background preloader

PIB Calcul richesse

Facebook Twitter

Pourquoi le progrès technique dope de moins en moins la croissance. Et si tout cela ne servait à rien ?

Pourquoi le progrès technique dope de moins en moins la croissance

Les robots, l'intelligence artificielle, le big data, les algorithmes de gestion, les machines-outils connectées, les imprimantes 3D, les drones... toutes ces incroyables innovations sorties des labos de recherche et des cerveaux de la Silicon Valley. Comme ça, de but en blanc, la question peut paraître un peu brutale. Pourtant certains économistes commencent bel et bien à se la poser. Comment conjurer la malédiction des ressources naturelles ? 1 OECD, African Economic Outlook 2007, Paris, OECD, 2007. 1L’Afrique enregistre sa plus forte croissance économique depuis vingt ans.

Comment conjurer la malédiction des ressources naturelles ?

Un rapport présenté à l’Assemblée annuelle de la Banque africaine de développement (BAD) à Shanghai le 20 mai 2007 estime que le taux de croissance moyen des économies africaines devrait atteindre 6 % en 20071. Cette accélération de la croissance s’explique notamment par une forte demande mondiale pour les matières premières – à commencer par le pétrole – et un investissement accru dans ces secteurs. Le rapport table sur une croissance exceptionnellement élevée pour les nouveaux pays producteurs de pétrole que sont la Mauritanie et le Soudan.

Le taux de croissance de l’Angola pourrait même atteindre 27 % en 2007. 2 IMF Fiscal Affairs Department, The Role of Fiscal Institutions in Managing the Oil Revenue Boom, Wa (...) 3 Le pétrole fournit aussi une part substantielle des revenus à l’exportation. 4 T.L. 6 Voir par exemple : R. 9 P. 13 P. 15 N. 16 W. Proposition de loi visant à la prise en compte des nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques. Simon Kuznets lui-même soulignait qu'en l'absence de critères de « productivité sociale », la mesure de la richesse ne pouvait restituer la contribution du système économique aux besoins des individus11(*) - aussi ce dernier souhaitait-il que la mesure comptable de l'activité économique ne tienne compte que des éléments concourant au bien-être, qui excluent donc, par exemple, les dépenses d'armement12(*).

Proposition de loi visant à la prise en compte des nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques

De même, l'approche exclusivement économique retenue dans le cadre du PIB inspirait à Bertrand de Jouvenel la remarque suivante : « Selon notre manière de compter nous nous enrichirions en faisant des Tuileries un parking payant et de Notre-Dame un immeuble de bureaux »13(*) - soulignant ainsi l'absence de prise en compte des contributions non monétaires de ces lieux. En dépit d'une corrélation non négligeable entre le PIB et les différentes mesures du bien-être qui existent à ce jour (cf. supra), il n'en demeure pas moins que ces deux notions restent, par construction, distinctes. Pib. Mesurer le bien-être et la soutenabilité : un numéro de la Revue de l’OFCE. Par Eloi Laurent Ce numéro de la Revue de l’OFCE (n° 145, février 2016) présente certains des meilleurs travaux qui se développent à grande vitesse autour des indicateurs de bien-être et de soutenabilité.

Mesurer le bien-être et la soutenabilité : un numéro de la Revue de l’OFCE

Pourquoi vouloir mesurer le bien-être ? Parce que l’idée que la croissance économique représente le développement humain au sens où elle constituerait un bon condensé de toutes ses dimensions est tout simplement fausse. La croissance et la diabolique fonction exponentielle. Il évoque les aspects humains (croissance démographique), et bien entendu les aspects économiques (croissance de la production, consommation, énergie, usages, déchets, déplacements), en fait, à tout ce qui gravite autour des constructions humaines (au sens général), l’Homme étant la seule espèce à avoir construit un système marchand planétaire.

La croissance et la diabolique fonction exponentielle

L’objectif de cet article est de démontrer à l’aide de quelques notions mathématiques simples qu’une croissance économique à profil exponentiel, à l’échelle mondiale ou des zones développées, n’est absolument pas soutenable sur le moyen/long terme. Pour agrémenter l’article, quelques exemples suggéreront à la fois le caractère mystérieux, énigmatique, élégant, et diabolique de la fonction citée. La croissance d’un organisme implique la croissance de 3 types de flux Une croissance exponentielle …, oui mais jusqu’où ?

[En Bref #15] De nouveaux indicateurs régionalisés pour définir la richesse. Une périodisation par l’économique : Croissance - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 1.1 Qu'est-ce que la production ? L’indice Big Mac – (The Economist) Les 7 chiffres marquants de la croissance de la fin d'année 2015. Ce qui n'est pas compté ne compte-t-il pas. Accueil > Formations et ressources > Liste des vidéo - balado - webdocu > Ce qui n'est pas compté ne compte-t-il pas ?

