est le mot désignant la case sénégalaise. Ce nom choisi par les membres de l'association tournonaise est à comprendre dans le rapport d'intense respect qu'entretien le peuple africain avec ses ancêtres.

Réunion de l'association Tiouban lors de leur assemblée générale. Une poignée de Tournonais s’est regroupée en association pour anticiper leur avancé en âge, et ne pas se retrouver pris au dépourvu face à la dépendance. À l’origine, « Tiouban » veut dire « la case ». C’est un mot emprunté d’un dialecte sénégalais. Constat et objectif Tous les adhérents de Tiouban ont constaté que les offres faites aux personnes vieillissantes dans notre pays étaient limitées aux maisons de retraite ou aux foyers logements, avec des coûts aléatoires suivant l’aisance financière de chacun.

L’habitat partagé, un enjeu de société, un modèle innovant répondant aux attentes humaines et financières - 31/10/16. La demande de logements pour personnes vulnérables augmente La dépendance devient un enjeu majeur, humain et financier pour notre société, qu’elle soit liée au vieillissement, au handicap ou à la maladie. En 2030, un tiers de la population aura 60 ans ou plus. 900 000 personnes sont atteintes de maladie d’Alzheimer - 1 français de plus de 65 ans sur 4 serait touché en 2020. Plus de 160 000 personnes subissent un traumatisme crânien chaque année, dont 10 000 avec des séquelles graves - dans 95% des cas, ils retournent à leur domicile.

L’accompagnement de la dépendance repose largement sur les proches : 8,3 millions de Français accompagnent un proche en situation de handicap ou de maladie, quel que soit son âge. Le rôle d’aidant peut peser très lourd, sur leur santé, leur vie sociale et leurs revenus. L’habitat partagé répond aux enjeux financiers et humains de la société. Intergénération : et pourquoi pas habiter ensemble ? - 17/10/16. Nous l’évoquions la semaine dernière, l’habitat partagé a le vent en poupe. Il répond au désir des Français de rester vivre chez eux le plus longtemps possible, et permet de lutter contre l’un des plus grands écueils du domicile, la solitude, l’isolement social. La colocation entre seniors représente l’une de ces nouvelles formes d’habitat, mais ce n’est pas la seule : sur tout le territoire, des associations proposent aux personnes âgées de partager leur logement, mais cette fois avec un étudiant, un stagiaire ou un apprenti. Les avantages de la cohabitation intergénérationnelle sont évidents, aussi bien pour la personne âgée qui bénéficie d’une présence, notamment la nuit, que pour l’étudiant qui dispose ainsi d’une solution de logement à moindre coût, et parfois même totalement gratuite.

Qu’est-ce que la cohabitation intergénérationnelle ? Ce que n’est pas la cohabitation intergénérationnelle… Attention, l’étudiant n’a pas vocation à servir d’aide-soignant ou d’infirmier ! Saint-Priest (69): Des seniors inventent leur futur habitat - 08/10/16. On connaissait les résidences intergénérationnelles dans le secteur privé. Mais le bailleur social Est Métropole Habitat (EMH) va construire, dans la ZAC des Îlots Verts (Saint-Priest - Rhône), le premier habitat locatif partagé et participatif de la Métropole : 40 logements répartis en deux allées, l’une réservée aux familles, l’autre aux seniors.

Derrière ce projet, se trouve l’association Oasis (ex-Babayagas). Un groupe de personnes âgées, créé en 2009, qui a voulu proposer une alternative à leur hébergement dans des structures spécialisées, un projet associatif d’habitat commun basé sur les valeurs d’entraide et de solidarité. Jacqueline Ksavrelof, l’une des responsables, précise : « Nous avons mis nos parents dans des maisons de retraite et n’avons pas voulu vivre ça, devoir se refaire des amitiés, devenir tristes… Donc nous avons monté un projet pour vieillir ensemble. Un projet à 6 millions d’euros Les travaux devraient débuter en 2018 et la livraison est espérée pour début 2020.

Documentation. Une colocation réservée aux seniors voit le jour à Nancy. Un premier logement témoin dédié à la colocation des 55 ans et plus. Un appartement confortable destiné à la colocation de personnes âgées de 55 ans et plus. L'initiative est née de l'association lorraine Un Toit Partagé, de la Mission Handicap d’Atos France, de la CARSAT Nord-Est, de la Fondation Batigère ou encore du Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle. Ce premier logement témoin, meublé et décoré par un commerce d'ameublement peut accueillir deux personnes et propose deux chambres, un grand salon, une salle de bain et une cuisine. Pourquoi avoir proposé cette colocation entre seniors ? Pour l'association cette pratique permet "de prévenir la solitude, l’isolement et donc de permettre aux colocataires de rester autonome plus longtemps" notamment à l'heure où l'augmentation de l’espérance de vie et les mutations socio-économiques posent plusieurs problèmes.

L'appartement est ouvert aux visites, sur rendez-vous, jusqu'au 29 août 2016. Quartier durable Le Corbusier à La Chaux-de-Fondsune triple mixité : sociale, intergénérationnelle et fonctionnelle - 15/09/16. Quartier durable Le Corbusier de La Chaux-de-Fonds dont intergénérationnel - 15/09/16. Limoges : Création d'une association sur la solidarité intergénérationnelle autour du logement. Cohabitation solidaire en Aquitaine via l'association Maillâges - 13/09/16. Un habitat pour jeunes et anciens - 10/09/2016. Sous le même toit, l'entraide entre générations. Retraités et actifs sous un même toit - Le Temps.