Ce qui n'est pas compté ne compte-t-il pas

Dans le cadre de la Journée Philosophies de gestion 405, rue Sainte-Catherine EstCase postale 8888, succ. Centre-villeMontréal (Québec)CanadaH2L 2C4Tél.: 514 987 3000 Section "Critiques du système capitaliste" - M. Gaétan Breton, professeur à l'ESG UQAM aborde dans cette conférence les différentes significations des chiffres, et l'attrait pour ce qui se chiffre, au détriment de ce qui ne se chiffre pas. Conférence prononcée lors de la journée «Philosophies de gestion»Le 21 mars 2009 à l'UQAM Conférencier: Gaétan Breton, Ph.D., Professeur titulaire à l'ESG UQAM, Membre du comité scientifique d'Attac-Québec. Crédit photo : love work 51 / Shutterstock.com Niveau : Populaire. Il était une fois le PIB. Résumé Le PIB est devenu une sorte de divinité des économistes.

Il était une fois le PIB

S’il baisse, on s’affole. S’il monte, on se réjouit. Pourtant, cet indicateur n’est qu’une convention. Insee en bref PIB croissance. Eloi Laurent, OFCE - Changer d'indicateurs économiques : PIB, bien être, soutenabilité. Au-delà du PIB, 10 indicateurs pour mesurer autrement le progrès. Le Monde | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Partiel, incomplet, trop centré sur l’économie : le produit intérieur brut (PIB) est depuis longtemps accusé de ne refléter que partiellement la situation d’un pays, écartant des domaines primordiaux comme la qualité de vie ou le développement durable.

Au-delà du PIB, 10 indicateurs pour mesurer autrement le progrès

Début avril, le Parlement français a adopté une proposition de loi écologiste préconisant l’examen de nouvelles mesures avant les discussions budgétaires de l’automne. Près de trois mois après, le Conseil économique, social et environnemental (Cese), organisme consultatif composé de représentants sociaux (patronat, syndicats, associations), et France Stratégie, un organisme rattaché au premier ministre et formulant des recommandations au gouvernement, ont proposé dix indicateurs complémentaires au PIB pour « prendre en compte toutes les dimensions du développement, tant économiques, sociales qu’environnementales ». Tour d’horizon de ces dix nouveaux outils.

Travail : le taux d’emploi. 1er : Norvège : Classement IDH 2015 : les 20 pays où la vie est plus belle. Avec 0,944 point en 2014, la Norvège est une nouvelle fois le pays au plus fort indice de développement humain.

1er : Norvège : Classement IDH 2015 : les 20 pays où la vie est plus belle

Difficile de déloger le pays des Fjords, qui doit son surnom à ses nombreuses vallées glaciaires, de la première position, qu'elle occupait déjà les trois années précédentes. Ses atouts ? Un revenu national par habitant élevé, à 64 992 dollars en 2014, et une durée moyenne de scolarisation supérieure à la moyenne des vingt pays présents dans ce classement. L’atonie de la reprise dans les pays émergents pèsera fortement sur la croissance mondiale en 2016.

Accélération modeste de la croissance économique mondiale à 2,9 % WASHINGTON, 6 janvier 2016 – L’atonie de la croissance dans les principaux pays émergents pèsera sur la croissance mondiale en 2016, mais l’activité économique devrait se raffermir quelque peu et la croissance atteindre 2,9 %, contre 2,4 % en 2015, soutenue par la reprise dans les pays développés : ce sont les conclusions de l’édition de janvier 2016 des Perspectives économiques mondiales publiée par la Banque mondiale.

L’atonie de la reprise dans les pays émergents pèsera fortement sur la croissance mondiale en 2016

Le ralentissement simultané des économies de la plupart des principaux pays émergents fait obstacle à la réalisation des objectifs consistant à réduire la pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée dans la mesure où ces pays ont beaucoup contribué à l’expansion mondiale au cours de la dernière décennie. . « Les performances des pays émergents divergent profondément. Perspectives régionales. Il était une fois le PIB. Le PIB est devenu une sorte de divinité des économistes. S’il baisse, on s’affole. S’il monte, on se réjouit. Pourtant, cet indicateur n’est qu’une convention. Produit d’une histoire particulière où se mêlent l’obsession pour la production et l’invention de la comptabilité nationale, il est loin d’être parfait… Et il y a bien d’autres manières de mesurer la richesse. Dominique Méda est sociologue et agrégée de philosophie.

PIB : Un outil toxique pour la planète ? (LCP) L'indice qui calcule autrement la prospérité d'un pays.